Il n’y en a que pour l’Espagne dans le sport !

L’équipe de France de football va donc rencontrer samedi l’équipe d’Espagne en quart de finale du championnat d’Europe des Nations, après une prestation jugée calamiteuse par l’ensemble des observateurs contre l’équipe de Suède. Et pourtant celle-ci était déjà éliminée de la compétition, alors que notre sélection nationale n’était pas encore qualifiée pour la suite. Espérons que nous aurons la même bonne surprise qu’à la Coupe du Monde 2006, où les Français allèrent jusqu’en finale en éliminant notamment le Brésil…et l’Espagne. Pour être honnête quand je dis « nous », c’est un peu exagéré car je me sens un peu espagnol dans l’âme, et si « la Roja » l’emporte, je ne serais pas très malheureux. Dans ce cas, je serai même son premier supporteur jusqu’à la fin de la compétition, le cas de figure étant identique si c’est la France qui se qualifie pour les demi-finales. Cela dit, ce match de samedi est l’occasion de se rappeler que depuis quelques années il n’y en a que pour l’Espagne dans le sport international, notamment dans les sports les plus médiatisés, ce qui accentue encore davantage cette impression de domination. Au passage cela console un peu ce grand peuple, à la riche histoire, de ses déboires économiques actuels.

Certains vont me dire que parler de domination est un peu exagéré, mais quel est le pays qui a gagné la dernière Coupe du Monde de football (2010) ? L’Espagne qui, deux ans plus tôt, remportait la victoire au Championnat d’Europe des Nations de football, en dominant la compétition de bout en bout. Cette présence au sommet se retrouve également au niveau des clubs, puisque le Barça a remporté en 2009 et 2011 la Ligue des Champions et le Mondial des clubs. Mais le F.C. Barcelone n’est pas seul au monde en Espagne, puisqu’outre le Real Madrid, il y aussi l’Atlético de Madrid qui  s’est adjugé en 2010 et 2012 l’Europa League (ancienne Coupe UEFA). Par ailleurs, après avoir obtenu le titre mondial en 2006 et une médaille d’argent aux J.O. de 2008, l’Espagne est championne d’Europe en titre de basket, avec plusieurs joueurs parmi les meilleurs du monde dont un, P. Gasol, figurant parmi les tous meilleurs joueurs actuels de NBA. Toujours en basket le Barça a remporté l’Euroligue 2010, sans oublier la victoire espagnole dans le Mondial de hand-ball en 2005 et sa médaille de bronze aux J.O. de 2008. Voilà pour les sports collectifs. Mais en ce qui concerne les sports individuels, les résultats sont tout aussi brillants.

Fernando Alonso, le pilote Ferrari, double champion du monde de F1 (2005 et 2006), sans doute un des deux ou trois meilleurs  pilotes de la discipline, est un candidat perpétuel au titre chaque saison. Et je ne parle pas des grands prix motos où les Espagnols ont fait le grand chelem en 2010, en remportant les trois titres mondiaux attribués avec Lorenzo en GP, Elias en Moto2 et Marquez (17 ans à l’époque) en 125 cm3. Evidemment on n’oubliera pas Alberto Contador, actuellement le meilleur coureur cycliste de la planète, après avoir remporté depuis 2007 trois Tours de France, deux Tours d’Italie et un Tour d’Espagne, même si l’Union Cycliste Internationale l’a destitué (injustement à mes yeux) de ses victoires dans le Tour 2010 et le Giro 2011, à cause d’une dose infinitésimale de clembutérol trouvé dans ses urines (lors d’un contrôle le second jour de repos dans le Tour 2010)…qui ne pouvait en rien améliorer ses performances. Il n’empêche, cela a fait dire à certains que Contador était dopé…comme tous les sportifs espagnols. Et je ne parle pas de Rafael Nadal, qui est depuis 2008 le meilleur joueur de tennis dans le monde ou un des deux meilleurs, et qui vient de remporter début juin son septième Roland-Garros, ce qui constitue un record absolu.

Et oui, tout cela fait beaucoup d’honneurs et de succès pour le sport espagnol, au point de susciter quelques jalousies… notamment de la part des Français, parmi les plus virulents à incriminer les Espagnols à propos du dopage, comme en témoignent les graves accusations (sans preuve) qu’ils formulent sur les divers forums. Ah les Français ! Ils voudraient eux aussi avoir les meilleurs footballeurs, la meilleure équipe de basket, les meilleurs tennismen, les meilleurs coureurs cyclistes, mais ils ne les ont pas. Pourquoi ? Parce que nous voulons avoir tout cela sans faire les efforts nécessaires, notamment au niveau des infrastructures, mais aussi parce que nous ne sommes tout simplement pas un pays sportif. Prenons le cas du cyclisme par exemple : quand parle-t-on de la piste chez nous, alors que les pistards apportent ou ont apporté au cyclisme français nombre de titres mondiaux et olympiques…dans le plus strict anonymat. Et oui, mis à part un ou deux sites spécialisés (Cyclism’Actu), personne par exemple ne donne les résultats détaillés des championnats de France sur piste. Cela étant chacun sait bien que pour la plupart des Français, le cyclisme se limite au Tour de France et…au dopage. D’ailleurs qui connaît dans notre pays Grégory Baugé, pourtant multiple champion du monde de vitesse ? En revanche il est bien connu à l’étranger.

Parlons des infrastructures à présent, et plus particulièrement des stades de football. En Espagne, comme en Italie, en Angleterre ou en Allemagne, on ne compte plus les enceintes de plus de 50.000 places. Et chez nous, combien à part le Stade de France ? Une à Marseille, dans des conditions de confort loin d’être optimales. Heureusement que nous avons décroché l’organisation de l’Euro de football en 2016 pour rattraper un peu de notre retard ! La comparaison vaut aussi pour les salles pouvant accueillir les grandes compétitions de basket ou de hand-ball, sports où notre équipe nationale est parmi les toutes meilleures en Europe et dans le monde. Combien avons-nous en France de salles pouvant contenir plus de 10.000 spectateurs, et soutenir la comparaison avec les belles salles italiennes, allemandes ou espagnoles, à part le POPB de Bercy qui, entre parenthèses, sert finalement très peu au sport? Nous pourrions continuer longtemps sur ce thème des installations sportives (vélodrome couvert qu’on attend depuis 1968, stade nautique etc.), et nous apercevoir que sur ce plan nous sommes presque au niveau des pays  en voie de développement.

Autre remarque, la télévision. Que nous propose le service public sur les grands tours en dehors du Tour de France ? Rien, alors que la RAI retransmet chaque jour deux heures d’étape du Tour de France. Cela veut dire que si l’on veut regarder le Giro à la télévision, il faut être soit abonné à une chaîne payante, soit avoir une parabole. Et le phénomène ne concerne pas que le cyclisme, car cela est valable aussi pour le tennis. A croire que tout ce qui est sport (ou presque) hors de France ne compte pas pour notre service public…à la notable exception du football. Dit autrement, le Giro et la Vuelta pour ce qui concerne le vélo n’existent pas, pas plus que Wimbledon, Flushing-Meadow ou Melbourne pour le tennis. En revanche on est prêt à bousculer les programmes pour un premier tour de Coupe Davis…si la France y participe.

Et que dire des compétitions nationales ou internationales de hand-ball (on en voit toutes les semaines en Espagne, mais quasiment jamais en France alors que notre équipe nationale est la meilleure), de volley-ball ou de basket, totalement inexistantes sur France Télévision, sauf si l’équipe de France participe à la finale ou au mieux aux demi-finales des grands championnats. Idem pour l’athlétisme et la natation, mis à part les championnats d’Europe ou du monde qui, heureusement ont lieu tous les deux ans. Et je ne parle pas de la boxe, l’escrime ou le judo, sports  qui comme le cyclisme sur piste sont pourtant de gros pourvoyeurs de médailles aux Jeux Olympiques. Dans ces conditions, comment peut-on s’étonner que le sport n’intéresse guère les jeunes, en dehors du football !

Même le rugby, sport majeur dans notre pays, est traité à la portion congrue sur le service public, en dehors du Tournoi des Six Nations, de quelques matches de Coupe d’Europe  et de la Coupe du Monde (tous les quatre ans). Pourtant au moment de la Coupe du Monde en France en 2007, le président de la République en avait fait des tonnes entre ses déjeuners avec les joueurs à Marcoussis, son déplacement à Cardiff pour le match contre les All Blacks entouré de toute une armada de ministres ou d’amis personnels, sans oublier le sélectionneur promu ministre des Sports. Il est vrai qu’à l’époque on comptait sur la Coupe du Monde pour booster la croissance dans notre pays. Passons ! Nombre de dirigeants politiques aiment le sport surtout s’ils peuvent s’en servir à des fins électoralistes. La preuve, le budget alloué au sport en 2011 a été amputé de près de 15% par rapport à 2010 ! De quoi N. Sarkozy pouvait-il bien parler aux sportifs qu’il recevait à l’Elysée, quand ces sportifs revenaient couverts de médailles dans des championnats continentaux ou planétaires ?

Il n’est donc pas étonnant que nous n’arrivions pas à avoir des numéros UN mondiaux,  ou des équipes nationales ou de clubs qui triomphent régulièrement sur les terrains du monde entier. Oh certes, de temps en temps nous voyons apparaître une perle rare comme Marie-Jo Pérec ou Christine Arron dans les années 90, puis un peu plus tard Laure Manaudou, Sébastien Loeb, Nikola Karabatic ou encore Grégory Baugé, mais on a toujours le sentiment que ces champions arrivent dans notre paysage par hasard. D’ailleurs, même quand on a une filière qui marche, par exemple la filière Elf pour amener des pilotes en Formule 1, celle-ci tôt ou tard est abandonnée malgré des résultats probants. Alors je dis bravo à l’Espagne pour tous ses succès, car au fond elle le mérite bien. Tout le monde dans ce pays semble impliqué dans le sport, depuis les pouvoirs publics jusqu’à la télévision, ce qui n’est pas le cas hélas chez nous. Ah si, j’oubliais : nous avons pour ambition d’être les meilleurs dans la lutte contre le dopage…ce qui est une bonne excuse pour expliquer nos échecs !

Michel Escatafal

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s