La théâtralisation des difficultés du PSG, un phénomène bien français

psgJ’ai souvent dit sur ce site que le Français n’est pas sportif. J’ai aussi ajouté que le Français avait aussi l’énorme défaut d’être un perpétuel donneur de leçons. Si les Français gagnent, ce qui peut arriver, c’est parce que ce sont les plus forts. S’ils perdent, c’est parce que les autres trichent. Autant de sentiments de gens frustrés de n’être pas au niveau des gagnants. Mais les Français font-ils tout ce qu’il faut pour que leurs champions gagnent ? Certainement pas ! Voilà le constat que l’on peut faire quand on suit le sport depuis des années, ce qui est mon cas.

A ce propos je voudrais commencer par une anecdote, que j’ai peut-être déjà racontée, mais qui est édifiante de l’état d’esprit qui est celui des clubs français et de certains clubs étrangers. Nous étions à la fin des années 50, et j’étais très jeune, ce qui ne m’empêchait pas déjà d’aimer le sport, et de nombreux sports. Bien qu’étant originaire d’une région (Sud-Ouest) où le rugby est roi, ce qui explique que j’ai commencé la pratique sportive par le ballon ovale, cela ne m’empêchait pas d’aimer voir jouer au football, et de m’y intéresser. De m’y intéresser tellement que, début 1959, j’ai écrit, sans rien demander à personne, au Real Madrid où jouait à l’époque Raymond Kopa.

Bien entendu, à ce moment de ma vie je n’étais pas hispanophone. J’ai donc écrit en français au grand club madrilène (en mettant comme adresse le stade de Chamartin), lui expliquant que j’étais un jeune garçon, qui serait très heureux de recevoir un fanion du club et une photo dédicacée des joueurs. En fait, j’avais le secret espoir d’avoir un autographe de Raymond Kopa, en rappelant que ce dernier était à l’époque un des deux meilleurs joueurs du monde avec son coéquipier du Real, Di Stefano. Fermons la parenthèse, pour dire que quelques semaines après ma demande, j’eus la merveilleuse surprise de recevoir une lettre en provenance de Madrid, où était écrit sur l’enveloppe : Señor Don Michel Escatafal et mon adresse.

Au comble de ma joie de recevoir ce courrier, j’ouvris fiévreusement l’enveloppe pour voir ce qu’elle contenait, sachant au toucher qu’il n’y avait pas que du papier. Et que vois-je ? Une longue lettre me remerciant pour mon attachement au club (je l’ai traduite plus tard, car personne dans mon entourage ne parlait espagnol), et surtout un fanion du club et la photo dédicacée par tous les joueurs, notamment Kopa, Di Stefano, Santamaria, Puskas, Gento, Santisteban, Zarraga et le gardien Dominguez. J’étais vraiment très heureux, pas suffisamment pour me faire abandonner le ballon ovale, mais assez pour que je m’intéresse désormais autant aux résultats du football qu’à ceux du rugby ou de la Formule1.

Et cela me donna l’idée de demander la même chose au Stade de Reims, pour la simple raison que le club rémois, avec ses Fontaine, Piantoni, Jonquet, Vincent, Penverne, Rodzik et le gardien Colonna, allait disputer la finale de la Coupe d’Europe des clubs champions…contre le Real Madrid. En effet, malgré l’immense joie que m’avait procurée le courrier du Real, j’étais quand même un peu chauvin et, au fond de moi, j’espérais que le Stade de Reims batte le grand club madrilène, et se venge de la finale perdue en 1956, une finale que les Rémois ne méritaient pas de perdre, menant 2-0 après 10 minutes de jeu avant de s’incliner 4-3. J’écrivis donc au siège du club champenois, un ami de mon père m’ayant procuré l’adresse, en espérant recevoir le fanion rouge et blanc du meilleur club français des années 50, et peut-être même de l’histoire (double finaliste de la C1 et vainqueur de la Coupe Latine, ancêtre de la Coupe d’Europe).

Je n’eus pas longtemps à attendre, mais quelle déception en ouvrant la lettre ! Pourquoi ? Tout simplement, parce que le Stade de Reims me demandait d’envoyer la somme de 10 francs, pour pouvoir obtenir un fanion du club. Quant à la photo des joueurs on n’en parlait même pas. Jamais peut-être dans ma jeune vie, je ne fus autant déçu que ce jour-la. Quelle différence dans l’attitude des deux clubs ! Inutile de dire qu’à partir de ce jour, je ne fus plus supporter du Stade de Reims, au point que je refusais l’offre de mon père me proposant d’envoyer un billet de 10 francs pour obtenir le fanion que j’avais sollicité. Le ressort fut tellement cassé dans mon esprit que je me pris d’une affection indélébile pour le Real Madrid, y compris quand Kopa quitta le club pour retourner à Reims. Et c’est sans doute cet épisode qui me poussa à vouloir coûte que coûte apprendre le castillan, au point d’étudier avec frénésie la littérature espagnole et d’en faire profiter nombre de personnes.

Mais au fait pourquoi je raconte tout cela ? Tout bonnement parce que les Français passent leur temps à s’inventer des psychodrames, où la méchanceté n’a d’égale que leur frustration. J’ai souvent parlé sur ce site de l’attitude haineuse des amateurs de vélo vis-à-vis de Contador, une attitude que je ne supporte pas, tellement le Pistolero reste un animateur hors-pair des épreuves auxquelles il participe. Mais les Français sont aussi malveillants vis-à-vis de leurs champions et de leurs clubs, pour peu qu’ils ne fassent pas tout comme ils le souhaiteraient. Que n’a-t-on pas entendu sur nos sportifs qui vivent en Suisse, au point d’oublier que ce sont parfois ceux qui portent le plus haut nos couleurs. En écrivant cela je pense notamment à celui qui est sans doute le plus grand sportif français en activité, le pilote de rallye Sébastien Loeb, dont on va mesurer dès l’année prochaine le vide qu’il va laisser dans le monde des rallyes.

Mais il y a aussi le Paris Saint-Germain et les sarcasmes que ce club attire en ce moment, parce qu’il n’est que quatrième du championnat de Ligue 1, même s’il est qualifié pour les 1/8è de finale de la Ligue des Champions. Quand je lis ce qui s’écrit sur ce club par nombre de forumers, je suis rien moins qu’atterré. Je le suis d’autant plus que ces forumers représentent ce que pensent la majorité de mes compatriotes. D’abord ils reprochent au PSG d’avoir de l’argent. Ah, le rapport des Français à l’argent ! Tous voudraient en avoir, mais ils n’osent pas le dire. Et surtout ils en veulent beaucoup à ceux qui en ont un peu, et plus encore bien sûr à ceux qui en ont beaucoup. Et pour revenir au PSG, ces apprentis-sorciers fielleux reprochent au club parisien de disposer de très gros moyens…en provenance du Qatar.

Jamais contents ces pseudo-supporters, qui fustigeaient la précédente direction du PSG parce qu’elle n’investissait pas assez, et qui, maintenant, sont mécontents de voir arriver de très grands joueurs à Paris avec de l’argent en provenance de l’étranger. Qui sont mécontents aussi qu’on n’aligne pas une majorité de joueurs français dans leur équipe, qui sont mécontents enfin que ce soit un entraîneur italien qui dirige l’équipe à la place d’un Français. Mais ce que ces supporters à courte-vue ne comprennent pas, c’est qu’avec Antoine Kombouaré, au demeurant excellent entraîneur, jamais le PSG n’aurait sans doute pu faire venir des stars comme Ibrahimovic ou Thiago Silva. Il n’y avait qu’un technicien au palmarès énorme, cas d’Ancelotti, pour convaincre des joueurs de cet acabit de venir jouer en Ligue1. Une Ligue 1, dont ses représentants n’ont gagné en 56 ans de Coupes d’Europe que deux trophées, et sur les deux un a été remporté (par le PSG) dans une compétition qui n’existe plus (Coupe des Coupes).

Alors, pourquoi toutes ces critiques débiles sur le PSG, version qatarie ? Pourquoi ne pas se réjouir plutôt d’avoir une équipe figurant déjà parmi les 15 ou 20 meilleures en Europe ? Pourquoi ne pas se féliciter de voir le PSG et ses stars remplir systématiquement les stades chaque fois qu’il se déplace, et faire de grosses audiences télévisées quand le spectacle est au programme d’une chaîne non payante ? Pourquoi se réjouir des malheurs d’une équipe fatalement en construction, en rappelant que le PSG nouvelle version est né il y a moins d’un an et demi. Comme s’il suffisait de cent cinquante ou deux cents millions  d’euros pour construire une formation capable de dominer son championnat domestique et de briller en Europe ! Et si j’écris pareille chose, c’est pour noter qu’en France, et c’est normal, toutes les équipes affrontant le PSG ont une motivation décuplée…au point d’être méconnaissable lors du match suivant. Comment le Stade Rennais a-t-il pu dominer le PSG au Parc des Princes, en finissant le match à neuf, et ensuite être battu chez lui par Evian-TG au match suivant ?

Résultat, le PSG brille et brillera sans doute davantage en Ligue des Champions, du moins dans un premier temps, qu’en championnat, où cette équipe est l’équipe à battre, avec tout ce que cela comporte comme agressivité et détermination de la part des adversaires, sans parler des vociférations du public. Oui, le PSG doit attendre encore deux ou trois ans pour faire suffisamment peur à ses adversaires, comme l’a souligné son capitaine Thiago Silva, et s’imposer dans son championnat, à l’image de la Juve et des deux Milan en Italie, de Manchester en Angleterre, de Porto au Portugal, du Bayern en Allemagne ou du Real et du Barça en Espagne. Et plutôt que de se réjouir des malheurs du PSG, les soi-disant amateurs de football de notre pays devraient au contraire se réjouir que l’on parle enfin de la Ligue 1 chez nos voisins européens, alors qu’auparavant on n’en parlait jamais.

En outre cette publicité faite à la Ligue 1, rejaillira nécessairement un jour ou l’autre sur l’ensemble du football français, en attirant d’autres investisseurs fortunés, ce qui nous permettra de garder au pays nos meilleurs joueurs…comme les Anglais, les Espagnols ou les Allemands. Et oui, tout cela est l’évidence même, mais pour la comprendre il faut réfléchir avant d’agir, ce qui hélas n’est pas dans les habitudes de mes compatriotes, du moins ceux qui écrivent sur les forums ou ceux qui vont au stade…ce qui fait beaucoup de monde. Ce qui fait aussi notre singularité par rapport aux pays qui nous entourent, lesquels remportent des succès qui semblent pour nous chimériques.

Michel Escatafal

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s