Roger Rivière, le meilleur rouleur de l’histoire du cyclisme

Alors qu’aujourd’hui le monde du vélo, suspendu à l’attente du verdict concernant le « contrôle anormal » de Contador, ne semble bruire qu’à travers les affaires de dopage, il est peut-être bon de faire un retour sur le passé pour évoquer un champion tout à fait exceptionnel, aujourd’hui presque totalement oublié, Roger Rivière. Ce coureur, en effet, aurait pu être le champion du vingtième siècle…si la fatalité ne l’avait pas arraché à son métier en 1960, seize ans avant sa mort le 1er avril 1976 (35 ans déjà!). En fait, sa vie lui fut ôtée en grande partie le 10 juillet 1960 (à l’âge de 24 ans) dans la descente du col du Perjuret, lors de la 15è étape d’un Tour de France qui lui était promis.

Ce jour là, poussé par son orgueil de champion, le recordman du monde de l’heure s’était mis en tête de suivre Nencini, son rival italien, dans une descente qualifiée de « pas trop difficile » par son coéquipier Rostollan, sauf les deux derniers virages. Et c’est précisément dans un de ces deux virages que Roger Rivière fila tout droit, avant de tomber lourdement quelques mètres plus bas, et d’être victime d’une fracture à la colonne vertébrale. Certes il avait manqué un virage, mais il aurait pu s’en tirer sans trop de dégâts, avec une fracture de la clavicule, de la jambe ou du bras. Dans ce cas il aurait perdu le Tour de France, mais sa carrière ne se serait pas terminée à cet endroit.

Que de regrets peut-on nourrir de ne pas avoir assisté à la suite de la confrontation à peine esquissée avec Jacques Anquetil, né deux ans avant lui ! Pour sûr nous aurions eu un duel comparable à celui que se livrèrent les deux campionissimi Italiens, Coppi et Bartali, dans les années 40 et au début des années 50, dont tous les connaisseurs affirment que ce fut le plus somptueux de l’histoire du vélo, et peut-être même du sport en général. Et bien si Roger Rivière avait pu reprendre sa carrière après cette chute, avec tous ses moyens bien entendu, il est permis de penser que l’on aurait atteint les mêmes sommets. Qui aurait gagné ? Beaucoup de gens se posent la question, mais nombre d’observateurs du vélo sont convaincus que Roger Rivière était intrinsèquement supérieur à Jacques Anquetil, comme Coppi l’était vis-à-vis de Bartali. Cela étant rien ne dit que Rivière aurait eu un palmarès plus brillant que celui de son rival normand, car Jacques Anquetil semblait un peu plus résistant que le merveilleux styliste stéphanois.

Pourquoi peut-on dire avec tellement de certitude que Rivière aurait le plus souvent battu Anquetil, alors que nombre de coureurs ou de suiveurs ne l’avouent pas de cette manière ? Tout simplement parce que le peu de temps qu’ils ont été confrontés l’un à l’autre directement, c’est toujours Rivière qui a gagné. Cela a commencé en 1957, en poursuite, quand les deux hommes se sont affrontés en finale du championnat de France. D’ailleurs peu après, Roger Rivière devint pour la première fois champion du monde de poursuite professionnel, titre qu’il conservera jusqu’à la fin de sa carrière. Sur la distance de 5 km il était imbattable, au point qu’il se joua en 1957 d’un des plus grands poursuiteurs de tous les temps réputé invincible à l’époque, Guido Messina. Celui-ci, rappelons-le, fut deux fois champion du monde amateur en 1948 et 1953 et champion du monde professionnel de 1954 à 1956. Cette dernière année il battit Jacques Anquetil en finale du tournoi mondial, quelques semaines après que ce dernier eût effacé Coppi des tablettes du record de l’heure.

 Et sur des distances plus longues ? Et bien c’était la même chose, puisque Rivière battit nettement le record de l’heure en 1957, couvrant 46,923 km presque en s’amusant dans la mesure où il n’avait pas spécialement préparé cette tentative. Tout le monde savait qu’à la première occasion il ferait beaucoup mieux, et c’est ce qu’il fit le 23 septembre 1958 en portant le record à 47,347 km…malgré une crevaison.  Sans cette crevaison, qui de l’avis de tous les spécialistes lui à fait perdre 700 ou 800 mètres, il aurait fait sauter la barrière des 48 km dans l’heure. Plus personne ne s’attaquera à son record jusqu’en 1967, tellement il était haut perché. Et ce sera Jacques Anquetil qui le fera en septembre 1967 à 33 ans, donc en fin de carrière et qui le battra de 146 mètres avec 47,493 km. Néanmoins  pour éclatante que fût la performance de Jacques Anquetil, elle se situait en valeur absolue assez loin de celle de Roger Rivière neuf ans plus tôt.

 Cependant, si Roger Rivière a été le plus grand spécialiste de la poursuite dans l’histoire du cyclisme, nombreux sont ceux qui pensent qu’il fut aussi le meilleur rouleur sur des distances allant jusqu’à 60 ou 70 km. Il suffit de se rappeler que Rivière domina nettement Anquetil dans les deux contre-la-montre du Tour de France 1959, avec une nette victoire entre Seurre et Dijon sur une distance de 69 km, où Roger Rivière laissa Anquetil à 1 mn 38 s. En revanche il est vraisemblable que sur des distances plus longues, comme au Grand prix des Nations dans les années 50 (plus de 100 km), la puissance de Jacques Anquetil aurait prévalu sur la facilité de Roger Rivière.

 Et sur les grands tours ? Là aussi l’histoire est là pour nous éclairer. Jacques Anquetil a gagné son premier Tour à sa première tentative en 1957. En revanche il a échoué en 1958 et en 1959. Cette même année il est vraisemblable que si Roger Rivière avait été dans la position de Jacques Anquetil en 1957, leader unique de l’Equipe de France, il aurait gagné ce Tour de France. D’ailleurs si l’on observe qu’il termina à 5mn 17s de Bahamontes, après avoir perdu 5 mn dans l’étape d’Aurillac plus 3 mn dans la descente du Tourmalet, le tout par manque d’expérience et par l’absence auprès de lui d’équipiers prêts à l’aider, on peut effectivement penser, qu’entouré par une équipe expérimentée, il aurait gagné sans problème ce Tour de France.

 La même année il aurait dû gagner aussi le Tour d’Espagne à sa première tentative, sans deux crevaisons qui lui firent perdre dans la 11è étape un quart d’heure…parce que son directeur sportif était derrière Pierre Everaert, en perdition, qui portait le maillot de leader. Ah s’il y avait eu les oreillettes ! Malgré tout Roger Rivière, qui n’avait que 23 ans, venait déjà de prouver qu’il était le plus fort, mais aussi sans doute le plus malchanceux. Ce n’était rien hélas à coté de ce qui allait se passer dans la descente du col du Perjuret. Regrets éternels !

 Michel Escatafal

Publicités

9 commentaires on “Roger Rivière, le meilleur rouleur de l’histoire du cyclisme”

  1. alain heron dit :

    BONJOUR A TOUS MALGRE MON ADMIRATION POUR ROGER RIVIERE JE NE CROIS PAS QUIL AURAIT ETE LE MEILLEUR ROULEUR DU MONDE.JANQUETIL LAVAIT LARGEMENT DOMINER DANS LES CLASSIQUES DU CONTRE LA MONTRE COMME GRPRIX DE FORLI OU LUGANO .JE NE PARLE PAS DU GRAND PRIX DES NATIONS CONSIDERER PAR LES SPECIALISTES COMME LE CHAMPIONNAT DU MONDE DES ROULEURS OU RIVIERE A ECHOUER EN 1959 DOMINER PAR LE ROULEUR ITALIEN ALDO MOSER ET EN LABSENCE DU MAITRE INCONTESTER DE CETTE EPREUVE 6VICTOIRES CONSECUTIVES DE 1953 A 1958.OUI RIVIERE ETAIT AUSSI UN FORMIDABLE ROULEUR A CONDITION QUE LEFFORT NE DEPASSE PAS 1H 30 VOIR 40 .DOU CETTE PUISSANCE SUR LE RECORD DE LHEURE.MAI JANQUETILPOUVAIT SADAPTER SUR DES COURTES DISTANCES ET REALISER DES PERFORMANCES EPOUSTOUFLANTES REPRENEZ SON PALMARES CE QUI NENLEVE RIEN AU ROULEUR EXTRAORDINAIRE QUETAIT ROGER RIVIERE.UN AUTRE ROULEUR DEXCEPTION NORMAND LUI AUSSI SERAIT ENTRER EN COMPETITION DES GRANDS ROULEURS SIL NAVAIT DISPARUT PREMATUREMENT A 25 ANS DUN ACCIDENT GERARD SAINT MAIS CE CI EST UNE AUTRE HISTOIRE

  2. redtorso dit :

    Roger Rivière était un Champion Exceptionnel qui était destiné à rejoindre les plus grands !!!! Il me semble INDECENT de faire ici, après ce remarquable article lui rendant hommage le procès du dopage …..et salir en quelque sorte sa Mémoire !!!! Dans le vélo (ailleurs on le sait très bien tout est clean ?????? arretons je vous en prie 😦 ………..(.Allez regarder les petits rats de l’Opéra ), on sait comment çà se passe hélas …. puisque les autres Champions de cette époque mentionnés nous ont quitté trop tôt aussi .La liste est SANS fin……Roger Rivière a écrit beaucoup des plus belles pages du Cyclisme …Merci Roger !!!!!!!

  3. redtorso dit :

    J’invite les admirateurs de ce GRAND Champion à aller visionner le film Roger Rivière de l’INA disponible ici ; l’hommage de Robert Chappatte , une des références du vélo dans l’hexagone, « poursuivi jusqu’au bout par une malchance impitoyable  » et J.P Olivier en disent long ( si besoin était ) sur le potentiel qu’avait ce coureur hors norme …..Roger nous t’oublierons JAMAIS …….

  4. Petit Coureur dit :

    Potentiel oui. Talent oui. Facilité oui. Savez-vous que Rivière était le seul coureur dont les narines sécartaient d’elle-mêmes à chaque inspiration ? Un signe physiologique révélateur. Maintenant, aurait-il battu Anquetil longtemps ? Leur seule confrontation sur le Tour, en 59, est un mauvais exemple puisque les deux rivaux ne furent pas en mesure de prétendre réellement à la victoire pour les raisons que l’on sait. Le mental et le sens tactique (voire calculateur) d’Anquetil ne lui aurait pas rendu la tâche facile. Dans votre hypothèse, je ne crois absolument pas que Rivière aurait gagné le Tour « sans problèmes » (!), beaucoup trop inexpérimenté face à un Anquetil qu’on a vu en dehors du contre la montre, rétablir des situations incroyables. Tout est possible. Quant à la Vuelta, ça fait partie de la carrière d’un coureur : demandez à Anquetil, Bobet et Fignon comment « on » leur a fait perdre le Giro ! Seule certitude, un affrontement Rivière-Anquetil sur plurieurs années aurait été fantastique.

  5. jack dit :

    à 19 ans Anquetil est le seul à avoir remporté le GP des nations…. sans commentaires!

  6. poletiko christian dit :

    Pour ma part j’avais 10 ans lorsque Rivière est tombé, je l’admirais et le trouvais supérieur à Anquetil contre la montre, en référence au Tour de 1959. Si Rivière avait eu un brin de chance en poursuivant sa carrière, il aurait eu un brillant palmarès ; en tous cas, j’ai la conviction qu’Anquetil aurait eu un palmarès plus réduit étant donné que Rivière aurait marché sur ses plates bandes, en ajoutant Poulidor qui avait aussi une carte à jouer pour perturber ce duo…

  7. boulogne dit :

    j’avais 14 ans quand j anquetil a gagné son 1er tour de france ce fut des lors et jusqu’a aujourdhui 2015 mon idole .
    3 mois apres sa chute en 1960 roger riviere fut présenté au spectateur du stade pierre de coubertin .
    j’ai eu le culot à cette époque de pénétrer les coulisses et de m’introduire dans une pièce ou roger accompagné de raymond louviot attendait leur entrée sur le stade .à cette occasion j’ai récuperé les 2 autographes.

    ces 2 champions auraient bataillé .ils se seraient tout partagé .je pense que anquetil se serait partagé la plus grosse part du gateau poussé dans ses derniers retranchements il aurait poussé l’exploit très loin .

    poulidor n’aurait pas existé ,et évidemment n’aurait pas eu la popularité qui fut la sienne

  8. gillard dit :

    Je ne suis pas tout a fait d accord avec vous.En effet en 1959 ce n etait pas le grand Anquetil car dans la 1 etape clm du tour il fut aussi battu par Baldini qu Il domina souvent et ecrasa Dans Bourgoin/Lyon 1962.Riviere etait mais deja versatile.bav. P.Gg

    • msjsport dit :

      Bonjour
      Si j’ai écrit cela, c’est parce qu’en valeur absolue Rivière était supérieur à Anquetil contre-la-montre, au moins jusqu’à des distances allant jusqu’à 60 km. En outre il était nettement meilleur qu’Anquetil en poursuite sur 5 km. D’ailleurs que ce soit en poursuite ou contre-la-montre Anquetil n’a jamais battu Rivière. En revanche, même si l’on peut penser que Rivière aurait fait une belle carrière sur la route, je pense qu’Anquetil était plus résistant que lui, et qu’il aurait eu du mal à lui résister dans les grands tours. Bonne journée


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s