Le plus bel été du XV de France

Quand les rugbymen français se retrouvèrent le 6 juillet 1958 au rendez-vous fixé par le manager de la tournée Serge Saulnier, pour s’envoler en direction de l’Afrique du Sud où ils allaient disputer dix matches dont deux  tests, bien peu de supporters, et sans doute aussi un peu les joueurs, s’imaginaient qu’ils allaient revenir auréolés de gloire, pour avoir été la première équipe depuis 1896 à avoir battu les Springboks  chez eux. C’est donc un très grand exploit que nos tricolores ont réalisé entre le 12 juillet et  le 16 août 1958, d’autant que le bilan global présentait  non seulement  une série de tests victorieuse, mais aussi cinq victoires, deux matches nuls et seulement trois défaites.

Et pourtant, avant même qu’elle ne débutât, cette tournée ne se présentait pas sous les meilleurs auspices, parce que de nombreux joueurs sélectionnés avaient dû laisser leur place pour diverses raisons, professionnelles, ou encore sur blessure, et parfois aussi pour des motifs d’ordre privé ou militaire. Raisons professionnelles parce qu’à cette époque, le rugby n’était pas professionnel et les joueurs avaient tous un métier à côté du rugby. Maurice Prat par exemple, le fameux trois-quart centre du F.C. Lourdais était hôtelier à Lourdes, et Lourdes autour du 15 août est en pleine effervescence, donc impossibilité pour le frère de Jean Prat de se déplacer aussi longtemps.  Autre vedette de notre rugby, Michel Crauste ne pouvait laisser seule sa femme malade au moment où les joueurs allaient embarquer. Michel Hoche et Claude Mantoulan, pour leur part venaient de  partir pour l’Algérie comme des milliers de jeunes du contingent. Enfin, Domec, troisième aile du F.C. Lourdes venait de subir une opération du genou.

Par rapport à l’équipe sur laquelle comptaient les sélectionneurs pour poursuivre sur la lancée de la fin de saison 1958, avec une victoire contre l’Australie, contre le Pays de Galles à Cardiff (une première pour notre rugby), contre l’Irlande et l’Italie, cela faisait quand même un certain handicap qui ne pouvait qu’atténuer la confiance de ceux qui faisaient preuve d’un excès d’optimisme. Si j’évoque cette série de victoires, c’est pour souligner qu’après une année 1957 calamiteuse, et un début 1958 qui ne l’était pas moins,  les sélectionneurs faisant preuve de hardiesse avaient décidé, pour sauver la patrie, d’incorporer dans le XV de France pas moins de sept joueurs lourdais, appartenant à la plus grande équipe de club que notre rugby ait possédé, jusqu’à l’arrivée au pouvoir du Stade Toulousain version Noves.  Et malgré la réticence de certains à accepter la sélection, notamment le fameux duo de centres lourdais Martine-Maurice Prat, l’équipe de France allait se métamorphoser en machine à gagner, sous le commandement de celui qui allait être considéré pour l’éternité comme un des deux ou trois plus  grands capitaines de son histoire, le deuxième ligne Lucien Mias (photo).

En fait ce n’était pas vraiment lui le capitaine au départ (il s’appelait Celaya), mais c’était lui le véritable patron des « âmes et des corps » pour parler comme Denis Lalanne, grand journaliste à l’Equipe, auteur du célèbre livre « Le grand combat du XV de France » ayant trait à cette tournée, et sur lequel j’ai puisé nombre d’ informations intéressantes pour écrire cet article. Lucien Mias, surnommé Docteur Pack  la fois parce qu’il était médecin et novateur du jeu d’avants, fut un extraordinaire chef de meute au cours de cette tournée, et ce fut d’abord lui qui permit à cette équipe de vivre cette extraordinaire épopée au pays des Springboks. Il faut savoir en effet qu’en Afrique du Sud le rugby est une véritable religion, comme en Nouvelle-Zélande, mais plus encore à cette époque où régnait l’apartheid, en rappelant que le rugby était le sport des blancs, même si de nombreux noirs ou métis assistaient aux matches sous leur tribune, apartheid oblige. Quelle horreur !

Mias allait d’ailleurs devenir une sorte de monstre sacré en Afrique du Sud, au point qu’après le second test-match la presse sud-africaine avoua que Mias était « le plus grand avant de rugby qu’on ait vu en Afrique du Sud ». Les Sud-Afs, comme on les appelait aussi, auraient pu ajouter que c’était sans doute un meneur d’hommes incomparable, sachant plus que tout autre galvaniser les énergies à l’extrême, notamment celle des avants, au point de faire du pack du XV de France une machine de guerre irrésistible. Il avait même su imposer ses idées à tous, notamment la notion de collectif, pourtant difficile à obtenir dans un rugby français où l’exploit individuel est particulièrement apprécié. En outre il transforma tellement le jeu qu’il devint un précurseur du rugby moderne, donnant au rugby français une belle avance sur les autres nations. 

La touche longue en mouvement, le demi-tour contact,  autant de notions qui certes favorisaient le jeu d’avant, mais qui permettaient aussi aux « lévriers » de l’arrière, comme on surnommait les trois-quarts à l’époque, de disposer de bons ballons à négocier. Et lorsqu’il quitta l’équipe de France en 1959, à peine âgé de 29 ans avec à son compteur 29 sélections, il avait démontré que le rugby français ce n’était pas seulement le « french flair », comme disaient les Britanniques, mais aussi une certaine rigueur et un style de jeu.  Et tout cela avait permis au XV de France d’être peut-être à cette époque la meilleure équipe du  monde. Cela allait aussi enclencher le cycle des grandes victoires du XV national, en remportant le Tournoi (seul) en 1959, mais aussi en parlant d’égal à égal avec les nations de l’hémisphère Sud.

Cependant pour aussi grand qu’il fût, Lucien Mias n’était pas seul à la manœuvre. Il fut bien aidé par Robert Vigier, inamovible talonneur montferrandais de l’équipe de France, pour les problèmes relatifs à la mêlée. En outre dans les lignes arrière il y avait un peu  son équivalent, du moins le temps de cette tournée, en la personne de Roger Martine, joueur sans doute trop méconnu par rapport à d’autres aux références bien inférieures. Le Lourdais fut sans doute un des attaquants les plus doués de l’histoire du rugby international, capable de jouer au centre évidemment, mais aussi avec un égal bonheur à l’ouverture et à l’arrière. Il avait tous les dons, y compris une science du jeu qui n’avait guère d’équivalent à l’époque. 

C’est pour cette raison que « Bichon », comme on surnommait Martine,  prit en main le jeu de l’attaque française  pour le faire évoluer vers une forme davantage lourdaise, la référence absolue du moment. En plus  quelle récompense pour ce joueur de se retrouver dans pareille aventure, lui dont la carrière avait failli s’arrêter un triste samedi de fin de tournoi en 1955, en raison d’une blessure à l’épaule qui le suivra jusqu’au moment où il raccrocha définitivement les crampons. Il aura même eu le plaisir d’être celui qui avait mis le XV de France à l’abri lors du second test en passant un drop comme à la parade, après avoir interrompu un mouvement sur l’aile de Dupuy blessé.  Un vrai coup de génie ! Autant d’évènements qui allaient faire de lui le seul joueur français à avoir battu toutes les nations qui comptaient dans le rugby de l’époque.

Evidemment, il faut aussi dire un mot des autres joueurs qui participèrent à cette tournée, et qui à des titres divers ont  participé à ce monumental exploit. En tournée en effet, comme dans une Coupe du Monde, il n’y a pas que l’équipe type. Il y a tous les autres, notamment en raison des blessures, et pendant cette tournée il y en eut beaucoup, la plus dramatique affectant Michel Vannier, inamovible arrière du XV de France et du RCF, victime d’un mal qui affecte de nos jours nombre de joueurs, à savoir la rupture des ligaments croisés. Sauf qu’à cette époque la chirurgie et la médecine n’avaient pas fait tous les progrès que nous connaissons aujourd’hui, au point que certains le crurent perdu pour le rugby. Cela dit Michel Vannier, que l’on appellera plus tard « Brin d’Osier », redevint quasiment lui-même après une longue convalescence, et fera encore bénéficier pendant quelque temps (jusqu’en 1961) le XV de France de sa vitesse de course et de ses talents de buteur.

On ne peut pas passer sous silence les deux Cadurciens Momméjat et Roques. Bernard Mommejat fut notre premier seconde ligne de grand format avec 1.92 m, une taille qui fait presque sourire aujourd’hui …parce que la taille moyenne du genre humain a fortement augmenté depuis quelques années par rapport à la fin des années 50. La même chose vaut pour Alfred Roques, qui pesait moins de 100 kg, mais qui avait une force naturelle extraordinaire, sans avoir besoin comme les rugbymen d’aujourd’hui de soulever des tonnes de fonte. Il est vrai que dans sa ferme, il exerçait tous les jours sa force dans les travaux agricoles, y compris quand il fallait déplacer de quelques centimètres une batteuse.

Je n’oublierais pas de citer Jean Barthe, à l’époque le meilleur troisième-ligne centre du monde, qui peu après ira exercer ses talents à XIII (en 1959) pour gagner de l’argent, parce qu’à ce moment ce n’était pas interdit chez les cousins treizistes, contrairement à ce qui se passait chez les quinzistes. Il sera imité dans cette démarche par Quaglio, autre grand pilier de cette tournée. Dans cette équipe il y avait aussi le futur capitaine de l’équipe de France, une fois Mias parti, François Moncla, champion de France avec le Racing qui allait jouer à la Section paloise, alors que son copain du Racing Marquesuzaa (remarquable trois-quart centre) préfèrera retrouver Martine à Lourdes, comme Michel Crauste un des grands absent de cette tournée.

Et puis, il y avait tous les autres que je vais citer : Barrière (pilier), Baulon (3è ligne), Carrère (3è ligne), Casaux (centre), Celaya (2è ligne) dont j’ai déjà parlé et qui se blessa lors du premier match contre une sélection locale en Rhodésie, Danos (demi de mêlée) tellement rugby, Pipiou Dupuy (3/4 aile), Echavé (3è ligne), Frémeaux (2è ligne), de Gregorio (talonneur), Haget (ouverture), Papillon Lacaze l’arrière de Lourdes qui remplacera Vannier après sa blessure, Lacroix (demi de mêlée), les ¾ ailes Lepatey, Rancoule et Rogé, et Guy Stener (centre) qui décèdera peu après à l’âge de 36 ans.

Bien entendu tous ne joueront pas nécessairement à leur poste habituel en fonction des blessures, puisqu’on vit même Danos jouer à l’arrière avant le premier test, ou encore Marquesuzaa à la mêlée, poste qu’il avait occupé chez les juniors, et plus extravagant encore le talonneur Robert Vigier opérant lui aussi à ce même  poste de demi de mêlée,  mais chacun comme je l’ai dit précédemment apportera sa pierre à l’édifice, je devrais plutôt dire à ce beau monument édifié à 8.000 km de la France. Un monument construit sur un match nul (3-3) lors du premier test à Capetown, où les Français pourtant diminués résistèrent héroïquement aux vagues parfois féroces des Springboks pour obtenir un match nul flatteur,  grâce à un drop de Danos qui valait trois points comme l’essai sud-africain de Lochner. Pour mémoire à cette époque l’essai ne valait que trois points.

En revanche, lors du second test, les Français l’emportèrent par 9 points à 5, avec deux drops de Lacaze et Martine, plus une pénalité de Lacaze, contre un essai de Fourie et une pénalité de Gerber. Oui, les Français avaient été les plus forts sur l’ensemble des tests, ce que les Sud-Africains reconnurent d’autant que les Français au second test furent privés d’un essai de Barthe que l’arbitre n’osa pas accorder. Et je ne parle pas de la joie des spectateurs noirs, qui étaient suprêmement contents de voir leurs compatriotes blancs se faire malmener, et être obligés de ravaler leur orgueil. Finalement cette tournée avait été une merveilleuse épopée pour le sport français, juste après la troisième place en Coupe du Monde de notre équipe de France de football. Espérons que l’équipe de France 2011 réalise les mêmes exploits que sa devancière lors de la Coupe du monde cet automne en Nouvelle-Zélande, une Coupe du monde que l’équipe de Mais aurait sans doute remportée si elle avait existé en 1958 ou 1959.

Michel Escatafal              

Publicités

4 commentaires on “Le plus bel été du XV de France”

  1. redtorso dit :

    Bravo !!!! à quand quelques lignes sur la suite de cet article : la rencontre que Roger Couderc qualifia de match du Siècle : France-Springbooks 0 – 0 de 1961 ?

  2. redtorso dit :

    Ce fameux match …le France-Springbooks de 1961…..est désormais disponible sur you-tube dans son intégralité mis en ligne par des instructeurs d’une école de rugby !!!!

    Mes souvenirs, avec le temps, s’étaient estompés ….mais je me souvenais d’un match hors norme…perso le plus beau match de rugby que j’ai jamais eu vu : XV de France surpuissant face à des  » Monstres « , une première ligne française mythique ( le Duc/De grégorio/Alfred Roques) Vannier,Albaladéjo, Saux,Crauste …..arbitrage le top, public le top Roger Couderc au top du top ; j’ai bien aimé la conclusion de Couderc pronostiquant que l’on reparlerait de cette empoignade dans 50 ans …

    Match de Rugby d’école, très viril mais toujours d’une grande correction : combat de packs légéndaires, échanges de politesse permanent entre Domenech et Dutoit, la domination de Claessen en touche,Saux omniprésent,le coup de génie de Jacky Bouquet de la 27 ième minute ma phase de jeu préférée !!!…..Michel Vannier impérial …. Tous les joueurs présents à Colombes, ce jour là ont fait le match de leur vie !!!!!
    Inoubliable …..

    • msjsport dit :

      Merci de l’info pour nous tous. Dès que j’ai un moment je vais le dévorer, car même si je m’en souviens un peu, je pense qu’il y a des tas de choses à regarder, y compris faire la comparaison avec le rugby pro d’aujourd’hui. Bonne journée.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s