Raikkonen chez Ferrari ou chez Lotus en 2013?

Le sport automobile, plus particulièrement sa discipline reine la Formule 1, est un monde impitoyable où règnent  à la fois la valeur sportive et l’argent. On a beau dire, mais dans une équipe de Formule 1 il y a toujours une hiérarchie qui finit par s’installer chez les pilotes, et s’il n’y en a pas une qui se dégage réellement,  les choses finissent souvent par  provoquer le départ d’un de ces deux pilotes. Ce fut le cas notamment de Piquet fin 1987, qui ne supportant plus la cohabitation avec Mansell chez Williams préféra partir chez Lotus, ou encore de Prost qui fin 1989 choisit de courir pour Ferrari plutôt que continuer son extraordinaire duel avec Senna chez Mac Laren.

Evidemment dans ce cas on pense toujours aux grosses écuries, parce que pour les plus petites  le fait pour un pilote d’apporter de l’argent peut jouer son rôle. Tel n’est pas le cas chez Ferrari par exemple, même si un gros sponsor est le bienvenu, mais celui-ci ne se fait généralement pas trop prier pour que son nom apparaisse en grand sur la voiture. Ensuite il y a aussi dans les grosses équipes la manière de se comporter du pilote, non seulement sur la piste, mais aussi à l’extérieur. Et puis dans une écurie comme Ferrari, il y a le côté latin qui peut jouer. Bref, devenir  pilote d’un top team relève d’une alchimie bien particulière où de multiples paramètres entrent en jeu.

Mais parmi ceux-ci le plus important reste l’argent, et s’il en fallait une preuve supplémentaire, nous la trouvons dans le fait que Ferrari cherche à récupérer un pilote qu’elle a payé très cher…pour laisser son baquet à Fernando Alonso, double champion du monde,  en 2010. Et aujourd’hui la scuderia Ferrari est en train de s’apercevoir qu’elle a fait une  énorme erreur, fin  2009, en choisissant de garder Felipe Massa au détriment de Kimi Raikkonen, bien que celui-ci ait remporté un titre de champion du monde en 2007, et surtout bien que le pilote finlandais ait tenu à bout de bras son équipe en fin d’année 2009, après le grave accident de Massa aux essais du Grand Prix de Hongrie, dont il se pourrait bien qu’il ne se soit jamais remis. En fait, Ferrari a congédié Raikkonen au moment où celui-ci n’avait sans doute jamais été aussi fort depuis ses débuts. Et pourquoi était-il aussi performant, comparativement à la période où il cohabitait avec Massa ? Tout simplement parce que Raikkonen n’est jamais aussi bon que quand on lui fait totalement confiance, et je ne suis pas le seul à penser que chez Ferrari on préférait Massa, brésilien chaud et même parfois bouillant, à Raikkonen, finlandais  froid (en apparence) d’où son surnom de « Iceman ».

Peut-être aussi, au fond d’eux-mêmes, les patrons italiens de la Scuderia se disaient que Massa serait une proie plus facile à avaler pour Alonso que Raikkonen. Les dirigeants de Ferrari ont bien vu effectivement la manière dont Raikkonen s’est comporté dans la deuxième partie de la saison 2009, une manière qui ressemble à celle d’Alonso aujourd’hui, avec cette énorme différence que la voiture d’Alonso en 2012 est autrement meilleure que la Ferrari de Raikkonen en 2009, ce qui ne l’a pas empêché d’être un des pilotes ayant  marqué le plus de points dans la deuxième partie de la saison, et plus encore d’avoir remporté le Grand Prix de Belgique sur le circuit de Spa-Francorchamps, s’y imposant pour la quatrième fois. Or gagner à Spa quatre fois ne peut être l’œuvre que d’un très grand pilote, car même si le circuit de Spa-Francorchamps  en 2012 ne ressemble plus trop  à celui des années 50 ou 60, long de presque 15 km, c’est sans doute encore le  plus significatif pour juger de la valeur réelle d’un pilote. D’ailleurs, c’est loin d’être toujours la meilleure voiture qui s’impose sur ce circuit contrairement à bien d’autres.

Fermons la parenthèse, et revenons sur le Raikkonen que l’on a connu chez Ferrari entre 2007 et 2009, pour noter qu’en fait on ne lui reprochait pas grand-chose, pas même d’avoir été quelque peu malmené par Massa en 2008…à supposer que les deux hommes aient été traités de la même façon . En fait, c’est surtout en qualifications que Raikkonen était un peu moins rapide que son coéquipier, mais « Iceman » est toujours meilleur en course et cela a toujours été le cas depuis ses débuts en Formule 1. Ses statistiques en 167 grands prix font en effet apparaître un nombre de victoires (18) supérieur au nombre de ses pole positions (16). De plus, il se situe à la troisième place dans l’histoire de la F1, derrière Schumacher et Prost,  pour le nombre de meilleurs tours en course (37). Sur ce plan personne ne le concurrence de nos jours, puisqu’en dehors de Schumacher, son suivant immédiat parmi les pilotes 2012 est Alonso avec 19 meilleurs tours. En cela il fait penser à Alain Prost à son époque (51 victoires en grand prix,  33 pole  positions et 41 meilleurs tours). Raikkonen comme Prost n’est pas un phénomène  en qualifications, comme ont  pu l’être par exemple Clark et Senna ou aujourd’hui Vettel, mais en course il est à  fois très rapide et très sûr.

Et puisque j’ai cité le nom de Schumacher, quel contraste entre son retour en F1 qui cette saison encore fait jaser, et celui de Raikkonen qui, après deux ans d’absence, est revenu à sa place (une des toutes premières) comme s’il ne s’était jamais arrêté, à la manière d’un Lauda qui avait stoppé sa carrière en 1980 et 1981, avant de revenir pour remporter de nouveau le titre de champion du monde en 1984, devant Alain Prost. Qui sait si Raikkonen, allant chez Ferrari, ne pourrait pas réaliser pareil exploit ? Ou bien en restant chez Lotus, en rappelant que s’il n’a pas encore gagné avec cette équipe,  il a déjà réalisé cinq podiums en onze courses dont deux secondes places, ce qui lui permet de pouvoir encore rêver à un titre de champion du monde cette année, même si Alonso a une petite cinquantaine de points d’avance sur ses principaux concurrents, Webber, Vettel, Hamilton et Raikkonen, qui se tiennent en huit points. Et de tous ces candidats, Raikkonen est le seul à ne pas conduire pour un top team, même si Lotus est appelé à le devenir …si cette équipe réussit à le garder.

Pour ma part, malheureusement pour Lotus, je vois bien le pilote finlandais rejoindre la Scuderia malgré sa brouille avec  le patron de Ferrari, Luca di Montezemolo, problème qui peut s’aplanir très vite si on y met le prix.  C’est un beau challenge qui serait proposé à Raikkonen, en ayant la possibilité de se mesurer avec  Alonso, en supposant que ce soit à armes égales, et à la Scuderia en faisant cohabiter deux top pilotes, ce dont elle n’est pas coutumière. Mais avec la crise, l’argent est plus que jamais un facteur déterminant, et plutôt que dépenser de l’énergie pour trouver un second pilote susceptible d’apporter un complément de budget, il vaut mieux avoir un pilote qui flirte constamment avec le podium et  la victoire, tout cela permettant de rapporter  de gros points au championnat des constructeurs, lequel  détermine la distribution de revenus à la fin de la saison.

Or cette année, malgré les 164 points marqués par Alonso en onze courses, Ferrari est seulement quatrième au championnat constructeurs derrière  Red Bull, Mac Laren et Lotus, Massa n’ayant marqué que 25 points à ce championnat contre 116 à Raikkonen. On comprend dans ces conditions que ce n’est pas le salaire que réclamerait Raikkonen (on parle de 10 millions d’euros) qui entre en ligne de compte pour son recrutement éventuel chez Ferrari. Raikkonen est d’abord, comme Alonso ou Vettel, une sorte d’assurance tous risques pour une écurie, avec un capital points important garanti dans une saison. Et en plus il connaît la maison ! Alors, Raikkonen chez Ferrari ou chez Lotus en 2013 ? Les paris sont ouverts.   Personnellement, je préfèrerais qu’il reste chez Lotus, ce qui permettrait à cette écurie de continuer à grandir sans changer son tandem de pilotes, ce qui serait aussi profitable à Romain Grosjean

Michel Escatafal

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s