Le bel exploit de Froome et la magnifique « retirada » de Contador

Résultat de recherche d'images pour "froom contador vuelta 2017" Alors que l’on apprend que le prochain Giro partira…d’Israel, revenons un peu sur une Vuelta qui vient de se terminer, comme prévu, sur la victoire de Christopher Froome. Un Froome qui n’a quand même pas laissé une impression énorme de supériorité, un peu comme dans le Tour de France. On a même l’impression qu’avec un peu plus d’adversité il aurait pu craquer en troisième semaine, là où généralement il apparaît moins fort. Cela étant il n’a jamais vraiment été menacé, parce que la menace n’en était pas réellement une, ses suivants au classement général étant à un niveau inexorablement inférieur…à l’exception d’Alberto Contador. Ce dernier en effet doit aujourd’hui, et peut-être encore plus demain, regretter amèrement son problème gastrique en Andorre qui l’a mis quasiment hors course dès le début de cette Vuelta.
Bien sûr, on va me dire que s’il avait été en course pour le classement général, il n’aurait pas eu la même liberté pour récupérer ça et là un peu de temps. Sans doute, à ceci près que finalement il n’a vraiment récupéré du temps que dans l’Angliru, où il a accompli un véritable exploit, après avoir fait beaucoup d’efforts plus ou moins inutiles les jours précédents. C’est pour cela que j’avoue bien volontiers m’être trompé à propos de la force du « Pistolero », en le soupçonnant de ne pas avoir tout donné lors de son dernier Tour de France pour mieux arriver en forme à la Vuelta, et terminer ainsi sa magnifique carrière sur une victoire dans le grand tour de son pays.

Cela dit, ce n’est qu’une supposition, mais vu comme il a terminé ce Tour d’Espagne, je me demande si à la fin de l’épreuve ce n’était pas lui le plus fort. En tout cas, ce fut le cas dans les derniers jours et plus particulièrement dans la montée de l’Angliru, où il a donné l’impression de redevenir (presque) le Pistolero du Tour 2009 ou celui du Giro 2011, qu’il avait écrasé de toute sa classe. En tout cas, sans peut-être aller jusque-là, je pense qu’il était presque aussi fort que lorsqu’il a dominé Froome en 2014 dans la Vuelta. Ce fut d’ailleurs à cette occasion la seule fois où l’on vit les deux meilleurs coureurs du siècle en cours s’affronter à armes égales et au meilleur de leur forme, même si Contador n’était plus tout à fait le Contador de 2009, et même si Froome n’avait pas encore atteint son niveau de 2015. Evidemment tout cela est très subjectif, mais je ne suis pas certain d’avoir tort sur ces affirmations.

En tout cas Contador se retire de la compétition en pleine gloire avec cette victoire dans l’Angliru, et Froome se retrouve aujourd’hui avec à son palmarès le doublé Tour-Vuelta que seuls Anquetil et Hinault ont réussi. La comparaison est d’autant plus frappante qu’à l’époque la Vuelta se déroulait en avril, soit quelques semaines avant le Tour de France. Néanmoins cette comparaison s’arrête là, car la participation de la Vuelta dans les années 60 ou 80 était loin d’être au niveau de celle de nos jours. Toutefois l’exploit que vient de réaliser le super champion britannique, démontre si besoin était ce que j’ai toujours prétendu, à savoir que ce type de doublé est réalisable, comme est réalisable le doublé Giro-Tour que Contador aurait pu réussir en 2011 ou 2012 sans ses ennuis avec le laboratoire de Cologne, pour la plus grande joie des détracteurs du vélo. Malgré tout, n’en déplaise à ces détracteurs et aux instances du cyclisme, pour tous les vrais amateurs de vélo Contador se situe au troisième rang des vainqueurs de grands tours dans l’histoire du cyclisme, juste derrière Merckx et Hinault.

Certes, il n’est pas question de comparer les palmarès globaux (avec les courses d’un jour) de Contador et de ses deux illustres prédécesseurs, mais sans l’acharnement de l’UCI et de l’AMA, il serait à coup sûr à leur niveau sur les grands tours : la preuve il est le seul avec trois victoires sur la route dans chacun d’eux, ce qui veut dire qu’il en aurait au moins deux autres…s’il avait pu y participer. Quant à Froome, le voilà nanti de cinq succès dans cette catégorie, avec ses quatre Tours de France et sa Vuelta, ce qui le situe dans cette catégorie au niveau de Bartali, Binda et Gimondi, ce qui n’est déjà pas mal, même si Bartali, comme Coppi, ont vu leur carrière s’interrompre pendant une bonne partie de la seconde guerre mondiale, ce dont il faut tenir compte quand on veut comparer les coureurs dans l’histoire du vélo. Rejoindra-t-il Contador et ses neuf victoires? Certainement pas, au vu de ce qui sera sa saison la plus aboutie, qui me fait penser à celle d’Hinault en 1985, après son second doublé Giro-Tour, ce doublé étant son chant du cygne.

Il est même vraisemblable qu’il ne rejoigne pas Coppi, Indurain, Armstrong avec leurs sept victoires et encore moins Anquetil qui en compte huit, surtout si Quintana reprend sa marche en avant, le coureur colombien ayant eu cette année un trou d’air dans sa carrière en terminant « seulement » second du Giro et douzième du Tour, un rang indigne de sa réputation. Si l’an prochain il se fixe comme principal ou unique objectif le Tour de France, je doute que Froome puisse le battre. Quintana ne serait pas le premier coureur à ressusciter après une mauvaise année. Qu’on se rappelle Jacques Anquetil en 1958 et 1959, ce qui ne l’a pas empêché d’avoir un palmarès global extraordinaire à la fin de sa carrière, qui le met juste derrière Merckx et Hinault. En revanche je ne crois pas du tout en Nibali qui, malgré son très beau palmarès, n’est qu’un grand coureur et non un campionissimo, comme il l’a prouvé cette année en étant battu par Dumoulin et Quintana dans le Giro et par Froome dans la Vuelta, sans l’avoir réellement menacé.

Un dernier mot enfin, pour parler des Français qui n’ont pas existé dans cette Vuelta, et qui ont montré hélas que l’année prochaine ce ne sera pas eux qui feront tomber Froome de son piédestal. Je veux parler ici de Bardet et Barguil, mais aussi de Pinot…en espérant qu’il ne restent pas d’éternels espoirs. Combien de fois les Français amateurs de cyclisme ont été déçus par des espoirs qui n’en étaient pas vraiment! Inutile d’en faire la liste, elle serait trop longue. Et là où les Italiens ont un coureur comme Aru, malgré ses limites en contre-la-montre, là où les Espagnols ont Landa, là où les Colombiens ont en plus de Quintana et Uran, « Superman » López, vainqueur de deux étapes dans cette Vuelta, la France ne donne aucunement l’impression de posséder le successeur d’Hinault (Tour 1985), pas plus que celui de Fignon (Giro 1989), ni de Jalabert (Vuelta 1995).

Quelle tristesse d’écrire cela à chaque fois que je fais un article après un grand Tour, mais hélas c’est un constat et rien n’y peut changer. Heureusement, pour nous consoler nous avons un remarquable sprinter avec Arnaud Démare, vainqueur de Milan-San Remo l’année passée et cette année de la Brussels Cycling Classic qui s’appelait autrefois Paris-Bruxelles, même si cette dernière n’est plus considérée de nos jours comme une grande classique. On se réconforte comme on peut, mais réellement Démare est vraiment très bon, d’autant qu’il n’a que 26 ans. Dommage qu’il n’ait pas été élevé sur la piste, parce qu’il serait imbattable dans une arrivée au sprint.

Michel Escatafal

Publicités

Le doublé Tour-Vuelta est-il possible? Réponse : sans doute

Il y a comme cela dans le vélo des doublés mythiques (Giro-Tour, Tour-Vuelta) que beaucoup considèrent de nos jours comme impossible à réaliser, et je ne sais pas pourquoi. Certes on va me faire remarquer que la lutte contre le dopage a produit ses effets et que désormais il y a des objectifs impossible à se fixer, sauf à être un doux rêveur. C’est valable en partie en athlétisme comme on peut le constater à propos de certains records du monde féminins (100m, 200m, 400m, les lancers et même les sauts), mais aussi masculins pour les lancers, qui étaient tellement surhumains que personne n’a pu les approcher. Cela dit, le vélo n’est pas l’athlétisme et si les records tombent dans ce sport, c’est aussi en raison de l’évolution de la technologie. Qui songerait à comparer les exploits de Roger Rivière en poursuite (à la fin des années 50) avec ceux de Moser (dans les années 80) ou plus récemment de Wiggins? Toutefois, une chose est certaine : le dopage dans le sport n’a pas disparu, quelles que soient les mesures qui ont été prises pour essayer de l’endiguer.

Fermons cette longue parenthèse et revenons à des choses concrètes à l’approche du départ du Tour d’Espagne, qui sera marqué, je le rappelle, par le fait que l’on verra Contador pour la dernière fois sur un vélo de compétition. J’espère qu’il finira aussi bien que Mo Farah (une médaille d’or et une d’argent aux derniers championnats du monde d’athlétisme), et mieux que Bolt, foudroyé en plein vol dans la ligne droite du relais 4x100m, après avoir été dominé sur 100m. Cela pour rester dans la comparaison avec l’athlétisme. Cela étant il finira toujours mieux sa carrière que Coppi ou Merckx, voire même Anquetil, qui n’ont pas su s’arrêter à temps, et presque aussi bien qu’Hinault, Indurain ou Armstrong qui n’ont pas démérité, loin de là sur leurs dernières courses. Désolé de parler ainsi d’Armstrong, mais pour moi il n’a fait qu’avouer ce que tant d’autres ont fait avant lui (je pourrais aussi dire après), à une époque où on ne parlait pas ou si peu de dopage, et à une époque où les moyens pour contourner les règlements étaient beaucoup moins sophistiqués que de nos jours. Au fait, que je sache, Armstrong n’a jamais connu la moindre suspension pour dopage, et s’il a bénéficié d’AUT (autorisation d’usage à des fins thérapeutiques), dispositif ô combien controversé, il est loin d’être le seul. Alors pourquoi lui? Sans doute pour son histoire personnelle, mais en attendant il y en a beaucoup d’autres qui ont fait comme lui et à qui on n’a pas retiré leurs victoires, mais eux n’ont pas avoué ou l’ont fait 20 ou 30 ans plus tard, sans parler de certains laboratoires qui n’avaient pas tout à fait les mêmes capacités d’analyse que d’autres, ce qui a abouti à des résultats positifs qui ne l’auraient pas été ailleurs (cas Contador).

Fermons cette nouvelle parenthèse sur un sujet qui m’a constamment énervé, parce que comme toujours on ne sait que faire les choses à moitié, ce qui crée d’énormes injustices qui transforment les palmarès en menus à la carte, où chacun prend ce qu’il veut. Cependant essayons de voir les coureurs ayant le plus de chances de remporter la prochaine Vuelta, avec cette précision qui fait que le doublé Tour-Vuelta n’a été réalisé qu’à deux reprises avec Anquetil en 1963 et Bernard Hinault en 1978. A ce propos, on remarquera que le champion toutes catégories au palmarès des grandes épreuves, Eddy Merckx, ne l’a pas réalisé. ce qui paraît étonnant. En revanche il a fait le doublé Giro-Vuelta en 1973, tout comme Battaglin en 1981. Je ne mettrai pas sur le même plan ce même doublé Giro-Vuelta réussi cette fois par Alberto Contador en 2008, parce que jusqu’en 1994, le Tour d’Espagne se courrait juste avant le Tour d’Italie au printemps. alors qu’aujourd’hui la Vuelta se court en août et septembre, avec un délai d’un mois à peine après l’arrivée du Tour de France…ce qui pourrait expliquer que le dernier doublé Tour-Vuelta date de 1978 avec Bernard-Hinault. Cela étant on relativisera ce constat en notant que Quintana, troisième du Tour en 2016, s’est imposé quelques semaines plus tard en Espagne…en battant Froome qui venait de gagner le Tour de France.

Ceci m’amène à évoquer cette Vuelta 2017 qui s’annonce passionnante avec la participation de Froome, Nibali qui a terminé troisième du Giro en mai, Aru vainqueur en 2015, sans oublier Bardet qui est de nouveau monté sur le podium du Tour (3è), le Colombien Chaves, mais aussi Warren Barguil après son très beau Tour de France même s’il affirme concourir simplement pour une victoire d’étape, son leader étant théoriquement Keldermann, le Russe Zakarin (cinquième du dernier Giro), le Néerlandais Kruijswick qui aurait dû gagner le Giro 2016 (battu sur chute après avoir dominé l’épreuve jusqu’à l’avant-dernière étape), et bien évidemment Alberto Contador qui achèvera sa brillante carrière avec le dossard numéro un. En revanche manqueront à l’appel Quintana, Uran le second du Tour de France et le vainqueur du dernier Giro, Tom Dumoulin, sans oublier Landa, Valverde, non remis de sa chute dans le Tour de France. ni Samuel Sanchez qui vient d’apprendre qu’il se serait dopé à une hormone de croissance à…39 ans, après 19 années en tant que professionnel, ce qu’il nie avec force en attendant le résultat de la contre-expertise.

Alors qui va gagner? Je parierais sur Froome, même s’il n’est pas favori comme il l’était avant le Tour de France. Il semble que ses plus belles années (depuis 2012) vont s’arrêter à la fin de cette saison, parce que je ne le vois plus aussi fort, comme l’a confirmé le Tour de France. Néanmoins avec 40 km de contre-la-montre individuel et 13 km par équipes avec sa très forte équipe Sky, il sera très difficile à battre. En plus, qui va lui prendre du temps dans les cinq étapes de montagne. Après il y a Nibali, coureur un peu atypique chez les grands, parce que bon partout mais exceptionnel nulle part. Cela ne l’a pas empêché de gagner quatre grands tours, mais qui a-t-il battu à chaque fois? En revanche il n’a jamais fait le poids face à Contador ou Froome au sommet de leur forme, et il a été incapable de battre Dumoulin cette année dans le Giro, sans oublier sa victoire miraculeuse dans le Giro 2016, que j’évoquais auparavant. Si je devais parier gros, je le ferais sur Kruijswick, en pensant à son magnifique Giro de l’an passé. Ah, si Contador était encore Contador, mais il va avoir 35 ans en décembre…et cela fait 10 ans qu’il est au sommet, période durant laquelle il a gagné trois fois chacun des grands tours, ce qui lui vaut d’être troisième dans ce classement des grands tours nationaux derrière Merckx (11) et Hinault (10), et devant Anquetil (8), Coppi, Indurain et Armstrong (7).

Et les Français me direz-vous? Et bien ils ne seront pas favoris, pas même Bardet, pour qui les 40 km contre le chrono seront rédhibitoires. Au fait depuis quand un Français n’a-t-il pas gagné la Vuelta? Réponse : depuis 1995 et la victoire de Laurent Jalabert, ce qui est quand même plus récent qu’un succès dans le Giro (Fignon 1989) ou dans le Tour de France (Hinault 1985). Terrible constat quand même, même si je suis de ceux qui pensent que Romain Bardet (bientôt 27 ans) ou Warren Barguil (presque 26 ans)peuvent relever le gant dans les années à venir. Espérons que ce sera le cas, sinon c’est à désespérer du vélo dans une nation comme la nôtre qui a eu tellement de grands champions, dont quelques uns figurent parmi les plus grands de l’histoire, notamment Bobet, Anquetil, Hinault, et à un degré moindre Poulidor, Thévenet, Fignon ou Jalabert pour ne citer que des coureurs ayant couru depuis 1946. Remarquons toutefois que les Belges ne sont pas mieux lotis que nous dans les grands tours (dernière victoire De Muynck au Giro en 1978), eux qui ont donné au cyclisme le plus grand coureur au niveau du palmarès, Eddy Merckx. Et que dire des Néerlandais qui n’ont plus eu de vainqueur du Tour de France depuis Zoetemelk en 1980, de la Vuelta depuis 1979 avec ce même Zoetemelk. Cela dit, leur très longue disette s’est arrêtée cette année avec Tom Dumoulin, vainqueur du Giro. Et si Barguil remportait cette Vuelta? Après tout il est permis de rêver!

Michel Escatafal


La venue de Neymar au PSG et les adieux de Contador à la Vuelta

Cette fois c’est définitif, Neymar a signé au PSG pour 5 ans et ce ne sont pas les atermoiements du président de la Liga, mauvais joueur comme les dirigeants du Barça, qui pourront y changer quelque chose. Au passage, on notera que les dirigeants du Barça comme de la fédération espagnole ne supportent manifestement pas de voir un club français, qualifié de nouveau riche, venir se mêler à la cour des grands, à laquelle apprtiennent depuis des décennies le Real Madrid et le FC Barcelone, sauf que je n’imagine pas que le président du Real ait pu réagir de cette manière. On est un Grand d’Espagne ou on ne l’est pas! Cela dit, revenons à mon premier propos pour noter que c’est la plus belle histoire que le football français ait pu raconter en termes de transfert de joueur. Même Ibrahimovic, malgré son talent et son aura internationale, se situe à un niveau largement inférieur à celui de Neymar, en termes footballistique comme sur le plan commercial.

Oui, depuis combien de temps la Ligue 1 n’avait pas eu en son sein un des 2 ou 3 meilleurs joueurs du monde? Eh bien, si l’on enlève la présence de Zidane dans les années 90, mais il n’était pas encore le Zidane de la Juventus et encore moins du Real, ni celle de Platini dans les années 80, mais il n’était pas encore le Platini de la Juventus, il faut remonter au milieu des années 50 avec Raymond Kopa pour avoir trace d’un footballeur que l’on pouvait à juste titre considérer comme une super star du ballon rond. Et il l’était effectivement, comme il allait le prouver au Real Madrid en devenant ce qu’est devenu Neymar au FC Barcelone, à savoir le numéro 2 derrière Messi du club le plus emblématique du monde avec le Real Madrid. Le « Napoléon du football », comme on a surnommé Kopa en Espagne, a d’ailleurs prouvé son extraordinaire talent en remportant en 1958 le Ballon d’Or, après avoir été élu cette année-là meilleur joueur de la Coupe du Monde en Suède, devant des Pelé, Didi ou encore l’Allemand Rahn ou les Suédois Gren, Hamrin et Liedholm.

En écrivant ces lignes je vois beaucoup d’analogies entre Kopa et Neymar, l’un étant le numéro 2 du Real après Di Stefano, à l’époque considéré comme le meilleur joueur de la planète, exilé à l’aile droite par la force des choses et Neymar jouant lui-même à l’aile gauche qui, différence avec Kopa, est davantage son poste naturel. Cela dit la grande différence entre Kopa et Neymar se situe sur le fait que nous ne sommes plus dans les années 1950, mais en 2017, ce qui, avec l’influence des réseaux sociaux et le merchandising y afférent, fait plus apparaître Raymond Kopa comme un gladiateur de l’époque romaine qu’une star planétaire du football, vue de nos jours. Et oui, nous ne somme plus dans le même monde qu’au milieu du siècle dernier, même si le transfert de Kopa en 1956 au Real Madrid avait lui aussi battu tous les records…mais seules quelques personnes privilégiées dans le monde pouvaient regarder ces joueurs à la télévision. Il n’y avait ni Sky Sport, ni BeInSport, ni Canal+ etc, et je le répète internet n’existait pas.

Voilà, je ne vais pas en rajouter sur Neymar au PSG, qui met tellement en joie la quasi totalité des amateurs de football dans notre pays, à l’exception de quelques pisse-vinaigre qui ne s’intéressent pas à ce sport, de J.M. Aulas, écoeurant de jalousie, qui ne pense qu’à son Olympique Lyonnais et de quelques « insoumis » qui y voient une occasion de fustiger le capitalisme, tout en se gardant de critiquer véhémentement le comportement de certains dictateurs marxistes, sans parler de certain journaliste comme Patrick Montel, qui se permet de critiquer la venue de Neymar pour 222 millions d’euros, mais qui vit depuis des années grâce au sport, notamment l’athlétisme…qu’il n’a jamais pratiqué et à propos duquel il n’a pas l’once d’une compétence technique. J’arrête là car cela prend trop de temps de décrire les tribulations de ces « insoumis » qui, en réalité n’en sont pas vraiment.

Changeons de sujet à présent et passons au Tour de France, pour dire que cette année pourrait bien être la dernière victoire dans l’épreuve de Froome, ce dernier paraissant sur le déclin. Il me fait penser un peu à Jacques Anquetil en 1964, vainqueur de Poulidor pour moins d’une minute (55s), ou encore à Bernard Hinault qui a gagné le Tour 1985 sans être réellement le plus fort, son coéquipier Greg LeMond s’étant interdit de l’attaquer. La preuve l’année suivante, il sera nettement battu par ce même LeMond, ce qui ne l’empêchera pas de terminer sa carrière (à 32 ans) sur une excellente note. Froome n’en est pas encore à la fin de sa carrière, mais il commence à prendre de l’âge (32 ans). Certes il n’est apparu au firmament du cyclisme qu’en 2011 en terminant second de la Vuelta, après n’avoir jamais rien gagné auparavant, ce qui malheureusement pour lui a laissé beaucoup de place aux suspicions de toutes sortes, mais il semble n’être plus le Froome dominateur que l’on a connu entre 2012 et 2016. Rappelons qu’il a remporté ce Tour vraiment à l’économie avec seulement 54s sur Uran, 2mn20 sur Bardet et 2mn 21s sur Landa son coéquipier, qui était peut-être le plus fort de tous.

Sans que ce soit aussi flagrant qu’en 2012 quand Froome fit cadeau de sa victoire à Wiggins, nettement inférieur en montagne, je pense qu’un Landa protégé aurait pu l’emporter cette année. Dans sa nouvelle équipe l’an prochain, le Basque espagnol pourrait faire très mal à Froome et aux autres…s’il est leader, ce qui n’est pas acquis s’il rejoint la Movistar avec ses deux leaders Valverde et Quintana. En tout cas, sauf accident comme cette année, il sera un grand favori du Giro 2018, s’il le court. Et s’il progresse encore un peu plus contre-la-montre, tout comme Bardet, il sera dangereux lors du Tour de France, car Landa a montré que le doublé Giro-Tour n’est pas impossible, comme je l’ai toujours pensé. Pour mémoire Landa a couru le Giro où il a brillé (une victoire d’étape en montagne et le prix du meilleur grimpeur). Certes il n’avait pas la pression d’être leader après sa chute au début de l’épreuve, mais il a participé à de nombreuses échappées, ce qui ne l’a pas empêché d’arriver en grande forme au Tour de France, contrairement à Quintana (2é du Giro) ou à Contador en 2015, qui semblait cramé après son Giro victorieux et qui subissait déjà les affres du déclin.

Mais ce même Contador aurait réussi ce doublé à coup sûr, comme je l’ai souvent indiqué sur ce site, sans les problèmes qu’il a connus lors du Tour 2010, et qui l’ont partiellement détruit alors qu’il était au sommet de son art. L’UCI s’est d’ailleurs ridiculisée en lui enlevant la victoire lors du Giro 2011, qu’il avait écrasé de toute sa classe devant Scarponi et Nibali, alors qu’il était l’objet d’une surveillance exacerbée de la part de l’UCI et de l’Agence mondiale antidopage. Enfin, pour tous les amoureux de ce sport magnifique qu’est le vélo, Contador restera un des plus grands champions de l’histoire avec ses 9 grands tours remportés, car évidemment on compte dans son palmarès le Tour 2010 et le Giro 2011 gagnés sur la route sans que personne n’ait pu prouver qu’il se dopait. Et si je parle encore une fois de Contador c’est parce qu’il a décidé d’abandonner la compétition après la prochaine Vuelta, épreuve durant laquelle, en hommage à ses trois victoires, il portera le numéro 1.

Pour tous les amoureux du vélo, cela va être un grand manque, Contador nous ayant prouvé qu’il fut à la fois un extraordinaire baroudeur, et un immense champion, juste derrière les Merckx, Hinault, Coppi, Anquetil, se positionnant parmi les très grands avec Bartali, Bobet, Indurain ou Armstrong. Je n’en dirai pas davantage sur ce campionissimo espagnol, tellement j’ai abreuvé mon site d’articles sur le Pistolero. Souhaitons quand même qu’après avoir fini dans les dix premiers son dernier Tour de France, il finisse cette fois la Vuelta dans le top 5 pour sa dernière course. Il le mérite amplement, au vu de ce qu’il a apporté au cyclisme, en rappelant notamment ses envolées sublimes du Giro 2011, son extraordinaire numéro dans l’étape menant à Fuente Dé qui lui permit de renverser la situation et de s’imposer lors de la Vuelta 2012, qui marquait son retour après presque un an sans courir, sans oublier le Tour 2009 où son attaque supersonique sur les pentes vers Verviers lui permit de prendre le maillot jaune et de le garder jusqu’à Paris en battant Andy Schleck et Armstrong. Nul doute que son intelligence et son sens des affaires lui permettront de vivre sa retraite de la meilleure des façons, sans oublier les jeunes de sa fondation, dont un peut-être reprendra le flambeau qu’il va laisser ces prochaines semaines. Au revoir et merci cher Pistolero au nom de tous les amoureux du vélo.

Michel Escatafal


Les années en 7 du Tour sont souvent particulières

Bonjour à tous mes lecteurs, à qui je dois des excuses, mais la France vient de vivre une longue séquence politique…qui explique qu’on pense à autre chose qu’au sport dans ces circonstances. Aujourd’hui la France est « En Marche » et c’est sûrement la chance de notre pays, avec un président jeune et ambitieux. Fermons la parenthèse et place au Tour de France, après un début de saison marqué par la énième grande saison de printemps de Valverde (37 ans), qui collectionne les victoires dans les classiques et les courses à étapes de moins d’une semaine, au point de se rapprocher du palmarès de Sean Kelly, c’est-à-dire juste derrière les monstres sacrés du cyclisme sur route. En revanche le premier des grands tours, le Giro, a confirmé que désormais Dumoulin sera un interlocuteur de premier ordre dans l’avenir, grâce évidemment à sa capacité à rouler au niveau des tous meilleurs contre le chrono, mais aussi par sa faculté à se dépasser en montagne pour suivre très longtemps les meilleurs grimpeurs, un peu comme savait si bien le faire Indurain ou encore Rominger. En revanche, dans ce même Giro, Quintana a montré des limites que nombre de gens ne lui soupçonnaient pas, tout comme Nibali, bon partout mais exceptionnel nulle part.

Du coup qui sont les favoris du prochain Tour de France? Normalement, si tout va bien pour lui, le vainqueur sera Froome, car il est le meilleur des favoris en montagne et contre-la-montre, un peu comme Contador entre 2008 et 2011 ou 2012. Froome est donc a priori imbattable et il devrait l’être. Sérieusement, avec en plus un Tour d’Italie dans les jambes, on ne voit pas Quintana le menacer. Je ne vois pas hélas non plus Contador dominer Froome, parce que, contrairement à Valverde, le Pistolero ne se bonifie pas avec l’âge. Certes il reste toujours ce coureur flamboyant, capable de faire sauter n’importe qui à la faveur d’une belle manoeuvre en montagne, mais il se trouve toujours un coureur à présent pour le confiner aux places d’honneur. Depuis le début de la saison Contador a terminé second du Tour d’Andalousie, de Paris-Nice après un baroud d’honneur magnifique dans la dernière étape, du Tour de Catalogne et du Tour du Pays Basque, battu notamment par Valverde dans les trois épreuves espagnoles. Contador reste un grand coureur, mais il n’est plus le meilleur depuis au moins deux ans. Valverde justement pourrait être un outsider, mais il sera d’abord au service de Quintana…parce qu’il peut difficilement espérer gagner le Tour de France. En fait, il n’a gagné qu’un grand Tour dans sa longue carrière (Vuelta 2009) comme Kelly.

Alors qui d’autre? Aru peut-être, mais le nouveau champion d’Italie est trop limité contre-la-montre pour s’imposer. En plus, malgré ses qualités de grimpeur, il n’est pas assez fort en montagne pour battre Froome et même Quintana ou Contador. Il y a Porte aussi, mais lui est un coureur de courses d’une semaine, ayant toujours craqué dans le Tour de France à un moment ou un autre. Ce n’est pas pour rien qu’il n’ait jamais gagné encore un grand tour. Restent des coureurs comme Fulgsang, Chaves ou notre Bardet national, mais qui peut imaginer ces coureurs s’imposer dans le Tour de France sauf circonstances exceptionnelles ou très grande surprise, comme certains Tours de France nous en ont réservé dans les années se terminant par 7, avec toutefois une différence notable par rapport au passé, à savoir que les meilleurs coureurs à étapes d’aujourd’hui sacrifient tout à leur préparation pour le Tour de France. On peut le regretter, mais c’est ainsi depuis les années 90, avec comme précurseur Greg LeMond, ce qui lui a bien réussi (3 victoires).

Et puisque j’évoque l’histoire, je voudrais en profiter pour parler rapidement de quelques Tours de France célèbres qui se sont terminés par de grandes surprises. Celui de 1937, marqué par l’arrivée du dérailleur pour tous ( dont les cyclotouristes étaient équipés depuis 1924) que tout le monde donnait à Bartali, déjà deux fois vainqueur du Giro à 22 ans, un des plus grands grimpeurs de l’histoire, qui avait la main mise totale sur ce Tour (18mn35s d’avance sur Sylvère Maes le vainqueur de l’année précédente), avant de s’écraser entre Grenoble et Briançon sur une barrière dans une descente et tomber dans un torrent glacé. Il put certes continuer mais, trop diminué par ses blessures, il abandonna entre Toulon et Marseille laissant la victoire à Roger Lapébie, bon coureur certes mais loin d’être un super crack comme Bartali (voir mon article Guy et Roger Lapébie : une fratrie qui a honoré le vélo ). C’est un peu comme si Fulgsang gagnait le Tour cette année!

Je passe sur la rocambolesque et magnifique victoire de Robic en 1947 (voir mon article Jean Robic, guerrier sans peur…et presque sans reproche ) pour arriver à 1957, avec l’avènement de celui qui allait devenir un des champions de légende du vélo, Jacques Anquetil. Il l’emporta certes avec près d’un quart d’heure d’avance sur le Belge Janssens, mais sa victoire fut facilitée par l’abandon prématuré des grimpeurs Gaul (terrassé par la chaleur) et Bahamontes, lesquels n’auraient pas manqué d’exploiter la défaillance dans l’Aubique de celui qui allait dominer le vélo entre 1960 et 1966. Autre scenario en 1967, avec la victoire de Pingeon, que personne n’attendait dans un Tour réservé à Raymond Poulidor, Mais une chute entre Strasbourg et Metz allait l’obliger à mettre un terme à ses ambitions, laissant la victoire à Pingeon en devenant un coéquipier de luxe. Pour mémoire ce Tour est celui de la tragédie du Mont Ventoux qui vit la mort de Simpson. On pourrait aussi évoquer le Tour 1977 avec la deuxième victoire surprise de Thévenet, qui a profité au maximum de la fin de carrière de Merckx et de l’effacement d’Ocana pour l’emporter devant Hennie Kuiper. Ce sera le chant du cygne de Thévenet.

Un peu plus près de nous, en 1987, ce fut Stephen Roche qui remporta un Tour de France que JF Bernard n’aurait jamais dû perdre. Une défaite dont il ne se remit jamais réellement. En tout cas Roche profita des circonstances pour réussir le doublé Giro-Tour, et même le triplé avec le championnat du monde, ce que seul Merckx a réussi avec lui. La comparaison avec Merckx s’arrêtera là, parce que Stephen Roche fut simplement un très bon coureur à étapes et non un de ces cracks qui ont marqué durablement l’histoire du vélo. Un crack qu’aurait dû être Jan Ullrich…s’il avait eu la volonté qui allait avec son talent. Il a toutefois gagné facilement le Tour de France 1997, laissant Virenque à plus de 9mn et Pantani à plus de 14mn, puis la Vuelta en 1999, sans oublier ses trois deuxièmes places dans la Grande Boucle derrière Armstrong, qu’il aura eu la malchance d’avoir face à lui. Enfin en 2007, ce sera l’avènement du crack du vingt-et-unième siècle dans les courses à étapes, Alberto Contador, vainqueur de 9 grands tours ( 3 Tours de France, 3 Tours d’Italie et 3 Tours d’Espagne), ce qui le situe juste derrière Hinault (10) et Merckx (11). Les égalera-t-il? J’en doute, mais sa place est au Panthéon du cyclisme.

Michel Escatafal


Les remontadas se font (presque) toujours au détriment des Français

Et oui, mercredi soir nous sommes des millions à avoir vécu un cauchemar avec le PSG, même si certains crétins sont heureux d’avoir vu « le QSG », comme ils disent avec des relents nauséabonds, éliminé de la plus prestigieuse des compétitions de club. Cauchemar en raison de l’ampleur de cette défaite horrible contre le FC Barcelone (6-1), ce qui ne nous empêche pas de saluer la victoire de Lyon, hier soir, après une belle remontée contre l’AS Roma en Ligue Europa. Evidemment on n’en parle pas autant que mérité, parce que la Ligue Europa n’intéresse pas grand monde et ne concerne que les clubs éliminés ou non qualifiés en Ligue des Champions. Fermons la parenthèse et revenons à cette défaite du PSG contre le Barça qui, aux yeux de nombreux observateurs, aura du mal à aller loin dans cette Ligue des Champions, ce qui ajoute encore plus d’amertume aux yeux des amateurs de football parisiens et français. Car ce n’est pas seulement une défaite, mais une véritable humiliation qui, malgré des décisions arbitrales très contestables (le penalty accordé à Suarez à la 87è minute, survenant après celui refusé à Di Maria* à la 84è minute beaucoup plus flagrant, comme l’a reconnu Mascherano un peu plus tard) qui vaudront à l’arbitre d’être reversé en Europa League ou d’être carrément mis à l’écart, laisse quand même penser à une grosse faute professionnelle collective, en raison de la faillite et de la pusillanimité de la formation parisienne pendant la quasi totalité de ce match.

Collective parce que c’est le job du staff technique et des joueurs qui a été mal fait, et certainement aussi celui du staff dirigeant si on regarde un peu en arrière, en faisant ici allusion au manque de patience des décideurs qataris, qui prennent des décisions surprenantes avec leurs directeurs de football ou sportifs (Kluivert et Leonardo), qui font que les entraîneurs s’en vont très vite (Ancelotti), faute d’attendre des jours meilleurs après quelques défaites, ou qui sont virés après une énorme déception, ce qui fut le cas de Laurent Blanc après trois années sur le banc…qui lui avaient permis de renouveler son contrat pour deux ans…juste avant d’être licencié. Ce sera sans doute aussi le cas avec Emery, surtout s’il ne gagne pas le championnat ou les coupes nationales. Comment pourrait-il rester en poste après une pareille déculottée, et surtout après avoir entrevu la qualification jusqu’à la 87è minute après le but de Cavani, qui obligeait le Barça a mettre trois buts sans en encaisser en moins de 7 ou 8 minutes.

C’est pour cela que l’on emploie partout dans la presse les mots de naufrage, cauchemar et je suis poli, même si l’arbitre, je le répète, a aussi beaucoup contribué à la qualification d’un FC Barcelone loin d’être aussi brillant qu’à ses plus belles heures, ce qui doit ajouter au courroux des patrons du PSG à Doha. C’est aussi pour cela que l’on attend avec impatience la réaction des décideurs qataris, dont l’équipe qui devait être le phare sportif du Qatar, aura réussi le tour de force d’être la première dans l’histoire de la Coupe d’Europe à avoir été éliminée après avoir gagné 4-0 le match aller. Quelle humiliation pour les dirigeants de l’émirat!

Voilà j’arrête là sur ce match qui a dû causer énormément d’insomnies chez les amateurs français de football, car évidemment tous les journaux et autres sites web de notre pays et d’Espagne ne parlent que de cela. Et certains de s’interroger sur la détermination de QSI à continuer à injecter des sommes très importantes, même pour un Etat, pour aboutir à être dans l’incapacité de dépasser les quarts de finale en Ligue des Champions ou les huitièmes cette année. Cela dit, après ce serait peut-être un mal pour un bien, puisque cela pourrait obliger le PSG a piocher dans son centre de formation, riche de quelques éléments prometteurs qui, sans cet accident industriel, n’auraient peut-être jamais eu leur chance. Or Rabiot, puis à présent Kimpembe et même N’Kunku, ont prouvé lors du match aller contre ce même Barça qu’ils avaient toutes les qualités pour s’imposer dans ce PSG. Et d’autres comme Callegari ou Georgen devraient aussi avoir leur chance plus tard, ce qui éviterait de dépenser des sommes très importantes pour des joueurs qui ne leur sont pas forcément supérieurs…ou qui ne jouent pas (Krychowiak, Jese etc.) N’oublions pas que le Barça a formé ou récupéré très tôt Messi, Piquet, Iniesta, Busquet, Xavi ou encore Puyol.

Si j’arrête là, c’est aussi parce que ce qui est arrivé au PSG, fut-il version qatari, s’est déjà souvent produit au détriment de nos clubs, coureurs, athlètes ou équipes de France. Il n’y a guère que le handball qui ait échappé à ce type de catastrophe, ce qui est l’exception qui confirme la règle. C’est la raison pour laquelle, sur ce site qui se veut consacré à l’histoire du sport, je veux évoquer quelques souvenirs personnels qui m’ont occasionné des nuits blanches, quand j’étais jeune et très sportif et après. Je vais en prendre quatre, parce que ce sont les plus douloureux avec celui d’hier soir, pour le pratiquant et ou supporter que j’étais. Je vais donc commencer par le plus ancien, qui date de 1964, et qui concerne un sport, l’athlétisme, que j’ai pratiqué très jeune et que j’ai toujours aimé jusqu’à aujourd’hui, mon blog en témoigne. C’était à l’occasion des Jeux Olympiques de 1964 et cela concernait, non pas un sprinter comme j’aurais aimé être, mais sans doute le plus grand miler français de l’histoire, en même temps que le premier sportif français capable de faire interrompre un journal télévisé (comme on disait à l’époque) pour retransmettre une de ses multiples tentatives de record du monde (1500m, mile, 2 miles, 3000m et 5000m), je veux parler de Michel Jazy. J’ai déjà évoqué son palmarès sur ce site, ce qui me permet de rappeler qu’il fut médaille d’argent du 1500m aux J.O. de Rome en 1960, double champion d’Europe du 1500 et du 5000m, et recordman du monde du mile et du 3000m. Il n’a pas été champion du monde, parce qu’à l’époque il n’y en avait pas et il n’a pas été champion olympique…parce qu’il a eu peur de l’être en 1964. Pourquoi j’écris cela? Parce que si Michel Jazy avait couru le 1500m, il l’aurait gagné sans problème pour la bonne raison qu’il n’avait jamais été aussi fort sur cette distance, et que le seul qui aurait pu le battre, le Néo-Zélandais Peter Snell, n’aurait pas participé au 1500m si Jazy avait choisi cette épreuve, se sachant a priori inférieur au Français. Mais celui-ci qui était « monté » sur 5000m l’année précédente, pensait que sa plus sûre chance de médaille d’or se situait sur cette distance que, pourtant, il ne maîtrisait pas complètement.

Résultat, après avoir laissé le champ libre à Snell sur 1500m, qui pulvérisa ses adversaires, Jazy se présenta au départ du 5000m en favori, avec le recordman du monde de l’époque Ron Clarke, qu’il était certain de battre dans la dernière ligne droite. A priori, c’était un bon calcul…à condition de n’être pas paralysé par la peur, un peu comme le PSG hier soir. Pour cela il suffisait à Jazy de relayer Ron Clarke quand celui-ci accélérait , afin de se retrouver face à face dans le dernier tour. Au lieu de cela, Jazy s’est contenté de suivre Clarke comme son ombre emmenant avec lui le peloton quasiment jusqu’à la cloche. Théoriquement tout était encore jouable puique Jazy était de loin le meilleur de tous sur 1500m et même 800m. Mais c’était sans compter sur deux éléments imprévus avant la compétition : d’abord la pluie qui rendait la cendrée très lourde et une violente attaque de l’Américain Dellinger aux 450m, à laquelle Jazy eut le tort de répondre immédiatement, ce qui l’obligea à lancer le sprint aux 350m. Tout le monde fut instantanément décroché, à commencer par l’Allemand Norpoth, qui se retrouva à plus de 10m, l’autre Américain, Schul, étant plus loin encore. Pour tout le monde, la course était pliée à cet instant, sauf qu’à l’entrée du dernier virage Jazy commença à se crisper, en même temps que Schul commençait sa remontada. Et celle-ci fut d’autant plus efficace que Jazy commençait à payer sa terrible accélération de la ligne opposée, sur une cendrée détrempée. Schul le rejoignit à environ 60m de la ligne, et le passa sans coup férir, Jazy en perdition laissant passer Dellinger et Norpoth, pour finir à la quatrième place. Terrible désillusion pour un athlète qui moins d’un an plus tard battra tous ses adversaires à Helsinki, dont Schul et Clarke, et s’avèrera comme le nouveau crack de la distance. L’année suivante il sera champion d’Europe en battant nettement Norpoth qui avait pris la deuxième place à Tokyo.

Autre remontada de triste mémoire, celle des Gallois à Cardiff en 1966, pour ce qui était la finale du Tournoi des 5 Nations entre les deux meilleurs ennemis de l’époque, qui étaient aussi les deux meilleures équipes de rugby de l’hémisphère Nord. Si la Coupe du Monde avait existé à cette époque, sans doute les deux nations en auraient remporté une. Fermons la parenthèse et revenons à l’Arms Park de Cardiff, où un vent terrible soufflait en bourrasques sur le terrain. Les Français avec une équipe ultra offensive où l’on retrouvait à l’ouverture Gachassin et les frères Boniface au centre attaquaient ce match à fond sous l’impulsion de son capitaine Michel Crauste. Et ils prenaient très vite leur distance avec les Gallois, malgré le fait que les Gallois d’Alun Pask avaient choisi de jouer avec le vent dans le dos en première mi-temps. Essai de Duprat au bout de 2 minutes de jeu comme à la parade. Hélas, et c’est très important, faute de concentration sans doute, Lacaze manquait la transformation pour avoir négligé le vent et pris trop de recul pour ce coup de pied. Pas grave se disait-on, d’autant qu’à la treizième minute le troisième ligne Rupert interceptait et allait aplatir entre les poteaux après une course de 60 mètres. Cette fois Lacaze réussissait la transformation, et cela faisait 8-0 contrele  vent après moins d’un quart d’heure de jeu. Certes les Gallois réussissaient à passer deux pénalités au milieu de la première mi-temps, mais tout le monde se disait qu’en deuxième période, après les « citrons » comme on disait à l’époque, les Français n’allaient faire qu’une bouchée de ces Gallois avec l’appui du vent.

Hélas ce ne fut pas le cas, précisément à cause du vent. A 10 minutes du coup de sifflet final, Dauga prend la balle en touche dans les 22m gallois. La balle arrive à Gachassin qui perce et adresse une passe lobée, comme il en a fait des milliers à l’entraînement avec le FC Lourdes, à André Boniface. Et là c’est le drame, une rafale de vent empêche le ballon de tomber dans les mains d’André Boniface et atterrit dans les bras de l’ailier Stuart Watkins, tout surpris de pareille aubaine, lequel va marquer un essai de 90 m, presque sans opposition, la course de Claude Lacaze pour essayer de stopper l’ailier Gallois s’avérant vaine. Les Gallois venaient de prendre l’avantage contre toute attente (9-8), laissant les Français désemparés. Pourtant une ultime chance leur est offerte par l’arbitre à la dernière minute sous la forme d’une pénalité en moyenne position. Malgré un bon coup de pied, Lacaze ne convertira pas cette offrande, le ballon passant tout près des poteaux emporté par le vent. Tous ceux qui comme moi avaient le rugby dans le sang n’avaient plus que leurs yeux pour pleurer, ce qui allait provoquer une véritable révolution de palais dans le petit monde du rugby français, et mettre fin définitivement à la carrière internationale des frères Boniface…qui n’étaient pour rien dans cette énorme désillusion. De quoi dire : ô rage, ô désespoir, ô tempête ennemie! N’ai-je donc tant vécu que pour vivre pareille infamie?

Mais le plus dur restait encore à venir, presque 16 ans plus tard, le 18 juillet 1982, avec le célèbre France-Allemagne en demi-finale de la Coupe du Monde de football 1982. Ce soir-là rien ne nous fut épargné, à commencer par l’agression de Schumacher, le gardien allemand, sur Battiston pendant la deuxième mi-temps de la rencontre, alors qu’il venait juste de rentrer, sans que l’arbitre ne bronche, n’accordant même pas un carton jaune pour un geste qui eut mérité l’expulsion immédiate (sortie les pieds en avant alors que Battiston n’avait plus le ballon qui valut au joueur français trois dents cassées et surtout une vertèbre endommagée). Ensuite ce fut le tir sur la barre d’Amoros à la toute fin du temps réglementaire qui s’écrasa sur la barre transversale, et qui amena les deux équipes en prolongations (1-1 à la fin du match). Et là, alors que les Français menaient 3-1 grâce à deux buts de Trésor et Giresse, alors qu’il restait 20 minutes à jouer, les Bleus se firent remonter en encaissant deux buts allemands à la 104è et la 110è minute, ce qui obligea les deux équipes à se départager aux tirs au but, les Allemands en convertissant 5 contre 4 aux Français, Bossis manquant son tir, trop mou, facilement arrêté par Schumacher…qui n’aurait pas dû être là depuis bien longtemps. Bien que n’ayant jamais joué au football, j’ai toujours été intéressé par ce sport, et ce fut pour moi une terrible déception, qui m’obligea à l’époque à prendre ma voiture et à faire au moins 50 kilomètres pour me remettre (un peu) de mes émotions.

Enfin dernière remontada que je voudrais évoquer, qui concerne un sport que j’ai adoré et pratiqué très longtemps, celle de Greg LeMond, lors de la dernière étape du Tour de France 1989, au détriment de Laurent Fignon. En ce dernier jour de Tour, personne n’imagine que LeMond puisse reprendre plus de 50s à Laurent Fignon, contre la montre entre Versailles et Paris, sur une distance de 24,500 km, d’autant que si LeMond est un excellent rouleur, Fignon n’était pas manchot dans l’exercice. La preuve, il remporta le Grand Prix Nations cette même année 1989, en rappelant une fois encore que cette épreuve était considérée comme le véritable championnat du monde c.l.m., jusqu’à la création officielle de ce titre (1994). Néanmoins Laurent le Magnifique, comme certains l’appelaient, souffrait de deux handicap au départ de cette étape, l’un était technique parce qu’il ne disposait pas comme LeMond d’un vélo doté d’un guidon à double géométrie, et l’autre, médical, parce qu’il avait une induration à la selle qui le tenaillait depuis quelques jours. Malgré tout, presque une minute à reprendre pour le champion américain, c’était quand même beaucoup. Et pourtant, juché sur son vélo supersonique pour l’époque, avec son énorme braquet (54×12 soit 9m30 de développement), LeMond allait réussir l’impossible exploit, au prix d’un départ de fou, qui lui permit de refaire une grande partie de son handicap dès les premiers kilomètres, avant de porter l’estocade dans les dernières encablures du parcours entre la place de la Concorde et l’arrivée sur les Champs. LeMond l’emportait pour 8 secondes, à la moyenne de 54.545 kmh, soit un écart de 120 mètres pour une course de 3285 km! Quelle remontada pour LeMond, mais quelle tristesse pour Fignon et tous ses nombreux supporters, dont je faisais partie. J’ai fini ma soirée hébété, abattu, errant comme une âme en peine au bord de la plage à Agde, en ayant cette vision apocalyptique de Fignon écroulé et battu sitôt la ligne d’arrivée franchie. Espérons simplement que le PSG se relève de cette tragédie pour le club, comme Fignon s’était relevé de celle du Tour 1989 avec sa victoire dans le GP des Nations deux mois plus tard, et comme il s’est relevé l’an passé de sa triste défaite contre Manchester City en réalisant le triplé une nouvelle fois (champion de France et vainqueur des deux coupes).*

Michel Escatafal
* Sans parler du penalty imaginaire contre Marquinhos à la 91è minute, il y a d’abord une énorme faute d’arbitrage sur une main de Mascherano dans la surface à la 11è minute de jeu, et plus encore le penalty non sifflé sur Di Maria à la 85eme minute sur une grosse faute de Mascherano qui fauche le joueur parisien en pleine surface de réparation alors que ce dernier va au but. Sentence normale : penalty et carton rouge. Que fait l’arbitre de surface, qui n’avait pas hésité pas à faire revenir l’arbitre sur sa décision sur le penalty sifflé contre Meunier, qui n’est en rien scandaleux même si c’est très sévère, quand il faut prendre cette décision ? Paris serait revenu à 3-2, à 11 contre 10 et je vous fais grâce de la suite…ce qui n’enlève rien au match médiocre du PSG, sauf qu’il serait qualifié.

Michel Escatafal


Kopa restera à jamais le Napoléon du football

kopaStanley Matthews en 2000, Di Stefano en 2014, George Best en 2005, Josef Masopust en 2015, Lev Yachine en 1990, Eusebio en 2014, Omar Sivori en 2005, Ferenc Puskas en 2006, Sandor Kocsis en 1979, Johan Cruyff en 2016, et Raymond Kopa en 2017. Voilà un bien beau panel d’immenses footballeurs, avec l’année de leur disparition, qui, en plus d’avoir accumulé les trophées nationaux, européens ou mondiaux, ont en commun d »avoir été Ballon d’Or, plus prestigieuse distinction personnelle pour un footballeur, sauf pour les deux Hongrois (Puskas et Kocsis), que j’ai tenu à inclure dans cette liste tellement ces deux joueurs auraient mérité d’y figurer. Donc si j’écris cela, c’est aussi et surtout parce que hier matin ils ont été rejoints au paradis des footballeurs par Raymond Kopa, un des plus grands joueurs de l’histoire du football mondial, mais aussi un précurseur dans ce monde du ballon rond par son sens des affaires. Kopa n’était pas qu’un génie du jeu qui l’a amené au firmament de son sport, c’était aussi un précurseur de ce qu’allait devenir le football des années 2000, où l’argent est devenu le symbole du sport le plus connu et pratiqué dans le monde. Et de l’argent il a su en gagner…et en gagnerait encore plus aujourd’hui s’il avait 25 ans.

Parlons donc aujourd’hui de Raymond Kopa footballeur, qui est considéré par tous ceux qui connaissent l’histoire du football comme un des trois plus grands joueurs français de tous les temps avec Platini et Zidane. Bien entendu je ne vais pas faire une hiérarchie entre les trois, parce que les plus jeunes diront que c’est Zidane qui fut le meilleur, les moins anciens voteront Platini, et les plus anciens Kopa. Cependant, à défaut de désigner le meilleur, chacun sait bien que ces trois joueurs représentent ce que notre football a produit de meilleur, chacun d’eux symbolisant aussi une des plus belles périodes de l’équipe de France.

Kopa, c’est l’équipe de 1958 qui termina troisième de la Coupe du Monde, avec le titre de meilleur joueur pour son meneur de jeu. Platini, c’est l’équipe de France qui remporta le championnat d’Europe des Nations en 1984, en étant à la fois le meilleur joueur et le meilleur buteur de la compétition (9 buts en 5 matches). Quant à Zidane, c’est la France championne du Monde 1998 (avec ses deux buts en finale) et championne d’Europe 2000. Enfin pour bien montrer que le choix des amateurs de football n’est pas subjectif, il faut se rappeler, comme je l’ai dit précédemment, que Kopa fut avec Di Stefano le meilleur joueur du Real Madrid entre 1956 et 1959, qui dominait à cette époque le monde du football de club, que Platini a été élu meilleur joueur de la Juventus toutes époques confondues, en plus d’avoir obtenu trois fois consécutivement le Ballon d’Or, et que Zidane fut avec Ronaldo (le Brésilien) le joueur qui symbolisa le Real du début des années 2000.

La véritable carrière de Raymond Kopa, qui a démarré dans la vie comme mineur, commença en avril 1951, avec le match nul du SCO d’Angers (à l’époque en D2) dans un match amical contre le Stade de Reims, qui avait remporté la Coupe de France l’année précédente, et qui comptait dans ses rangs des joueurs comme le gardien Sinibaldi, ou encore Jonquet et Penverne qui seront de la campagne de Suède en 1958, sans oublier le Hollandais Appel. Peu importe le résultat (match nul 4-4), mais ce jour-là un homme allait éclabousser le match de tout son talent, notamment par ses dribbles extraordinaires, Raymond Kopazewski. Il était tellement doué ce jeune joueur de 20 ans, fils de Polonais, qu’Albert Batteux, l’entraîneur du club champenois, s’empressa de le faire signer au Stade de Reims. Voilà comment Raymond Kopa, comme on l’appellera désormais, s’est retrouvé propulsé dans un des meilleurs clubs européens, parce que le Stade de Reims dans les années 50, c’était au minimum le top 5 du foot mondial, comme nous dirions de nos jours, avec comme différence que les les plus grands clubs avaient une équipe comportant en majorité ou presque totalement des joueurs nationaux.

Fermons la parenthèse et revenons à Kopa pour dire qu’à partir de son arrivée à Reims, sa carrière va suivre une trajectoire rectiligne qui va le mener en équipe de France à l’âge de 21 ans, sitôt après qu’il fût naturalisé français. Il honorera la première de ses 45 sélections contre l’Allemagne, le 5 octobre 1952, à Colombes devant 56.000 spectateurs. C’était une équipe très jeune qui avait été composée à cette occasion, avec Roger Marche comme capitaine et doyen d’âge (28 ans). Parmi les jeunes de cette équipe figuraient Penverne, mais aussi Cisowski qui deviendra un des meilleurs buteurs de l’histoire de notre football, l’ex-Hongrois Joseph Ujlaki qui aura eu le malheur d’arriver au sommet en même temps que Kopa, ou encore le gardien Ruminski et le défenseur Gianessi. Cette équipe allait réussir une très belle performance en l’emportant par 3 buts à 1, avec des buts d’Ujlaki, Cisowski et Strappe.

Ensuite Kopa allait devenir très vite le patron sur le terrain du Stade de Reims, avec qui il deviendra à quatre reprises champion de France, et de l’équipe de France, au point d’être appelé le 17 mars 1955 le « Napoléon du football » par les Espagnols, à l’issue d’une victoire au stade Santiago Bernabeu (où jouait le Real Madrid), contre l’Espagne (2-1), avec un but de Kopa qui fut véritablement exceptionnel ce jour-là. Cette performance du meneur de jeu français allait donner évidemment des idées au Real qui le recrutera un an plus tard, en 1956. Auparavant Kopa et le Stade de Reims avaient remporté la Coupe Latine (1953), ancêtre de la Coupe d’Europe, en battant l’AC Milan à Lisbonne (3-0) avec des buts de Jonquet, Kopa et un remarquable jeune joueur, Francis Meano, qui hélas allait trouver la mort accidentellement quelques jours plus tard à l’âge de 22 ans.

Ensuite pour Kopa ce sera l’épopée européenne avec le Stade de Reims, qui arriva en finale de la première Coupe d’Europe contre le Real Madrid (1956), après avoir notamment éliminé en quart de finale le club hongrois de Voros Lobogo, où opéraient Hidegkuti, Sandor, Sipos ou Zakarias, tous membres de la grande équipe de Hongrie de Puskas et Kocsis. Le Real Madrid remportera cette finale sur le score de 4-3, à l’issue d’un match que les Rémois n’auraient jamais dû perdre, ayant mené 2-0 après dix minutes de jeu. Ce n’était que partie remise pour Kopa, puisqu’il allait remporter les trois Coupes d’Europe suivantes en 1957, 1958, et …contre le Stade de Reims en 1959, finale qu’il finit blessé suite à un choc avec Vincent, je devrais plutôt dire une agression. Cette blessure, à la cheville droite, n’allait pas être sans conséquence, puisque cette cheville ne le laissera plus jamais tranquille jusqu’à la fin de sa carrière, malgré plusieurs opérations.

En tout cas à cette époque Raymond Kopa était considéré comme le meilleur joueur de la planète avec Di Stefano, son coéquipier du Real, un peu comme de nos jours le duel Messi-Ronaldo, sauf que les deux joueurs opéraient dans la même équipe. Pendant sa période madrilène (1956-1959) où il conquit aussi le titre de champion d’Espagne à deux reprises (1957 et 1958), Raymond Kopa joua ailier droit la plupart du temps, le poste de meneur de jeu étant réservé à Di Stefano. Pour l’anecdote je rappellerais une phrase attribuée à Raimundo Saporta, véritable bras droit du président Santiago Bernabeu, répondant à Raymond Kopa qui regrettait de ne pas pouvoir s’exprimer à son meilleur poste : « Ecoute, tu es payé, et même très bien payé. Alors tu dois savoir qu’ici le numéro un c’est Di Stefano, et le numéro deux c’est toi ! ». Néanmoins, ce poste excentré ne l’empêchera pas de marquer 48 buts en 158 matches. En outre il remportera le ballon d’Or en 1958 (accompagné par Fontaine sur le podium) et sera deuxième en 1959, derrière Di Stefano. Kopa sera aussi sacré en 1958 meilleur joueur de la Coupe du monde, comme je l’ai écrit précédemment, devant des joueurs comme les Brésiliens Didi et Pelé, remportant la troisième place avec l’équipe de France, une performance qui aurait pu être plus belle encore sans la blessure de Jonquet contre le Brésil, alors que le score était nul (1-1). Kopa, meilleur joueur, et Fontaine, meilleur buteur (13 buts), étaient au firmament du football mondial, et allaient se retrouver au Stade de Reims au début de la saison 1959-1960.

Kopa en effet, ne pouvant être libéré à sa guise pour jouer avec la sélection nationale, décide de revenir à Reims pour une durée de six ans. Ce fut le premier joueur à disposer d’un contrat à temps, pour lequel il s’était beaucoup battu, et qui allait lentement devenir la règle pour tous les joueurs (1968) qui, auparavant, appartenaient à vie à leur club, au point d’être transférés dans un autre club sans être mis au courant du transfert (cas de Penverne transféré au Red Star en 1959). Il allait aussi être le premier à devenir une icône en termes de marques avec des chaussures, des vêtements ou encore des jus de fruits à son nom. Cela dit, et pour revenir au jeu proprement dit, Kopa et Fontaine n’auront pas, hélas, l’occasion de beaucoup jouer ensemble sous le maillot rouge (Reims) ou bleu (équipe de France), car Kopa n’en finissait plus d’avoir des problèmes à sa cheville, et Fontaine devant arrêter le football à 28 ans (1962), après avoir marqué 165 buts en 200 matches de championnat et 30 buts en 21 sélections (statistiques hallucinantes, supérieures à celles de Messi et Ronaldo), suite à deux fractures de la jambe (1960 et 1961).

Kopa, pour sa part, disputera son dernier match avec l’équipe de France le 11 novembre 1962 (défaite contre la Hongrie 3 buts à 2), avant de refuser toute sélection suite à un différend avec le sélectionneur de l’époque G. Verriest, qui s’obstinait à vouloir le faire jouer ailier droit. Malgré tout, l’empreinte que laisseront les duettistes Kopa et Fontaine restera indélébile dans l’histoire du football français, et ils symboliseront à jamais le jeu à la rémoise des années 50 avec Piantoni, au point qu’on parlait à l’époque du trio Fo-Ko-Pi comme on avait parlé quelques années auparavant du trio suédois du Milan AC Gre-No-Li qui voulait dire Gren-Nordhal-Liedholm. Voilà un tout petit résumé de la carrière de Raymond Kopa, qui restera à jamais le « Napoléon du football », excellente comparaison en faisant référence au génie militaire du vainqueur d’Austerlitz .

Michel Escatafal


En Formule 1, succéder à son père ne garantit pas le succès

verstappenIls sont nombreux les pilotes de Formule 1 à suivre la voie tracée par leur père, plus nombreux sans doute que dans nombre d’autres sports. Il est vrai que si l’on est né dans le milieu fermé de la discipline reine du sport auto, au demeurant une des plus suivies dans le monde, sur tous les continents, il est plus facile d’y avoir accès et de pouvoir espérer y atteindre le plus haut niveau… ce qui ne signifie pas pour autant que le succès soit immanquablement au rendez-vous, comme nous l’allons voir dans cet article.

Le premier dont je voudrais parler est le fils d’un triple champion du monde, Nelsinho Piquet, qui s’est surtout signalé en montrant qu’il avait la langue bien pendue, ce qui le conduit parfois à dire d’énormes bêtises, inversement proportionnelles au talent qu’il a montré sur la piste, bien loin des performances passées de son père Nelson (aujourd’hui âgé de 64 ans). Pour mémoire ce dernier fut triple champion du monde, comme je l’ai déjà dit, et compte à son palmarès 23 victoires, 24 poles en 207 grand prix dans les années 80, ce qui en fait un pilote de grande classe, juste derrière les plus grands de son époque (Prost, Senna notamment) et de l’histoire de la discipline. Si je parle de son fils Nelsinho, c’est parce que j’ai lu quelque part qu’en son temps il avait critiqué dans une interview Romain Grosjean, disant de lui qu’il avait eu beaucoup de chance (par rapport à lui) parce qu’il est arrivé chez Lotus au bon moment (2012), « avec un équipier (Kimi Raikkonen) plutôt faible et une très bonne voiture ».

Traiter Raikkonen de la sorte est une insulte faite à son père, pour la simple raison qu’Iceman, comme est surnommé le pilote finlandais, a des statistiques quasiment équivalentes à celle de Nelson Piquet, alors que lui, Nelsinho, n’a réussi comme performance notable au volant d’une voiture compétitive (Renault 2008 et 2009), qu’un seul podium. Et sa critique vis-à-vis de Romain Grosjean est aussi nulle, dans la mesure où Grosjean a toujours fait preuve de rapidité, malgré quelques grosses erreurs, ce qui lui a permis d’engranger une dizaine de podiums chez Lotus et de marquer 29 points au volant d’une Haas peu compétitive l’année passée. Mais comme si cela n’était pas suffisant, et c’est pour cela que j’évoque son nom, il a profité de cette interview pour s’attaquer à…Senna, une des deux ou trois icônes absolues de la F1 avec Fangio et peut-être Jim Clark ou Michael Schumacher pour ses 7 titres mondiaux et tous les records ou presque de l’histoire de la F1. Pour le jeune Piquet, en effet, « si Ayrton Senna avait commencé sa carrière dix ans plus tôt, il n’aurait probablement jamais gagné aucun championnat », précisant selon ses dires qu’il « était très rapide et commettait très peu d’erreurs, mais du point de vue de la compréhension de la mécanique de sa voiture, c’était un pilote très faible ».

Au passage on observera que Nelsinho Piquet aime employer le mot « faible », et surtout n’a pas peur du ridicule quand il l’emploie à propos de Senna et Raikkonen…infiniment supérieurs à lui, et intrinsèquement meilleurs que son père (surtout Senna). Comme je l’ai précisé antérieurement, Nelson Piquet ne sera jamais considéré comme une légende de la piste, parce qu’il bénéficia très longtemps de circonstances favorables dans sa carrière, à savoir l’extrême compétitivité des Brabham de Bernie Ecclestone à la fin des années 70 et, plus encore au début des années 80, avec le moteur turbo BMW. Mais quand il quitta cette équipe fin 1985 pour atterrir chez Williams, il montra ses limites face à Mansell, comme il les montrera plus tard chez Benetton face au jeune Michaël Schumacher (1991), qui précipita sa retraite.

Un peu plus tard, Nelsinho a quelque peu atténué ses propos, suite aux réactions indignés des amateurs de sport automobile, généralement très bien informés et très souvent bons connaisseurs de la F1, en affirmant que Senna « était un pilote très rapide et le meilleur en termes de vitesse pure », mais qu’ «il n’a pas eu le même répertoire pour la partie mécanique que la génération précédente ». Néanmoins le mal était fait, et il est passé aux yeux de tout le monde pour un charlot. Et si ce mot apparaît un peu fort, je rappellerais que Nelsinho Piquet restera pour l’éternité le seul pilote de F1, et sans doute du sport automobile, à avoir volontairement « crashé » sa voiture pour favoriser le résultat de son coéquipier Alonso lors du Grand Prix de Singapour en 2008, attitude totalement irresponsable qui ne sera pas suffisante pour lui permettre de conserver son volant.

Ces propos et le rappel de ce triste épisode de la carrière de Nelsinho Piquet m’ont fait réfléchir à un phénomène courant dans les milieux artistiques (cinéma, variétés…), mais finalement très rare dans le sport, à savoir les avantages de la filiation pour poursuivre sur les traces du père ou de la mère. Certes, il n’est pas rare voir le fils essayer de marcher sur les pas de son père, mais sans aucune garantie de succès. C’est le cas notamment en Formule 1, puisqu’on compte sur les doigts d’une seule main les pilotes qui ont été dignes du talent de leur père. En fait ils ne sont que quatre à ma connaissance : Alberto Ascari dans les années 50, et plus récemment Damon Hill, Jacques Villeneuve et Nico Rosberg. Reconnaissons que cela fait très peu, mais en sport, contrairement au cinéma ou dans les variétés, le talent se reconnaît à coup de secondes, de mètres ou de centimètres. Mieux même, en Formule 1 c’est plutôt en dixièmes ou en centièmes de seconde que se fait la différence entre les meilleurs et les autres. Parfois même, un ou deux millièmes conditionnent tout le déroulement d’une course, par exemple à Monaco ou Budapest, circuits où il est très difficile de doubler un concurrent, et où la place en qualification est primordiale pour l’emporter.

Fermons la parenthèse pour revenir aux fils qui ont essayé d’imiter leur père dans la discipline reine du sport automobile. Comme je l’ai dit précédemment, il y a eu beaucoup d’appelés mais très peu d’élus. Parmi les appelés je citerais Gary et David Brabham, ou encore Michaël Andretti, lequel a fait une magnifique carrière dans les formules américaines, mais qui n’a pu être réellement jugé sur sa valeur en F1 parce qu’il a été l’équipier d’Ayrton Senna, sans oublier Nelsinho Piquet. Bien d’autres ont fait leurs classes dans les formules inférieures ou en endurance, mais avec des performances insuffisantes pour leur valoir les honneurs de la F1, et parmi ceux-ci je citerais chez les Français les fils Tambay et Prost. En revanche les fils Ascari, Hill, Villeneuve et Rosberg, ont parfois dépassé les pères ou, à tout le moins, les ont égalés…en attendant, peut-être l’arrivée de Mick Schumacher.

Comme mon blog évoque l’histoire du sport, je vais parler plus particulièrement d’Alberto Ascari, le plus ancien des quatre, qui fut avec Fangio le plus brillant pilote des années cinquante, en tout cas celui qui a le plus beau palmarès après l’Argentin, avec ses deux titres de champion du monde en 1952 et 1953 (sur Ferrari), ses 13 victoires et ses 14 pole position en 32 grand prix. Alberto était le fils du grand champion qu’était Antonio Ascari, mort sur le circuit de Montlhéry en 1925, alors qu’il était au sommet de son art. Alberto commencera sa vraie carrière en 1948 chez Alfa-Romeo, avant de passer très vite chez Ferrari, avec qui il obtiendra ses deux titres mondiaux au volant de la fabuleuse 500 F2 avec un moteur 2 litres.

En 1954 et 1955, Alberto Ascari signera chez Lancia, avec le fameux épisode de sa sortie de piste lors du Grand Prix de Monaco 1955, qui lui vaudra de plonger dans l’eau du port. Plus de peur que de mal, mais hélas le destin n’aura pas été clément bien longtemps avec lui, puisque après un séjour très court à l’hôpital de Monaco, il se rend à Monza le jeudi suivant (26 mai 1955) pour voir Castellotti essayer une Ferrari Sport. Bien qu’en tenue de ville, Ascari demande à essayer à son tour la voiture…ce qu’il fera sans être casqué. Il fera deux tours seulement avant d’être victime d’un accident fatal, mourant dans l’ambulance. Curieusement cet accident nous ramène à son père qui trouva la mort à Monthléry un 26 (26 juillet 1925), dans un accident, sans être casqué et au même âge (37 ans).

Enfin, je voudrais terminer en citant un ancien pilote de Formule 1 qui n’a pas connu un grand succès dans sa carrière ( 17 points marqués entre 1994 et 2003), malgré ses 107 grands prix disputés. Certes il n’a jamais eu de voiture réellement compétitive (Tyrrell, Arrows, Stewart, Minardi), mais s’il n’a jamais été appelé par une écurie plus huppée, c’est parce qu’il n’avait pas le talent suffisant pour conduire dans un top team. Néanmoins Jos Verstappen est en train de connaître une réussite qui sera exceptionnelle…avec son fils à peine âgé de 19 ans, devenu en 2016 un des tous meilleurs pilotes actuels, certains affirmant même qu’il est déjà le meilleur.

Cela demande confirmation, mais il pulvérise les records de précocité en carrière, avec à son compteur une victoire à Barcelone, où il résista comme un grand à Kimi Raikkonen sur Ferrari, mais aussi un meilleur tour en course au Brésil où, sous la pluie, il fit penser à un certain Ayrton Senna, la référence absolue dans les conditions les plus difficiles. Pour preuve de ses immenses qualités, contrairement à son père, il est déjà dans le baquet d’une des meilleures voitures de la grille, la Red Bull, après avoir fait ses classes dans une Toro Rosso. Autre preuve, il a au moins fait jeu égal avec un autre surdoué, l’Australien Ricciardo, en Formule 1 depuis 2014, le dominant même en fin de saison après avoir remplacé pour insuffisance de performances le Russe Kvyat, à partir du grand prix d’Espagne.

En tout cas, s’il y a bien un jeune pilote qui fait l’unanimité dans le paddock, c’est bien Max Verstappen, même si certains lui reprochent son arrogance et son extrême détermination (je suis très gentil!) pour empêcher un autre pilote de le dépasser. En revanche tout le monde souligne sa vitesse en qualifications où il fit jeu égal à la fin de la saison avec Ricciardo, un maître en la matière, et plus encore sa constance en termes de performance sur la durée d’un grand prix. Pour ma part, si je devais faire une comparaison avec d’autres cracks de la discipline je dirais qu’il ressemble à la fois à Prost et à Senna. Si je fais ce jugement, c’est parce que Coulthard (ancien excellent pilote chez Williams et Mac Laren) a dit à propos de Max Verstappen « qu’ au Brésil, sous la pluie, il a trouvé des trajectoires que l’on ne prend normalement jamais, et ça a fonctionné », ajoutant un peu plus tard que « Max est un pilote courageux et intelligent. Avec ces deux qualités, on a quelque chose de surhumain. »

Coulthard n’est évidemment pas le seul à avoir remarqué toutes les qualités de ce jeune homme, chevalier sans peur mais pas encore sans reproche, qui dispose évidemment d’une énorme marge de progression, ce qui me fait dire que le prochain champion du monde pourrait bien s’appeler Verstappen, malgré les inconnues de la nouvelle réglementation. Cela dit, compte tenue du savoir-faire de Red Bull en matière de châssis et de la nette progression du moteur Renault fin 2015 et au cours de l’année 2016, pareil pronostic n’a rien de farfelu, bien au contraire…même si à titre personnel je préférerais que le champion 2017 s’appelle Kimi Raikkonen. Mais pour cela il faudrait que la nouvelle Ferrari soit bien née, et convienne au style d’Iceman.

Michel Escatafal