Le bon choix de Cavendish ? Sans doute

Et si l’on commençait à oublier l’affaire Armstrong, d’autant que ce dernier n’existe plus dans le cyclisme, même s’il figure toujours au palmarès du championnat du monde (1993), ce qui apparaît tout à fait contradictoire! Cela étant, il est difficile de faire abstraction de Lance Armstrong dans le monde du vélo, compte tenu du palmarès (jusqu’au 22 octobre 2012 !), de la personnalité du champion américain déchu et, comme l’a dit l’ancien champion olympique suisse (1996) Pascal Richard, de « la visibilité sans précédent » qu’il a apporté au cyclisme. A propos de palmarès, je réitère une opinion qui a le mérite d’être rationnelle, à savoir qu’il est inconcevable de laisser un blanc dans le palmarès d’une épreuve, comme si la course n’avait pas eu lieu. Qu’on mette à côté du nom du vainqueur un astérisque indiquant « dopage avéré », quand cette affaire surgit cinq ou dix ans après les faits, et chacun pourra en tirer les conclusions qu’il veut ! En revanche, je trouve normal que le palmarès soit modifié quand un coureur est pris pendant une épreuve, avec des doses indiquant avec certitude qu’il y a eu dopage volontaire, par exemple le cas de Landis dans le Tour de France 2006 ou celui d’Heras dans la Vuelta 2005. Par parenthèse, j’en profite pour dire à nouveau que si l’on veut donner de la crédibilité de la lutte contre le dopage, il faut à la fois des règles adaptées, des preuves indiscutables et des procédures courtes…ce qui a été fait par exemple dans les cas Bousquet et Cielo, nageurs contrôlés positifs et absous dans les semaines suivant ce contrôle. Tout le contraire de ce que fait le cyclisme, qui semble prendre un malin plaisir à faire durer les procédures. On nous dit que cela va changer : tant mieux!

Cela dit, je veux à présent retrouver le côté sportif du cyclisme, le seul qui nous intéresse, avec le départ de Cavendish de l’équipe Sky, dans laquelle il ne sera resté qu’un an (en provenance d’HTC-Highroad),  pour rejoindre l’équipe belge Omega Pharma-Quickstep. Une équipe qui compte dans ses rangs Tom Boonen, mais aussi l’Allemand Tony Martin, double champion du monde contre-la-montre, et notre Français, Sylvain Chavanel, tous trois champions du monde par équipes du contre-la-montre. Bref, il quitte une grande équipe, celle du vainqueur du Tour de France 2012, Wiggins, et de son second,  Froome, par ailleurs quatrième de la dernière Vuelta, pour une autre où il devrait avoir les coudées plus franches pour gagner les épreuves qu’il est susceptible de remporter.

Mais, me direz-vous,  comment va se passer la cohabitation avec Tom Boonen ? Réponse : les deux champions auront des objectifs différents, avec Tom Boonen jouant « la gagne » dans les classiques flandriennes et Paris-Roubaix, sans nécessairement participer au Tour de France, alors que Cavendish préparera tout spécialement Milan-San Remo, à ce jour la seule classique qu’il ait remportée, et Gand-Wevelgem, avant de participer au Giro et au Tour de France, où sa pointe de vitesse lui permettra d’ajouter quelques victoires d’étapes à sa collection (23 pour le Tour et 10 pour le Giro), sans oublier la possibilité de s’emparer du maillot vert du Tour de France. Bref, de quoi satisfaire son nouvel employeur, lequel devrait accumuler les succès au cours de la prochaine saison dans les épreuves d’un jour.

Mais au fait, Cavendish a-t-il été à ce point bridé chez Sky cette année? Oui, dans la mesure où pour l’équipe Sky seules comptent les victoires dans les grandes épreuves par étapes. Et dans ce cas, tout le monde doit travailler pour le leader, en l’occurrence Wiggins, et sacrifier ses propres chances. Ainsi on a vu Froome, sans doute le plus fort dans le dernier Tour de France, se contenter de protéger Wiggins pour qu’il amène le maillot jaune à Paris, et Cavendish rouler comme un simple gregario pour aider son leader, y compris dans la montagne, quitte à perdre toutes ses chances dans la course au maillot vert. Et puis, à 27 ans, il est plus que temps pour Cavendish de se construire un beau palmarès, même si pour le moment celui-ci n’est pas négligeable.

J’aurais pu écrire aussi « vrai palmarès », ce qui paraît sévère pour Cavendish, parce que j’en ai assez d’entendre des commentateurs incultes n’évoquer que le nombre de victoires d’un coureur, sans se préoccuper de la notoriété des épreuves. Qui oserait en effet comparer la saison de Greipel avec ses 19 victoires dans des courses à étapes de second ou troisième rang, à part les 3 remportées dans le Tour de France, et les 13 victoires de Tom Boonen dans lesquelles on trouve Paris-Roubaix, le Tour des Flandres, Gand-Wevelgem, Paris-Bruxelles et le championnat du monde du c.l.m  par équipes,  les 11 de Wiggins avec Paris-Nice, le Tour de Romandie, le Dauphiné, le Tour de France et le c.l.m des J.O., ou encore les 10 de Rodriguez vainqueur de la Flèche Wallone et  du Tour de Lombardie, et les 3 d’Alberto Contador qui, en quelques semaines de course, a gagné la Vuelta plus une étape et Milan-Turin.

Fermons cette longue parenthèse, pour revenir à Cavendish et à la comparaison avec les plus grands coureurs de classiques de l’histoire, dont il est encore très éloigné…ce que semblent ignorer aussi ceux qui ne connaissent pas l’histoire du vélo. Cavendish est, en effet, très loin de Merckx (27), Van Looy (14), De Vlaeminck (12), Raas (12), Kelly (11), Coppi (10), Boonen (10), Hinault, Moser, Argentin et Gilbert (9), Zabel et Museeuw (8), Bartali et Bartoli (7), pour ce qui est des grandes classiques du calendrier. A l’heure actuelle il se situe quasiment au niveau d’André Darrigade, qui comme lui fut champion du Monde et qui a remporté une grande classique, le Tour de Lombardie, sans parler de ses 22 victoires d’étapes dans le Tour de France. Comme Darrigade d’ailleurs, il est très véloce naturellement, comme Darrigade c’est un excellent pistard, la différence se situant plutôt dans le fait qu’André Darrigade passait mieux les cols, même s’il était loin de suivre les meilleurs grimpeurs dans le Tour de France. Cela étant, Darrigade a terminé deux fois à la seizième place dans le Tour de France, performance dont serait tout à fait incapable Cavendish.  Mais, à ces quelques différences près, les deux hommes ont beaucoup de ressemblance.

Et c’est pour cela que j’ai envie de rire, quand je lis parfois que Cavendish est surtout fort parce qu’il dispose d’un « train » qui l’emmène dans les meilleurs conditions jusqu’aux 300 mètres, et qu’il risque de pâtir de l’absence à ses côtés d’un coureur comme Bernard Eisel, devenu un de ses plus fidèles équipiers chez HTC et Sky, mais qui ne le suivra pas chez Omega Pharma-Quickstep. Mais il aura tout de même à sa disposition d’excellents rouleurs, comme Martin qui était son équipier chez HTC, et des hommes eux-mêmes très rapides, par exemple Steegmans, pour l’emmener jusqu’aux derniers hectomètres avant l’arrivée. Même Boonen peut jouer ce rôle, par exemple dans le Tour de France…ce qui ne laissera quasiment aucune chance aux adversaires de Cavendish lors des arrivées au sprint.

Néanmoins, et je le répète, Cavendish n’a pas besoin de cela pour prouver qu’il est incontestablement le plus rapide routier-sprinter actuel. Certes, un bon train ne peut que l’aider et apporter encore plus de probabilité de victoire, mais Cavendish est un coureur qui va vite, très vite même dans les derniers deux cents mètres, et il a prouvé à plusieurs reprises qu’il savait très bien se débrouiller tout seul pour dominer ses adversaires quelles que soient les circonstances. Sur ce plan, son expérience de la piste ne peut que l’aider (double champion du monde à l’américaine), ce qui me permet encore une fois de dire que l’école de la piste est un merveilleux atout pour les routiers rapides au sprint.

C’est pour cette raison que je fonde beaucoup d’espoirs sur un jeune routier-sprinter français, Bryan Coquard, parce que c’est un remarquable pistard, comme en témoigne sa médaille d’argent dans l’omnium des derniers Jeux Olympiques. Qui sait si dans trois ans ce ne sera pas Coquard le principal adversaire de Cavendish lors des arrivées au sprint ? A ce moment le coureur britannique aura 30 ans, alors que Coquard aura tout juste 23 ans, l’âge où un jeune coureur surdoué commence à s’épanouir. Certains vont me trouver bien enthousiaste, à propos de Coquard, mais cela fait une cinquantaine d’années que l’on attend le successeur d’André Darrigade, c’est-à-dire d’un coureur capable de battre assez régulièrement les meilleurs dans un sprint massif. En disant cela je fais évidemment abstraction de Bernard Hinault, qui lui aussi savait remporter un sprint du peloton, mais Hinault…c’était Hinault !

Michel Escatafal

Publicités

One Comment on “Le bon choix de Cavendish ? Sans doute”

  1. aficionado dit :

    Hoy, el 6 de diciembre de 2012, Albert Contador cumple 30 años de edad! Conque muchas felicidades para el Pistolero y su nuevo equipo junior que estaba al completo para festejar el acontecimiento. Contador siente una gran responsabilidad hacia esos jóvenes corredores que empiezan tal vez una carrera larga.

    Y, para terminar con el Boss, quisiera decir que las 7 Vueltas a Francia que ganó, las tiene bien ganadas que se las quiten o no. Nunca se ha visto una cosa tan tonta en el ciclismo que 10 años después borren un nombre de un corredor en la carrera más grande del mundo.

    Por lo que se refiere al Cav’, pues creo que lo ha hecho muy bien cambiando de equipo porque el Sky no era una formación ciclista para sus deseos y sus ambiciones. El chico quiere ganar etapas en las grandes Vueltas y, tal vez, algunas clásicas para completar su palmarés.
    Milano-Sanremo y la Vuelta a Flandes son las clásicas que quiere ganar antes de retirarse de la competición y verdaderamente creo que lo pueda conseguir.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s