Formule 1 : 2013-1973. Et si l’histoire se répétait…

podium melbourneFinalement je suis assez content de moi à la lumière des résultats du Grand Prix d’Australie, puisque j’avais vu juste quant aux performances des uns et des autres, en y incluant les voitures. D’abord à tout seigneur tout honneur, Kimi Raikkonen a prouvé ce que je pense depuis longtemps, à savoir qu’il est peut-être pour ne pas dire sans doute le meilleur pilote actuel en Formule1. D’ailleurs Alonso lui-même a dit qu’il était intouchable dimanche. Et effectivement il l’était, si on considère qu’il en avait sous le pied avec sa Lotus, au demeurant excellente. Plus que sa légendaire vitesse en course, il a surtout prouvé, à la manière d’un Prost, qu’aucun autre pilote n’est capable de le surpasser quand il s’agit de tirer la quintessence de sa machine. Même Alonso a souffert de la comparaison dimanche dernier, en attaquant comme un forcené pour rattraper Vettel, ce qui évidemment ne pouvait qu’endommager ses pneus. Le constat est d’ailleurs identique pour Massa. En revanche, quand Kimi Raikkonen était derrière ces trois concurrents, il a gentiment attendu son heure…pour ne pas dégrader ses pneus, et faire un changement de moins que ses rivaux, ce qui lui assurait la victoire.

Mais il y a aussi du Prost dans sa manière de faire, notamment la faculté qu’il a de régler sa voiture pour la course, ce qu’il n’a cessé de prouver l’an passé. A ce propos, il est impensable de laisser dire ou écrire que Kimi est ou était un pilote moins concerné que d’autres sur le plan technique. Combien de fois s’est-il trompé dans ses réglages pour la course depuis son retour en F1 ? Jamais, et c’est la raison pour laquelle je renouvelle ce que j’ai dit à propos de Grosjean,  à savoir qu’au lieu de vouloir à tout prix « taper » son équipier, il ferait mieux de profiter de l’expérience d’Iceman…pour son plus grand bénéfice. Car il y a effectivement beaucoup à apprendre auprès de Raikkonen, y compris en qualifications. Certes il est, comme Prost autrefois, moins impressionnant en « qualifs » qu’un Vettel ou un Hamilton, mais lorsqu’il faut « claquer » un temps, Raikkonen sait aussi le faire, comme il l’a prouvé à plusieurs reprises dans sa carrière. Rappelons-nous sa pole-position de Monaco en 2005, au volant d’une Mac Laren- Mercedes,  où il avait laissé Alonso et sa Renault à près d’une demi-seconde, lui-même écrasant le troisième, Webber (Williams-BMW), dans les mêmes proportions.

Voilà pour Kimi Raikkonen, à présent passons à Massa, pour qui j’ai toujours gardé une grande considération, parce qu’il est très rapide quand toutes les conditions sont réunies pour qu’il le soit…ce qui le met un peu en retrait des tous meilleurs qui finissent toujours par se débrouiller, même avec une machine rétive. C’est aussi cela la grande force de Raikkonen et Alonso, voire Hamilton, plus peut-être encore que Vettel, irrésistible avec une machine parfaite. Massa est aussi dans ce cas de figure, et cette année il semble de nouveau être redevenu le Massa bien dans sa peau des années 2006 à 2008, c’est-à-dire avant son terrible accident de 2009 en Hongrie, que l’on oublie trop souvent. En outre, comme le Brésilien n’est pas un monstre de solidité quand tout n’est pas parfait autour de lui, on se doute bien qu’avec la Ferrari de l’an passé, loin d’être aussi bonne (surtout en début de saison) que celle de cette année, plus les bruits incessants de son remplacement en cours de saison, il était dans la pire des configurations pour briller. En revanche depuis le mois de septembre et le renouvellement de son contrat avec Ferrari, et bien il est quasiment au niveau d’Alonso en qualifications et parfois même en course.

Certes Alonso est plus fiable que lui, mais à Melbourne Massa a pleinement confirmé sa fin de saison 2012. En fait, tout s’est joué dans les stands pour lui, en raison d’une stratégie différente de celle d’Alonso, celui-ci étant difficilement battable sur ce plan. Certains ont suggéré une manœuvre de la Scuderia pour faire en sorte que le pilote espagnol passe devant, ce qui apparaissait vraisemblable en voyant le déroulement de la course. Pour ma part, n’étant pas germanophone (je regardais le grand prix sur RTL Television en Allemagne), j’ai eu un peu la même impression à la seule vision des images sur mon écran. Plus tard j’ai appris qu’en fait, ce sont les pilotes qui ont choisi le moment où ils sont rentrés au stand. Tant mieux si c’est ainsi, car cela signifierait que c’est dans les voitures et non dans les stands que s’est décidée la deuxième place de cette première course de la saison 2013.

Un dernier mot pour terminer, en rappelant qu’il y a 40 ans, en 1973, une Lotus s’était imposée lors du premier grand prix de l’année en Argentine, patrie de J.M. Fangio. Le 28 janvier 1973, à Buenos Aires, c’était en effet Emerson Fittipaldi qui s’était imposé…sur Lotus, avec presque 5 secondes d’avance sur le regretté François Cevert, lui-même précédant plus largement Jackie Stewart, tous deux sur Tyrell. En outre, comme dimanche dernier, l’auteur de la pole position, Regazzoni (BRM), mena pendant 28 tours avant d’être obligé de ralentir en raison de la dégradation de ses pneus…comme Sebastian Vettel cette année. Résultat, Fittipaldi s’imposa un peu à la manière de Raikkonen, parce qu’il avait su préserver ses pneus mieux que les autres. Et pour pousser un peu plus loin le mimétisme entre ces deux premiers grands prix de la saison à 40 ans d’intervalle, c’est Fittipaldi qui réalisa le meilleur tour en 1973…comme Raikkonen cette année. Est-ce un signe pour Raikkonen ? Pourquoi pas, En tout cas, à la fin de la saison 1973, Emerson Fittipaldi remporta son deuxième titre de champion du monde sur Lotus. Reconnaissons que pour Raikkonen et ses supporters, une telle issue à la fin de cette année serait tout simplement magnifique. Pour ma part, j’y crois…et je ne suis pas le seul. Déjà, je suis persuadé qu’il est capable de gagner de nouveau dimanche prochain en Malaisie, circuit sur lequel il a remporté sa première victoire. Allez Kimi !

Michel Escatafal

Publicités

2 commentaires on “Formule 1 : 2013-1973. Et si l’histoire se répétait…”

  1. Slevin dit :

    Hello! les visuels sont sympas sur ton blog! ils viennent de toi ou tu les trouves sur le net?? au plaisir de te lire ++ Slevin


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s