Un dimanche de clasicos à la fin d’une semaine terrible pour le hand français

Quelques uns de mes lecteurs m’ont envoyé un courriel pour me demander ce que je pensais de ce qui s’est passé au club de handball de Montpellier, et surtout pourquoi je n’en ai pas parlé jusque-là. Certains sont même allés jusqu’à m’écrire que je m’indignais plus facilement si l’on parlait en mal de Contador ou si l’on essayait de ternir la mémoire d’Anquetil, Rivière, Bobet ou Coppi, que si l’on écorne la réputation de Karabatic et des autres joueurs de Montpellier concernés par cette affaire de paris.

A ceux-là je veux simplement répondre que d’abord le handball est un sport que je connais peu. Comme tout le monde j’ai vibré ces dernières années aux exploits des Barjots, des Costauds ou des Experts, ces deux derniers étant souvent les mêmes. J’ai même écrit sur ce site, que je regrettais profondément l’attitude des chaînes de service public qui ne retransmettaient que les tous derniers matches d’un tournoi européen ou mondial (sauf les J.O.), alors que ce sport collectif était le plus prolifique pour notre pays en médailles olympiques, continentales ou planétaires de ces dernières années. Un sport dont on voit des matches toutes les semaines sur des chaînes en clair dans certains pays voisins…loin d’avoir les mêmes résultats que ceux de l’Equipe de France.

Ceci précisé, j’avoue que si je n’ai pas réagi c’est parce que je ne sais pas ce qui s’est passé exactement, et parce que je trouve qu’on en a fait beaucoup sur cette affaire en attendant de savoir de quoi il en retournait. Sur un plan strictement sportif, est-ce tellement anormal qu’une équipe amputée de quelques-uns de ses meilleurs éléments, déjà championne de France, soit battue par une autre qui joue sa survie dans le dernier match de ce championnat ? Réponse : non. Ensuite pour moi c’est le brouillard puisque, comme je le répète, je ne connais de l’affaire que ce qui est dit et écrit par les uns et les autres, donc rien qui ne puisse m’éclairer réellement.

Evidemment certaines personnes y vont de leurs doctes jugements, les unes pour accabler les joueurs et les condamner, les autres pour les absoudre de toute faute. Mais, comme pour les affaires de dopage dans le cyclisme, nombre de personnes se croit nanties d’une expertise sans faille, qui les autorise à apporter un jugement sans appel là où les gens dont c’est le métier refusent de se prononcer parce que…tout n’est pas si simple. Disons que cela permet à certains de se défouler à travers un pseudo anonyme sur un forum quelconque, en s’imaginant que leurs misérables remarques vont faire avancer le débat sur des sujets qu’ils ne connaissent qu’à travers les médias. Je dirais d’ailleurs la même chose de ceux qui affirment avec force que tel pilote de Formule 1 a délibérément mis dehors un concurrent pour gagner une place. Comme si c’était le but d’une manœuvre au pire maladroite, au mieux hasardeuse!

Cela étant, en ce qui concerne les erreurs en Formule 1 qui amènent à interrompre la course d’un adversaire, il y a très souvent le jugement étayé par les images de l’accrochage, lesquelles d’ailleurs n’apportent pas une réponse aussi claire qu’on le souhaiterait. Certes, comme ce fut le cas hier lors du Grand Prix du Japon, il est clairement établi que Grosjean a fait une faute en percutant par l’arrière la voiture de Webber, faute que le pilote a lui-même reconnu. Pour autant doit-on nécessairement condamner sans appel le pilote français, d’autant que des professionnels de la course automobile, interrogés sur Eurosport, remarquent justement que Webber ralentit davantage qu’on pourrait l’imaginer juste au moment d’amorcer son virage. Cela je ne l’avais pas observé sur le ralenti diffusé pendant la course, et apparemment pas davantage les commentateurs télé.

Et que dire de l’incident entre Alonso et Raikkonen, que personne n’a pu réellement voir en direct et que l’on n’a pas cherché à décortiquer comme celui entre Grosjean et Webber…ce qui n’a pas empêché les internautes de distribuer les bons ou les mauvais points, bien qu’ils n’aient rien vu. En revanche s’ils avaient eu la patience d’entendre les réactions des pilotes et plus encore les images de la télévision, ils auraient été édifiés avec infiniment plus d’exactitude sur les raisons de la crevaison d’Alonso et son abandon, même si le pilote espagnol s’est plaint après-coup, mollement, de l’attitude de Raikkonen. Je dis mollement parce que les images de la vidéo montrent bien qu’Alonso a essayé de forcer le passage…et a échoué dans son ambition de gagner une place, parce que Raikkonen ne s’est pas laissé faire, ce que personne ne peut lui reprocher.

A ce propos, j’ai souri de ce qu’a dit Alonso après-coup : « Je n’avais pas de place à droite, avec Button. Je ne comprends pas pourquoi Kimi a insisté, il n’y avait pas de place. Je ne sais pas ce qu’il avait dans la tête pour ce premier virage mais c’est comme ça et cette fois la malchance est pour nous ». Il faut reconnaître qu’il n’y avait pas beaucoup de véhémence dans ces propos. Il n’y en avait pas davantage dans ceux de Raikkonen à propos du même incident : « C’était très serré au premier virage. Mon départ a été bon et je me trouvais sur la gauche, à côté de Fernando [Alonso] dès le début. Il a insisté pour me passer jusqu’au moment où je n’avais plus de place et sa roue a touché mon aileron avant. J’ai subi un petit dommage et je crois qu’il a eu une crevaison ». Tout cela est assez clair, suffisant pour penser qu’Alonso a commis une erreur, sans doute liée à la pression du championnat, d’autant qu’il sait que sa Ferrari ne vaut pas la Red Bull de Vettel.

Voilà pourquoi je me suis refusé jusque-là à parler des paris qui touchent des proches des handballeurs de Montpellier, club phare jusqu’à ces dernières semaines du handball français. Je dis jusqu’à ces dernières semaines, alors qu’en réalité j’aurais dû plutôt écrire jusqu’à ces derniers jours, puisqu’une semaine après l’interpellation de plusieurs joueurs, les Montpelliérains, privés de cinq de leurs meilleurs joueurs, ont failli remporter leur match de Ligue des Champions  contre les Espagnols de León (MAHB battu 27-29), certes pas des adversaires très redoutables pour la grande équipe montpelliéraine, mais suffisamment forts pour être en Ligue des Champions. Et quand on connaît le niveau du championnat espagnol, c’est quand même une honnête performance qu’ont réalisé les joueurs du club héraultais. En revanche, et c’est le plus embêtant, nous serons privés de la lutte pour la suprématie hexagonale entre Montpellier et le PSG nouveau. Pour moi c’est surtout cela qui est terrible pour le handball national, parce que ce sport était en train, enfin, de sortir de l’ombre d’où il ne ressortait que de temps en temps.

Un dernier mot enfin pour évoquer les fameux clasicos, espagnols, italiens et français, même si je ne suis pas encore certain que le match OM-PSG mérite tout à fait cette appellation qui a longtemps concerné uniquement le Real et le Barça en Europe. Cela dit, le clasico italien entre l’Inter et l’AC Milan la mérite-t-il encore ? Je ne le pense pas davantage, car désormais les deux Milan semblent loin des deux géants espagnols. L’AC Milan a quand même perdu cet été, entre autres joueurs, Ibrahimovic et Thiago Silva qui font à présent les beaux jours du Paris-Saint Germain. Et franchement, je pense que le PSG 2012-2013 est au moins au niveau des meilleures équipes italiennes…avec tous ses anciens joueurs de Série A (Ibrahimovic, Silva, Sirigu, Maxwell, Verrati, Pastore, Thiago Motta, Menez, Lavezzi, Sossoko) et son entraîneur italien, Ancelotti. Quand tout ce joli monde sera habitué à jouer ensemble, je reste persuadé que le PSG sera vraiment très fort, surtout si Moura, qui va arriver du Brésil à la trêve, s’adapte rapidement…et si Ibrahimovic ne se blesse pas.

Quant à l’Olympique de Marseille, il faut leur souhaiter que les blessures ne viennent pas décimer leur équipe, car celle-ci tourne très bien depuis le début de l’année, au point de me faire penser à l’équipe de Montpellier la saison passée. Cela dit, l’OM est quand même plus attendu que ne l’était le MHSC l’an passé, et va donc devoir affronter chaque semaine dans le championnat des joueurs bien décidés à se faire valoir devant eux, comme lors de la défaite contre Valenciennes. C’est le lot de tous les grands clubs, et l’OM en fait partie, surtout quand ils sont en tête du championnat, et l’OM est encore le leader de la Ligue 1. Cela étant, quand les terrains lourds vont arriver avec la fin de l’automne, les jambes des Fanni, Morel, N’Koulou, Cheyrou, Amalfitano, Valbuena, Gignac et Ayew se feront plus lourdes, et il risque fort de manquer à Marseille une profondeur de banc que seul le PSG en France peut afficher. N’oublions pas qu’hier le PSG s’est passé de Douchez, Sakho, Camara, Lugano, Motta, Sissoko, Bodmer, Néné et Hoarau, autant de joueurs qui auraient leur place de titulaire partout ailleurs en Ligue 1. A-t-on vu dans notre championnat effectif aussi riche ? Jamais, et Luca Moura arrive en janvier…en attendant Neymar ?

Michel Escatafal

Publicités

One Comment on “Un dimanche de clasicos à la fin d’une semaine terrible pour le hand français”

  1. You’re in point of fact a excellent webmaster. The site loading pace is incredible. It seems that you are doing any distinctive trick. In addition, The contents are masterwork. you have done a fantastic job in this subject!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s