A propos de l’audition de Contador…

Aujourd’hui   je vais reproduire quasi intégralement ce que j’ai posté comme commentaire sur le site Cyclism’Actu, parce que l’audience de Contador coïncide à quelques jours près avec  l’intervention dans la presse de Noah sur le dopage. Intervention qui a fait polémique pour la bonne raison que certains n’ont voulu ou pu y voir que le premier degré, alors que justement il fallait aller au fond des choses. Et ce qui me rassure, c’est qu’un autre grand sportif français, Romain Mesnil (vice champion du monde de saut à la perche et accessoirement ingénieur) , dit à peu près la même chose, en affirmant que même s’il est très engagé dans la lutte contre le dopage, il apprécie les propos de Noah en dénonçant l’impasse dans laquelle est engagée cette lutte. Pour ma part, je suis de ceux qui souhaitent que l’on combatte le dopage, mais je veux aussi que cette lutte se fasse dans tous les sports et de la même manière, sinon, et là je parle en amoureux du vélo, ce sera au détriment de ce sport, ce que je trouve insupportable.

J’observe que ceux qui interviennent sur les sites de vélo sont souvent des gens qui ont pratiqué peu ou prou le vélo en compétition, ou qui ont parcouru beaucoup de km sur leur bicyclette. Tous ceux-là, à des niveaux différents, savent ce que le vélo est capable d’apporter comme joies, mais aussi comme souffrances. Et pour cela on n’a pas besoin d’avoir gagné le Tour de France, ni d’avoir été champion du monde de poursuite, ni même tout simplement d’être coureur professionnel. Quand on participe à une course du dimanche, la frustration est la même quand on est lâché dans une côte que celle qui envahit le coureur pro moyen quand il est incapable de suivre le crack qui accélère.  Cette frustration-là est saine, et, hélas pour moi, je l’ai souvent ressentie, ce qui explique en partie mon admiration pour ceux qui ont fait l’histoire de ce sport, laquelle vaut beaucoup d’autres épopées.

Mais la frustration est différente de l’amertume, car la frustration entraîne généralement l’acceptation de son statut. Oui, j’étais doué pour faire une dissertation philosophique, et non pour devenir un coureur cycliste professionnel, ni même d’ailleurs pour monter en première ou deuxième catégorie. Dame Nature m’a donné certains dons, mais pas tous, ce que je conçois parfaitement. Tout le monde ne peut pas monter le Tourmalet en 40 mn (côté La Mongie), ou  réaliser 1 mn et quelques centièmes sur le kilomètre. C’est la loi de la nature tout simplement, ce qui interdit de dénigrer systématiquement ceux qui sont capables de réaliser pareils exploits. Or, malheureusement il y a quelques anciens coureurs, de tous niveaux, pour expliquer que tout cela est impossible sans dopage…sauf bien sûr pour leurs champions favoris. Ceux-là ont toutes les qualités, et s’ils sont battus c’est parce que ceux qui sont devant eux étaient dopés. En revanche s’ils gagnent, ils sont nécessairement propres. Comment oserait-on mettre en doute leur probité ?

Enfin, il y a ceux qui ne connaissent pas le vélo. Ceux-là on les reconnaît tout de suite à leur manière de s’exprimer. Ils essaient de faire de l’esprit, par exemple en utilisant sans cesse le mot contadope, mais chacun sait bien que quand on court après l’esprit, on attrape la sottise, cet esprit-là étant ce qu’il y a de plus bête au monde, pour parodier Montesquieu ou Du Camp, qui n’ont jamais eu la chance de monter sur une bicyclette.  Le problème est que ces contempteurs  du cyclisme font surtout preuve de méchanceté, et donc n’ont aucun respect pour le sport et les sportifs dont ils parlent.  Au fond peu leur importe que se déchaîner sur Contador (ou un autre) fasse du tort au vélo. La preuve, ils s’érigent en juge, chacun y allant de sa vindicte personnelle.

A leurs yeux, Contador est le Satan absolu. Pour quelle raison ? Ils ne la connaissent pas eux-mêmes, ce qui pourrait nous inciter à leur pardonner parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils font. Mais doit-on aller jusqu’au pardon, avec des gens qui salissent allègrement des coureurs dont ils ignorent tout de leur vie privée ?  Difficile à accepter, parce que dans leur cas ce n’est plus de l’amertume, mais une forme de haine de l’autre au nom de la morale…ce qui nous ramène plusieurs siècles en arrière. Heureusement,  ces moralistes au petit pied n’ont aucun pouvoir, ce qui les remet  à la condition qui fut toujours la leur : hurler avec les loups faute de pouvoir devenir chef de meute.

esca

Publicités

One Comment on “A propos de l’audition de Contador…”

  1. Noah a surtout raison dans le fait qu’il faut faire qqch à grande echelle contre le dopage et pas faire en sorte que chaque pays ait ses propres règles sinon c’est un peu trop facile…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s