Alexandra Tavernier, championne olympique du marteau à Rio?

Les championnats du monde juniors d’athlétisme viennent de s’achever à la satisfaction générale des dirigeants de l’athlétisme français. Certes les jeunes Français n’ont remporté que quatre médailles, ce qui ne nous place qu’à la douzième place au classement des nations, loin, très loin même des Etats-Unis qui en comptent cinq fois plus que nous, mais c’est quand même un bon bilan. En outre, la délégation française a remporté un titre mondial avec Alexandra Tavernier au marteau, les Françaises réalisant même le doublé avec Alexia Sedykh, fille de deux champions olympiques, l’Ukrainien Youri Sedykh au marteau et la Russe naturalisée française Natalya Lisovskaya au poids. Ce doublé est évidemment, pour nous Français, la meilleure nouvelle de ces championnats, en raison de l’émulation que va provoquer l’arrivée au sommet de ces deux jeunes femmes, ce qui devrait permettre à la France d’être extraordinairement bien armée dans la discipline du marteau aux J.O. de 2016 et 2020.

Cela étant, les deux autres médaillés de ces championnats, Aurélie Chaboudez (argent sur 400 m haies) et Wilhem Belocian (bronze sur 110 m haies), semblent aussi avoir un avenir brillant sur des distances où les Français ont toujours eu une belle réussite. Les haies, les Français connaissent, parce qu’entre le 110 m haies et le 400m haies, notre athlétisme a a eu la chance d’avoir nombre de grands champions ayant rapporté beaucoup de médailles européennes, mondiales et olympiques. Pour mémoire il faut se rappeler de Duriez (110 m haies), Poirier (400m haies), Nallet (400m haies), Chantal Réga (400 m haies), Michelle Chardonnet (100 m haies), Stéphane Caristan (110m haies), Monique Ewanjé-Epée (100 m haies), Patricia Girard (100m haies), Naman Keita (400m haies), Garfield Darien (110 m haies),et les trois plus glorieux de nos représentants sur ces distances, Guy Drut qui fut champion d’Europe en 1974, recordman du monde en 1975 et champion olympique du 110 haies en 1976, Stéphane Diagana, champion du monde du 400m haies en 1997, champion d’Europe en 2002 et toujours recordman d’Europe depuis 1995, et Ladji Doucouré, champion du monde du 110 m haies en 2005.

Fermons la parenthèse pour voir ce que sont devenus les autres médaillés d’or dans les championnats du monde juniors. Et bien globalement ils ont eu une belle carrière, parfois même une très belle carrière. Le premier d’entre eux fut Jean Galfione, notre emblématique champion olympique du saut à la perche. Il remporta le titre de champion du monde junior en 1990, avant de devenir champion olympique en 1996 à Atlanta, point d’orgue d’une carrière exemplaire dans laquelle il ne lui aura manqué que le titre européen, terminant « seulement » troisième des championnats d’Europe en 1994 et 1998, avant d’obtenir la même place au championnats du monde en plein air en 1995. Si je dis qu’il lui manque un titre européen, c’est parce qu’il a été champion du monde en salle  en mars 1999 avec un record à 6 m. A ce propos, je pense que nous sommes nombreux à nous rappeler la vision de cette barre à 6 m, sur le sautoir de Maebashi (Japon), qui n’en finissait pas de trembler, mais qui est resté finalement sur ses plots. Mais c’est quand même sa victoire à Atlanta en 1996 aux J.O. qui a le plus marqué la carrière de Jean Galfione, à l’issue d’un concours qui dura quatre heures et demie et où son intelligence fit merveille…après avoir quand même passé 5.86m puis 5.92 m au premier essai.

En 1996, ce fut une femme qui remporta la médaille d’or chez les juniors, Sylviane Félix sur 200m. Certes, elle n’a pas eu la carrière qu’on aurait pu imaginer, mais elle a participé à la meilleure époque du relais 4x100m féminin français, en remportant la médaille d’or aux championnats du monde 2003 avec Patricia Girard, Muriel Hurtis et Christine Arron, mais aussi deux titres de championne d’Europe (1998 et 2002),  et une médaille de bronze olympique en 2004. En revanche sa partenaire du relais de 2003, Muriel Hurtis aura une carrière beaucoup plus riche en individuelle, après un titre mondial junior sur 200 m en 1998. Muriel Hurtis sera même une des grandes figures de l’athlétisme français, avec un titre de championne du monde et d’Europe en salle sur 200m, un titre de championne d’Europe en plein air sur 200m, et une médaille de bronze sur 200m aux championnats du monde à Paris, sans parler de ses médailles en relais (huit en tout).

Un peu plus tard ce sera au tour de Benjamin Campaoré de devenir champion du monde junior du triple saut (en 2006), mais jusqu’à présent il n’a pas confirmé tout le potentiel qu’il avait laissé entrevoir lors de son titre mondial en junior, se contentant d’une place de cinquième aux championnats d’Europe 2010 à Barcelone. Un autre triple sauteur français lui succèdera en 2008 sur la plus haute marche du podium mondial, Teddy Thamgo qui, à 23 ans, a un palmarès déjà extrêmement fourni avec ses titres en salle de champion du monde en 2010, assorti d’un record du monde (17m90), et de champion d’Europe en 2011 où il battit de nouveau le record du monde (17.92m). En revanche,  il a moins bien réussi en plein air, malgré sa médaille de bronze européenne en 2010. Cette année 2012 sera hélas à marquer d’une pierre noire pour Thamgo, puisqu’une fracture de la cheville contractée en septembre de l’an passé l’empêchera de participer aux Jeux Olympiques, sans parler d’ennuis extra sportifs dont on espère pour lui qu’ils ne lui auront pas causé trop de torts en termes d’image (voir mon article sur lui sur ce site).

Un autre athlète français s’emparera d’un titre mondial junior en 2008, et lui a déjà largement confirmé un talent que tout le monde a toujours jugé exceptionnel. Il s’agit bien sûr de Christophe Lemaitre, déjà quadruple champion d’Europe sur 100, 200 et 4x100m, et médaillé de bronze aux championnats du monde 2011 sur 200m. Sur lui aussi, j’ai déjà écrit un article sur ce site, mais les choses vont tellement vite pour lui qu’il va falloir le mettre à jour. Christophe Lemaitre est tout simplement l’un des plus grands talents du sprint mondial de ces dernières années, et un des plus grands sprinters européens de l’histoire. Jusqu’où ira-t-il ? Peut-être vers un titre olympique sur 200 m en 2016, et sans doute déjà vers une médaille aux prochains J.O. de Londres sur cette même distance. En fait, aujourd’hui, seuls Bolt et Blake lui paraissent supérieurs sur le demi tour de piste, et je ne serais pas étonné qu’il nous « sorte » un 19s60 en finale du 200m aux J.O., d’autant qu’il ne courra sans doute pas le 100m.

Evidemment j’évoquerais moins longuement les deux champions du monde juniors de 2010, à savoir Pascal Martinot-Lagarde (110 m haies en 2010) et Kevin Mayer (décathlon en 2010). Cela dit, Pascal Martinot-Lagarde s’est déjà signalé à l’attention de tous les observateurs en ayant obtenu cet hiver à Istambul, une médaille de bronze aux championnats du monde en salle sur 60m haies (7s53), en terminant à neuf centièmes de l’Américain Aries Merritt et à quatre centièmes de Liu Xiang, qui devraient s’emparer des deux premières places à Londres sur 110m haies. Dommage qu’une blessure à la jambe droite ait perturbé sa préparation pour les J.O., car on aurait été curieux de le voir à ce niveau. Nul doute qu’il s’agit d’un de nos plus grands espoirs pour les Jeux de Rio en 2016. Et je crois que Kevin Mayer peut-être rangé lui aussi parmi nos meilleurs espoirs pour l’avenir. Il suffit pour cela de regarder ses performances depuis son titre mondial en junior, où il avait réalisé au décathlon 7928 points. L’année suivante il deviendra champion d’Europe junior avec 8124 points,  et cette année il en est à 8415 points, performance réalisée le 1er juillet lui permettant de concourir aux prochains Jeux Olympiques. Gageons qu’il sera lui aussi un des favoris à Rio, dans quatre ans.

En résumé, en examinant les résultats obtenus après leur titre mondial en junior, on s’aperçoit que presque tous ces athlètes sont devenus des vedettes de l’athlétisme français et même mondial. Seuls Benjamin Campaoré et à un degré moindre Sylviane Félix n’ont pas vraiment confirmé au plus haut niveau. C’est pour cela que nous avons tellement d’espoir pour ceux qui ont été titrés en 2010 et cette année, et même pour ceux qui ont eu des médailles. N’oublions pas que Ladji Doucouré fut médaillé de bronze des championnats du monde junior en 2000 sur 110m haies, et quand on voit la carrière qu’il a faite cela ne peut que nous rendre optimiste. Je pourrais aussi citer Jimmy Vicaut, médaillé de bronze des mondiaux juniors en 2010, et qui a déjà été finaliste sur 100m des championnats du monde en 2011 et médaille d’argent sur 100m, tout près de Christophe Lemaitre, lors des championnats d’Europe ayant eu lieu fin juin à Helsinki, sans parler de son titre européen sur 4x100m en 2010. Oui, tout cela est très rassurant, et nous promet de belles médailles, surtout à l’horizon 2016 !

Michel Escatafal

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s