Les surnoms donnés aux sportifs : partie 2 (rugby)

La deuxième partie de ce petit récapitulatif va concerner un des deux sports (avec le vélo) pour lequel j’ai le plus d’affection, le rugby, sans doute parce qu’il m’a fait connaître, avec l’athlétisme, mes premiers émois de sportif. Commençons donc par une première remarque, à savoir que l’on était plus imaginatif autrefois qu’aujourd’hui…à moins que l’évolution du sport professionnel ne se limite à appeler les sportifs par les premières lettres de leur nom ou prénom. En tout cas il y quelques décennies l’imagination était davantage au pouvoir qu’aujourd’hui, notamment chez les rugbymen.

Prenons l’exemple du rugby à XIII, en évoquant celui qui fut le plus glorieux de ses représentants au début des années 50, Puig-Aubert*, surnommé « Pipette », à cause des nombreuses cigarettes qu’il fumait à longueur de temps et des boissons fortes dont il était friand. Le cas de Gilbert Benausse, autre joueur au talent immense, sans doute le meilleur demi d’ouverture des deux rugbys à sa grande époque (au milieu des années 50), est différent, puisqu’on l’appela tout simplement « Gijou ». Quant à André Savonne, célèbre ailier treiziste avignonnais des années 50, ce fut son style très engagé qui le fit surnommer « le Bison ». Pour le pilier Georges Aillères en revanche, c’est surtout sa morphologie qui l’avait fait surnommée « le Cube », ce qui ne l’empêchait pas d’être un joueur de grande classe.

Passons au rugby à XV maintenant, avec pour premier nom qui me vient à l’esprit celui que l’on a appelé « Le Lion de Swansea », qui a joué dans les années 40 au F.C. Lourdes et au Stadoceste Tarbais. Il fut 21 fois international, et gagna ce surnom lors d’un match contre le Pays de Galles, que le XV de France remporta (11-3), à l’issue d’une rencontre extrêmement violente où les deux packs s’affrontèrent dans un terrible combat. Ensuite évidemment il y a Jean Prat*, que les Britanniques surnommèrent « Monsieur Rugby ». Autre grand capitaine, Lucien Mias fut appelé « Docteur Pack », d’une part parce qu’il était médecin et parce qu’il fut un avant de grande lignée, faisant évoluer  le jeu d’avant comme peu de joueurs avant lui.

Un peu plus tard, plusieurs autres joueurs du grand F.C.Lourdes eurent droit à leur surnom, Pierre Lacaze dit « Papillon », parce qu’il débuta  aux Papillons de Pontacq. L’autre, est un des plus grands attaquants de l’histoire du rugby, Roger Martine*, surnommé « Bichon »…parce que la patronne du Café de la Poste à Lourdes où il avait ses habitudes, le trouvait mignon et l’avait appelé « Mon petit bichon ».  Un autre immense joueur, Jean Barthe, à  la fois le meilleur troisième ligne centre à XV et, plus tard, le meilleur avant à XIII, fut surnommé « Jeanjean » à cause évidemment de son prénom. De la même génération que ces joueurs, il faut aussi citer Michel Vannier, qui fut longtemps l’inamovible arrière du XV de France, et qui dut son surnom de « Brin d’Osier »à une grave blessure au genou lors de la glorieuse tournée du XV de France en Afrique du Sud en 1958*. A la même époque opérait quelqu’un dont on allait parler très longtemps, Pierre Albaladejo, trente fois international entre 1954 et 1964, qui fut surnommé « Bala », mais aussi « Monsieur Drop » en raison des trois drops réussis lors d’un France-Irlande en 1960 et des quatre qui permirent la victoire de l’US Dacquoise sur la Section Paloise en 1959 (12-11).

Autre joueur célèbre avec un surnom qui ne l’était pas moins, Amédée Domenech, dit « le Duc », surnommé ainsi par Jean Prat lui-même. Il ne fut pas le seul grand pilier à avoir un surnom, puisqu’Alfred Roques fut surnommé « The Rock » par Denis Lalanne (grand reporter de l’Equipe) lors de la tournée en Afrique du Sud en 1958, où il avait dominé tous les terribles piliers sud-africains qui lui avaient été opposé. Alfred Roques fut aussi appelé « Le Pépé du Quercy », pour sa longévité. Un peu plus tard, Michel Crauste sera lui aussi affublé de deux surnoms, « Le Mongol » pour ses charges dévastatrices, et plus tard « Attila », trouvaille de Roger Couderc lors d’une rencontre télévisée du XV de France. Ce même Roger Couderc donnera à Jean Gachassin, le magnifique ailier et ouvreur de Lourdes et du XV de France, le surnom de « Peter Pan » en raison de sa petite taille (1.62m). A la même époque il y eut aussi les frères Boniface*, appelés « les Boni », et leur compère de l’attaque montoise, Christian Darrouy, qui fut capitaine du XV de France, surnommé « l’Eliacin à réaction » par Antoine Blondin. Un autre ailier, Dupuy, était beaucoup plus connu avec son surnom « Pipiou » qu’avec son vrai prénom (Jean-Vincent). Dupuy, le Tarbais, fut considéré comme le meilleur ailier du monde au début des années 60. Il fit aussi partie de la fameuse tournée en Afrique du Sud en 1958. Dans les années 60, on n’oubliera pas les frères Camberabero, que tout le monde appelait « les Cambé », surnom qui restera à leur fils et neveu Didier, qui fut l’un des grands protagonistes du XV de France au cours de la Coupe du Monde 1987.

A cheval sur les années 60 et 70, il faut aussi signaler « Le Grand Ferré » surnom de Benoît Dauga, le célèbre avant du Stade montois et du XV de France. Autre grand avant de l’AS Béziers et de l’équipe de France, Alain Estève fut appelé « La Grand », en raison de sa taille (2.02m).  Son coéquipier biterrois et du XV de France, Michel Palmié, fut pour sa part appelé « La Palme » ou « Ramsès ». Un peu plus tard on parlera du « Petit Caporal » à propos de Jacques Fouroux, le capitaine d’un des deux ou trois plus grands XV de France de l’histoire, vainqueur du Tournoi 1977 avec les mêmes quinze joueurs. Robert  Paparemborde qui appartenait à cette équipe, fut pour sa part surnommé « Patou ». Quelques années plus tard, un autre Estève (Patrick), joueur du RC. Narbonne, fut affublé de plusieurs surnoms puisqu’on l’appela « la Pointe », « TGV », et même « Flint » (silex en français), tout cela soulignant sa vitesse et son tranchant. Autre Narbonnais célèbre, Didier Codorniou fut surnommé « Le Petit Prince », en raison à la fois de sa petite taille et de son aptitude à voir le jeu et à faire jouer ses partenaires. Plus tard (années 90 et 2000) Thomas Casteignède, l’emblématique attaquant du XV de France et du Stade Toulousain, aura droit lui aussi à ce même surnom.

Dans la fameuse équipe finaliste de la Coupe du Monde 1987, en évoquant Blanco, on parlait du « Pelé Blanc », parce qu’aux yeux de beaucoup, en France et ailleurs, Serge Blanco était le meilleur joueur du monde. Laurent Rodriguez pour sa part sera appelé « Lolo » en référence évidemment à son prénom. Dans les années 90, il y aura deux avants qui seront aussi connus sous leur surnom que sous leur nom, les deux copains que furent Marc de Rougemont, dit « Le Rouge », talonneur du RC Toulon et du XV de France, et Christian Califano, surnommé « Cali » ou « Le Calife », célèbre pilier du Stade Toulousain et de l’équipe de France. A la fin des années 90, l’ailier Bernat-Salles était « Bernie », et son compère de la ligne de trois-quarts, Emile N’Tamack, était appelé « Milou » ou encore « la Panthère noire », pour l’amplitude de sa foulée. L’actuel sélectionneur de l’Equipe de France, Philippe Saint-André, fut affublé d’un surnom curieux, « Le Goret ». L’ouvreur Christophe Lamaison, qui détient le record de points marqués par un joueur du XV de France, était pour tous les amateurs de rugby, « Titou ». Le troisième ligne Olivier Magne était appelé « Charly », ce qui ne s’invente pas.

En revanche on appelait Fabien Pelous, le grand seconde ligne du XV de France et du Stade Toulousain, « le Pélican », sans que j’en ai trop compris la raison. Enfin, de cette équipe de 1999 qui atteignit la finale de la Coupe du Monde, on retiendra aussi qu’Olivier Brouzet était appelé tout naturellement « La Brouze ». Rien d’original ! Plus près de nous, il y a J.M. Hernandez, le rugbyman du Racing Métro, qui joua longtemps au Stade Français, sera surnommé « El Mago » (le Magicien) pour ses performances en club et en équipe d’Argentine. On n’oubliera pas non plus Sébastien Chabal, joueur hyper médiatisé en raison de son physique et de son look, qui porte plusieurs surnoms tels que « Caveman » (homme des cavernes), « L’Animal » ou encore « Attila », et aujourd’hui en Australie il est devenu « BOB », dont on dit que ce serait le diminutif de « Beast of Balmain » (la bête de Balmain). A force cela frise carrément le ridicule !

Lionel Nallet, autre avant du XV de France du Racing Métro est appelé aussi « La Nalle », ce qui n’a rien d’inédit, pas plus que le surnom d’un autre joueur de  l’équipe de France lors de la dernière Coupe du Monde, Yachvilli, appelé  « Le Yach ». Plus original est le surnom de William Servat, le talonneur du Stade Toulousain et du XV de France, surnommé « La Bûche », ainsi que celui du capitaine du XV de France et de Toulouse, Thierry Dussautoir, surnommé «The Dark Destroyeur »(le sombre destructeur).  Mais je garde pour la bonne bouche un joueur pour qui j’ai toujours eu la plus grande admiration, Jean-Baptiste Elissalde*, l’actuel entraîneur adjoint du Stade Toulousain, surnommé « Le Rat », mais que pour ma part j’ai appelé « le Mozart du rugby », ce qui est plus joli, et correspond mieux à sa personnalité. Bien entendu, je n’ai pas cité les surnoms de tous les joueurs qui en ont un, car ce serait trop fastidieux. Je me suis donc contenté d’en énumérer  quelques uns qui me venaient à l’idée, ce qui fait déjà pas mal de monde ayant marqué l’histoire de notre rugby.

Michel Escatafal

*un article a été consacré à ces joueurs ou à leur équipe sur le blog

Publicités

2 commentaires on “Les surnoms donnés aux sportifs : partie 2 (rugby)”

  1. « Le Pélican », car jeune il avait la mâchoire proéminante. Quant au « Petit Mozart » ce surnom a déjà été donné à Yann Delaigue

  2. redtorso dit :

    Autre Grand pilier Aldo Gruarin du RCT……..surnommé  » la gruche  » André Gayraud le 2ième ligne de Béziers était facteur à la ville ; sur les pelouses il distribuait autre chose 😦 ……..on l’appelait  » le Facteur  » …..Popaul Dedieu l’arrière de l’ A.S.B. a été surnommé  » la petite sentinelle  » par l’irremplaçable Roger Couderc ……


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s