Qui a le plus à perdre d’une absence de Contador au Tour 2013? ASO ou Contador?

ContadorComme tous les amateurs de vélo, j’attends de savoir si oui ou non l’équipe Saxo-Tinkoff sera en World Tour l’an prochain. Pourquoi attendre cela avec une telle fièvre, dans la mesure où Saxo-Tinkoff compte dans ses rangs le meilleur coureur de grands tours depuis 2007 (7 victoires gagnées sur la route), plus quelques équipiers de luxe comme Kreuziger, Roche ou encore Bennati ? Et bien, la raison est toute simple : l’équipe Saxo-Tinkoff n’est pas sure d’intégrer cette première division qu’est le World Tour, parce qu’elle n’a pas suffisamment de points pour faire partie des équipes intégrées d’office. Cela en fonction d’un point de règlement tout à fait ridicule, pour ne pas dire scandaleux, qui interdit de comptabiliser les points gagnés sur la route…par les coureurs ayant eu une suspension pour dopage de deux ans. Or justement  Contador est dans ce cas, après son contrôle anormal lors du Tour de France 2010, même si le Tribunal Arbitral du Sport n’a pas pu prouver qu’il y avait intention de se doper de la part du coureur espagnol. Et comme un malheur ne vient jamais seul, l’équipe Saxo-Tinkoff, contrairement à ce que nombre de fans de vélo imaginent, n’est absolument pas sûre de recevoir une invitation de la part des organisateurs du Tour de France, du moins de la recevoir à temps pour que les coureurs, à commencer par Contador, puissent se préparer sereinement.

Au passage, j’en profite pour rappeler ce que Contador a répondu à ceux qui l’accusent de mettre la pression sur les organisateurs du Tour (ASO) : « Chacun sait comment se passe la préparation à un grand Tour et en particulier le Tour de France. On sait qu’il faut avoir cette course dans la tête au début de la saison ». Evidemment, il faut avoir été coureur au plus haut niveau pour bien comprendre ce message ou, tout simplement, savoir deviner que pour gagner un grand Tour il y a des obligations incontournables. La preuve, nous l’avons eu avec les difficultés qu’a connues Contador cette année dans la Vuelta. Et pourtant tout le monde sait le soin qu’a mis le Pistolero dans sa préparation…sans que tout cela puisse effacer son manque de compétition.

Fermons la parenthèse et revenons à mes propos du début, pour noter que le vélo est un des rares sports qui n’autorise pas nécessairement ses meilleurs représentants à participer aux plus grandes épreuves. Certes me direz-vous, si le Pistolero ne participe pas au Tour de France, il ira courir le Giro et la Vuelta, deux épreuves qui ne font pas la fine bouche pour inviter les meilleurs coureurs. Peut-être, mais justement Contador, mais aussi ses employeurs et sponsors, auraient souhaité que le crack espagnol se prépare tout spécialement pour remporter un quatrième Tour de France sur la route. Et en plus, s’il réussissait dans son entreprise, ce serait en ayant battu la nouvelle vedette des courses à étapes, le Britannique Froome, privé de la victoire dans la Vuelta 2011 et sans doute dans le Tour 2012 par le jeu d’une équipe entièrement au service de Wiggins, mais aussi Cadel Evans (vainqueur en 2011) et Andy Schleck, trois fois second sur la route consécutivement (2009, 2010, 2011). Autant dire qu’en cas d’absence de Contador, la course perdrait évidemment beaucoup de son intérêt, ce qui en revanche ferait le bonheur du Giro, où les organisateurs seraient ravis de voir l’affrontement entre Contador, Wiggins et les meilleurs coureurs italiens sur les routes transalpines. Cela donnerait un sacré lustre à la grande course italienne, ce qui ne serait que justice, car après tout le Giro a lui aussi une belle histoire et un palmarès que le Tour de France ne surpasse guère. En fait parmi les très grands champions seuls Armstrong, Bobet et Le Mond n’ont pas gagné le Giro.

Et puisque j’ai cité le nom d’Armstrong (désolé je ne peux pas faire comme s’il n’avait jamais été coureur cycliste!), le Giro, comme la Vuelta, a déjà un avantage sur le Tour de France, à savoir le fait que son palmarès n’est pas amputé de plusieurs éditions. Autre chose, l’épreuve italienne a su conserver une certaine tradition, sans succomber à un gigantisme qui devient de plus en plus pesant dans la course française. Cela donne une ambiance qui plaît aux coureurs, lesquels ne cessent de louer la passion des tifosi…et leur objectivité, ce qui aurait pu prêter à sourire il y a quelques décennies tellement les coureurs italiens bénéficiaient sans vergogne de poussettes illicites, ce qui n’empêchait pas les étrangers d’adorer le Giro. Koblet, grand rival de Bartali et Coppi, mais aussi Anquetil, puis plus tard Merckx et Fignon, pourtant sévèrement traités par les organisateurs et les supporters ont toujours évoqué avec émotion le Giro, pardonnant tout ce qui avait été négatif pour eux pour ne retenir que la passion du vélo dans ce pays. Une remarque à méditer en France, ce qui explique en partie qu’on attend toujours depuis Hinault et Fignon, un vainqueur du Tour ou du Giro, pendant que les italiens accumulaient les victoires dans les grandes courses à étapes.

Autant de raisons qui me font dire que si le Tour s’obstine à ne plus vouloir attirer en juillet les meilleurs coureurs sous un prétexte dit éthique, cela pourrait à terme se retourner contre lui…ce qui serait ridicule. Si j’écris cela, c’est parce que je me rappelle que l’Equipe (ASO fait partie du groupe de presse Amaury qui est propriétaire de l’Equipe) avait fait des révélations fracassantes en août 2005, affirmant qu’Armstrong avait pris de l’EPO en 1999. Pourtant cela n’avait pas empêché Armstrong d’être accueilli à bras ouverts dans le Tour de France en 2009, l’année de son retour. Bref, ne pas accepter Contador et son équipe dans le Tour priverait à coup sûr les fans de vélo d’une course de légende pour sa centième édition, ce qui pourrait faire les affaires des autres grands tours.

 D’ailleurs tous les observateurs, spectateurs et téléspectateurs ont souligné cette année que la Vuelta avait été autrement plus attrayante que le Tour insipide que l’on a vécu. Elle l’a été d’autant plus qu’aucun autre coureur n’est capable d’animer la course comme Contador en montagne, alors que des coureurs comme Evans ou Wiggins manquent cruellement de ce panache qui rend une course attractive et émouvante. Que retiendra-t-on dans quelques années du Tour 2012 ? Peu de choses, à part voir le train Sky se déployer dès que la route s’élevait, et plus encore le fait que Froome, après avoir simulé une attaque en deux ou trois occasions, se soit retourné pour voir où était son leader…et l’attendre. En revanche tout le monde se souviendra pendant des années de l’étape Santander-Fuente Dé, où Contador construisit sa victoire dans la Vuelta, comme on se souviendra de l’attaque de ce même Contador dans l’Etna lors du Giro 2011, sans oublier l’offensive de Schleck dans l’étape du Galibier dans le Tour 2011, ou celle de Contador dans ce même Tour de France le lendemain vers l’Alpe d’Huez. On le voit, Contador reste le meilleur animateur d’une course…quand il a le droit d’y participer.

Mais au fait lequel d’ASO (organisateur du Tour) ou de Contador peut le plus se passer de l’autre ? Difficile à dire, même si pour ma part je pense que le grand perdant serait le Tour de France, comme cela fut démontré cette année. En revanche, s’il ne participe pas au Tour de France, Contador peut acquérir la gloire sur d’autres routes que celles du Tour, comme il l’a prouvé pendant les deux mois qu’a duré sa saison 2012. Pour un sponsor,  même si le Tour bénéficie d’une plus grande couverture médiatique que le Giro et plus encore la Vuelta, le fait qu’on parle énormément de Contador et de son équipe pendant les trois semaines que durent le Giro et la Vuelta, suffit à rendre son investissement rentable. Pour ASO, en revanche, le fait de ne pas avoir tous les meilleurs coureurs peut lui être beaucoup plus préjudiciable, surtout si en plus le parcours n’offre pas les mêmes possibilités d’attaque en montagne, comme ce fut le cas cette année avec la part trop belle faite aux rouleurs.

A ce propos, l’histoire du Giro est là pour nous rappeler que le cyclisme sans grandes étapes de montagne et sans grands grimpeurs est beaucoup moins attractif. Si je dis cela à propos du Giro, c’est parce que cette épreuve a beaucoup souffert dans les années 80 de parcours faits sur mesure pour Moser et Saronni. En revanche, y compris l’an passé grâce à l’envolée de Thomas de Gendt dans le Stelvio lors de la dernière étape de montagne, les dernières éditions du Giro ont été globalement très intéressantes, notamment celles de 2008 (vainqueur Contador), de 2010 (vainqueur Basso) et 2011 (vainqueur Contador sur la route). Et il ne faut pas oublier que si Contador ne participe pas au Tour de France 2013, faute d’avoir été invité ou de l’avoir été trop tard, l’année suivante le Pistolero pourrait très bien choisir un programme comportant le Giro et la Vuelta, ce qui lui permettrait d’arriver en grande forme aux championnats du monde 2014 disputés en Espagne sur des parcours taillés pour lui, que ce soit contre-la-montre ou sur la course en ligne.

Et rien ne dit que Contador ne sera pas imité dans son approche des championnats du monde 2014 par d’autres grimpeurs patentés comme Andy Schleck ou Froome, sans parler de Rodriguez ou Valverde. Dans ce cas qui participera au Tour de France ? Oui, décidément le Tour de France a beaucoup à perdre en voulant jouer les pères la vertu, car une baisse de la qualité de la participation pendant quelques années aurait  vite fait de ramener une épreuve, pour aussi prestigieuse qu’elle soit, à un rang inférieur à celui qu’elle a aujourd’hui. En fait, ASO aurait tort de croire que la vertu est une exclusivité française, comme les Français l’imaginent trop souvent, et que le prestige du Tour est suffisant pour le protéger contre tout ce qui pourrait l’atteindre. Cela étant, je suis persuadé au fond de moi-même qu’ASO, malgré ses dénégations, saura trouver les motifs d’attirer pour la centième édition de son épreuve les meilleurs coureurs…comme c’est le cas dans tous les autres grands sports. Imagine-t-on le championnat du monde de Formule 1 sans Ferrari, Red Bull, Mac Laren, Mercedes ou Lotus ? Pourquoi le vélo s’infligerait-t-il toutes ces peines….contre l’avis de la quasi-totalité des gens qui vont sur les routes voir les coureurs ? C’est un mystère, et comme tous les mystères il est inaccessible à la raison.

Michel Escatafal

Publicités

2 commentaires on “Qui a le plus à perdre d’une absence de Contador au Tour 2013? ASO ou Contador?”

  1. aficionado dit :

    Hola Miguel,
    Pues yo creo sinceramente que Prudhomme y ASO harían una buena cosa por el Tour de 2013, si Alberto Contador fuese uno de los participantes. Lo digo, claro está, como aficionado y español. ¡Qué, por favor, amigo, no quiero ver un Tour como el de 2012, que una cosa es hacer la siesta y otra es quedarse durmiendo delante de la tele porque no pasa nada!

    Sabemos todos lo que ha pasado con Alberto, pero si el chico de Pinto en una entrevista declara a la prensa nacional e internacional que toda las carreras que ganó hasta la fecha, las ganó de manera limpia porque iba limpio del todo, ¿quién soy yo para decir lo contrario?

    Los franceses son chovinistas pero los españoles también, aquí en España, El Pistolero tiene mucha gente que lo apoya, pero otros que lo insultan y dicen que no juega limpio y que haría mejor de retirarse porque es una vergüenza que siga corriendo y dopándose.

    La verdad nadie la sabe pero los ‘entendidos’ lo saben todo, dicen ellos, claro está…
    Lo que hay que comprender es que un corredor ciclista profesional, si está enfermo tiene la obligación de curarse como los demás, tomando productos medicinales como todo el mundo.

    Si esos productos contienen unas substancias prohibidas por la UCI, pues ya estamos en el lío de dar positivo en un control antidopaje. Habría que determinar seriamente los productos que te hacen ir más rápido sobre la bici y los otros productos que te curan un catarro y que hasta los bebés de seis meses pueden tomárselos.

    Por eso mismo, sigo y seguiré apoyando al Pistolero porque es el mejor corredor ciclista español para las carreras a etapas que hemos tenido en este país después de Miguel Induráin. Hasta luego, compañero, y muchas gracias por escribir de manera maestral sobre mi deporte favorito.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s