Serena Williams : la joueuse du vingt-et-unième siècle

serenaAvant d’évoquer l’US Open et la dix-huitième victoire en Grand chelem de Serena Williams à Flushing-Meadow contre Caroline Wozniacki (2 fois 6-3), je voudrais d’abord souligner mon étonnement devant la victoire de Cilic à ce même Us Open face au Japonais Nishikori (3 fois 6-3), et plus encore le fait que les vainqueurs des quatre tournois comptant pour le Grand chelem soient tous différents cette année ( Wawrinka, Nadal, Djokovic et Cilic). Cela démontre qu’en 2014 le tennis n’a pas eu de grand patron, entre les blessures de Nadal, toujours roi de Roland-Garros, le déclin inéluctable de Roger Federer, et l’irrégularité au plus haut niveau de Djokovic, lequel aurait dû profiter des difficultés de ses deux principaux concurrents pour s’imposer comme un vrai numéro un mondial. Autre évènement lors de cet US Open, la victoire en double des frères Bryan, malgré leurs 36 ans, ce qui leur a permis de conquérir leur seizième titre en Grand chelem, dont cinq conquis à l’US Open. Il ne leur manque plus qu’à réaliser le Grand chelem sur une année (ils l’ont fait sur deux années) pour être définitivement dans la légende, puisque seule la paire Sedgman-Mac Gregor a accompli cet exploit en 1951…à une époque où les meilleurs joueurs de simple jouaient aussi le double, ce qui relativise l’exploit des Bryan, loin, très loin d’être aussi forts que, outre Sedgman-Mac Gregor, la paire Hoad-Rosewall (la référence absolue) dans les années 50, Laver-Emerson et Newcombe-Roche dans les années 60-70,  ou Mac-Enroe-Fleming dans les années 70-80.

Mais avant de parler plus longuement de tennis, et plus encore de tennis féminin, je ne peux pas passer sous silence la magnifique victoire d’Alberto Contador lors de la seizième étape de la Vuelta, devant Chris Froome qui avait dynamité la course dans la dernière ascension, en plaçant une de ses terribles accélérations dont il a le secret. Quel dommage, et je le redis une nouvelle fois, que nous n’ayons pas eu cette explication suprême entre le Pistolero et Froomey lors du dernier Tour de France car, sans faire injure à Nibali, voir ces deux cracks s’affronter au meilleur de leur forme ( ce qui n’est le cas aujourd’hui ni pour l’un ni pour l’autre) aurait été un spectacle extraordinaire, sorte de remake des duels entre Coppi et Bartali ou Koblet dans les années 40 et 50. Cela dit, cette Vuelta nous a aussi offert au cours de cette grande étape de montagne un pugilat sur le vélo, pour une raison que l’on a du mal à expliquer en voyant les images à la télévision, qui a valu aux coureurs d’être mis hors course. Certains ont trouvé cela sévère, mais force est de reconnaître que c’est une image dont les amateurs de vélo se seraient bien passé, même si de telles confrontations musclées sont monnaie courante dans d’autres sports. Mais le vélo se veut tellement exemplaire, trop peut-être comme je l’ai souvent souligné surtout en regardant ce qui se passe dans d’autres sports, que les commissaires ont vite sévi contre Brambilla et Rovny. Tant pis pour  les deux belligérants !

Voyons à présent la place qu’aura dans l’histoire du tennis Serena Williams, vainqueur de son dix-huitième tournoi du Grand chelem et de son sixième US Open. Rien que cela nous indique qu’elle figure parmi les plus grandes championnes de l’histoire de ce jeu, et qu’elle est incontestablement la championne du vingt-et-unième siècle. Dotée d’un physique impressionnant, mais aussi d’un remarquable service et d’un revers qui ne l’est pas moins, elle est quasiment imbattable…quand elle n’est pas blessée, ce qui lui est arrivé très souvent au cours de sa déjà longue  carrière. Pour mémoire je rappellerais qu’elle a remporté son premier tournoi majeur en 1999, contre la reine de l’époque Martina Hingis, précisément à l’US Open. Certains, qui n’ont connu le tennis qu’à partir des années 2000, disent déjà que c’est la meilleure joueuse de l’histoire. Ils pourraient ajouter  que sans les blessures précédemment évoquées elle aurait déjà battu le record de Margaret Court en simple avec ses 24 victoires dans les tournois majeurs. Toutefois si Serena Williams a été et est aussi souvent blessée, c’est certainement parce qu’elle tire énormément sur son physique, son jeu n’ayant rien d’économique. C’est cela aussi la différence avec les grandes championnes du passé, moins fortes physiquement que nombre de joueuses de notre époque, même si Martina Hingis ou Justine Hénin ont montré qu’on pouvait être numéro un mondiale à la fin des années 90 ou au début des années 2000 avec des mensurations proches de celles d’Evonne Goolagong ou Chris Evert…ce qui est impensable chez les hommes. Qui pourrait imaginer qu’un Rosewall du vingt-et-unième siècle (1.70m et 66kg) ou même un Laver (1.72m et 70 kg) pourraient battre Nadal, Djokovic, Federer ou Cilic ?

Autre chose à prendre en compte en ce qui concerne la place parmi les meilleures joueuses de Serena Williams : la concurrence. On a beau dire, mais depuis quelques années la hiérarchie du tennis est quand même assez floue…derrière Serena Williams. Cette année par exemple, c’est la Chinoise Li Na qui a remporté l’Open d’Australie, ensuite c’est Maria Sharapova qui l’emporte à Roland-Garros, et, à Wimbledon, c’est la surdouée tchèque Petra Kvitova qui s’est imposée. Cela étant, si Serena Williams n’a pas remporté de tournoi majeur entre janvier et juillet, c’est tout simplement parce qu’entre un mal au dos, une blessure à la cuisse et un manque total de préparation, elle n’est jamais arrivée à Melbourne, Roland-Garros et Wimbledon en bonne santé. En revanche sa victoire au tournoi de Cincinatti laissait présager son succès de Flushing-Meadow, parce qu’elle avait pu se préparer correctement. Bref, Serena Williams est la meilleure joueuse de son époque depuis plusieurs années, et elle n’a pas face à elle une ou plusieurs joueuses susceptibles de la battre au meilleur de sa forme. Une Martina Navratilova avait en effet comme grande concurrente Chris Evert, tout comme Steffi Graf avec Monica Seles avant son agression sur le court en 1993, ce qui fait penser aux duels entre Federer et Nadal chez les hommes. Imaginons Federer sans Nadal ou l’inverse, à combien de tournois du grand chelem ils en seraient ! Federer sans Nadal aurait même réalisé en 2006 et 2007 le Grand Chelem. Mais imaginons aussi combien Martina Navratilova et Chris Evert auraient gagné de tournois majeurs sans la présence de l’autre : plus de 25 sans doute, voire même 30.

Tout cela pour dire que Serena Williams  peut encore battre le record de victoires individuelles de Margaret Court…à condition de rester en bonne santé dans les deux ou trois ans qui viennent. Elle peut aussi garder l’espoir de réaliser enfin ce Grand chelem que tout le monde attend depuis 1988, année où Steffi Graf remporta les quatre tournois majeurs (Australie, France, Grande-Bretagne et Etats-Unis). Certains ajoutent aujourd’hui la notion de Grand chelem doré avec la victoire aux Jeux Olympiques, mais l’histoire n’en veut pas réellement puisqu’à l’époque où  Maureen Connoly (1953) et Margaret Court (1970) réalisèrent le Grand chelem, le tennis n’était pas encore sport olympique. En revanche le Grand chelem de Steffi Graf a été réussi sur trois surfaces différentes (dur, herbe et terre-battue) contre deux seulement (herbe et terre) pour ceux de Maureen Connoly et Margaret Court. En tout cas, si Grand chelem il doit y avoir de nouveau dans le tennis féminin, la seule qui en soit capable en ce moment est certainement Serena Williams, compte tenu de sa supériorité intrinsèque sur ses rivales, y compris Petra Kvitova, sans doute la plus douée des jeunes joueuses actuelles, mais trop inconstante pour en faire une championne capable de gagner les quatre grands tournois. En plus, elle n’a pas le jeu pour s’imposer à Roland-Garros, où Serena Williams a triomphé deux fois.

Un dernier mot enfin pour dire que même si Serena Williams parvenait à battre le records de victoires en Majeurs et à réaliser le Grand chelem, cela ne voudrait nullement dire qu’elle serait la meilleure joueuse de l’histoire…parce que les conditions entre les époques sont trop différentes pour de pareilles affirmations. Cela étant, et je le répète, elle est à coup sûr la meilleure joueuse du nouveau siècle…ce qui n’est déjà pas mal. Une sorte de Suzanne Lenglen au début du siècle précédent, ce qui m’amène à regretter l’absence totale des joueuses françaises aux tous premiers rangs. Et oui, elle était belle l’époque d’Amélie Mauresmo et Marie Pierce qui, à elles deux, ont remporté quatre grands tournois du Grand chelem (deux chacune). Depuis c’est un peu le désert, malgré la victoire surprise de Marion Bartoli à Wimbledon en rappelant que son meilleur classement WTA fut une septième place (2012), et qu’elle battit en finale de Wimbledon l’Allemande Sabine Lisicki qui, elle aussi, n’a jamais figuré aux tous premiers rangs sur le circuit WTA (douzième en 2012).  En outre dans le cas de Marion Bartoli, on ne peut que regretter sa soudaine retraite à 28 ans. Cela dit, elle avait atteint son Graal, et sans doute estimait-elle qu’elle ne ferait jamais mieux qu’en cet été de grâce sur le gazon anglais…ce qui est très vraisemblable. En attendant elle nous avait quand même procuré un immense plaisir.

Michel Escatafal

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s