Comparaison n’est pas toujours raison dans le sport !

mayweatherIl y a quatre ans, j’écrivais sur ce site « Marciano : le plus grand des poids lourds? Peut-être, sans doute… », et j’avoue que je n’imaginais pas que l’histoire se répèterait aussi vite avec un autre boxeur. Et pourtant c’est le cas, puisque un autre Américain, Floyd Mayweather, va (théoriquement) se retirer des rings, invaincu en 49 combats. En fait c’est la seule comparaison que nous puissions faire, parce que d’une part Rocky Marciano a réalisé cet immense exploit dans la catégorie reine de la boxe, les poids lourds, et surtout parce que Marciano a boxé à l’époque de l’âge d’or de la boxe, dans la première moitié des années 50 du siècle précédent. Si j’insiste là-dessus, c’est parce que de nos jours la boxe a énormément perdu de son intérêt aux yeux du grand public, y compris américain, ne serait-ce qu’avec toutes ces catégories recensées depuis quatre ou cinq décennies, et ses multiples fédérations. Peut-être que les frères Klitschko mériteraient de faire partie, avec leur palmarès, des plus grands champions que le « noble art » ait pu connaître, mais, à part les passionnés, qui a suivi ou suit leurs résultats ? Poser la question, c’est y répondre. Néanmoins pour ceux qui comme moi ont toujours apprécié ce sport, Wladimir et Vitali Klitschko ou Mayweather, ou encore Pacquiao, sont quand même de très grands champions, parce que toujours vainqueurs ou presque. En outre, ce n’est pas leur faute si la concurrence est très faible dans leurs catégories.

Autre comparaison, cette fois encore plus incongrue, celle concernant les titres du double en grand chelem. Pourquoi ? Parce que depuis le début des années 80, quasiment personne ne s’intéresse au double, au point que les frères Bryan sont considérés par certains comme la meilleure paire de double de l’histoire du tennis…ce qui est risible, malgré leurs 16 victoires en tournois du grand chelem. Oui, comment oser comparer les frères Bryan dans l’histoire du tennis, avec par exemple la paire australienne Hoad-Rosewall dans les années 50, Emerson-Stolle dans les années 60, Newcombe-Roche à la fin des années 60 et dans les années 70, ou même la paire américaine Fleming-Mac Enroe dans les années 80 ? Oh certes, ils n’ont pas gagné 16 victoires dans les tournois du grand chelem, mais s’ils ne les ont pas remportées c’est d’une part parce qu’ils allaient très loin en simple dans ces tournois (sauf Fleming), mais aussi parce que la concurrence était bien supérieure à l’époque de Rosewall et Hoad (voir mon article sur ce site « Hoad et Rosewall : la plus merveilleuse paire d’as du tennis »), notamment avec des équipes de double comme Sedgman-Mac Gregor ou Sedgman-Fraser. D’ailleurs, aux J.O. de 2008, la paire composée de Federer et Wawrinka a remis à leur vraie place en demi-finale les frères Bryan (7-6 et 6-4), les deux joueurs suisses ne jouant pourtant ensemble en double que les rencontres de Coupe Davis (quand ils y participent) en plus des Jeux Olympiques.

Si j’écris cela c’est parce qu’on a tendance à s’extasier sur la victoire d’une équipe française ( Mahut-Herbert) à l’US Open, qui s’est terminé hier avec la victoire de Djokovic sur Federer en simple messieurs, mais aussi avec une finale cent pour cent italienne en simple dames (Flavia Penetta- Roberta Vinci)…qui a privé Serena Williams d’un grand chelem tellement mérité après ses victoires à Melbourne, à Roland-Garros et à Wimbledon. Et oui, plusieurs grands champions, femmes ou hommes, ont trébuché sur le dernier obstacle pour l’octroi du grand chelem (en année pleine), notamment Lewis Hoad en 1956. J’aurais l’occasion d’évoquer cet échec de Serena Williams lors d’un prochain article, comme j’évoquerai aussi l’extraordinaire niveau de Federer à plus de 34 ans. Fermons la parenthèse, pour nous réjouir quand même de voir honorer le tennis français à travers la victoire en double de Mahut-Herbert à Flushing Meadow, petite consolation au fait que le tennis français ne produit plus de potentiels vainqueurs en tournoi du grand chelem, le dernier étant Yannick Noah en 1983 à Roland-Garros. Cela fait quand même 32 ans, et cette victoire succédait à celle remportée par Yvon Pétra…en 1946.

Certes on me dira que nos joueuses ont fait mieux que les hommes, avec les deux victoires dans les tournois majeurs remportées par Mary Pierce (Melbourne 1995, Roland-Garros 2000) et Amélie Mauresmo (Melbourne, Wimbledon 2006 et numéro une mondiale). Je n’oublie pas non plus la victoire surprise de Marion Bartoli à Wimbledon (2013), mais je ne mets pas cette championne sur le même plan que Mary Pierce et Amélie Mauresmo, parce que sa victoire fait partie des très grandes surprises de l’histoire du tennis en particulier et du sport en général, un peu comme celle Flavia Penetta à l’US Open cette année ou celles de Carlo Clerici lors du Giro 1954 et de Roger Walkowiak en 1956 dans le Tour de France, sans parler de Jose Cobo victorieux de la Vuelta 2011. A propos de Marion Bartoli et Flavia Penetta, on observera que l’une et l’autre ayant touché le Graal à leur grande surprise, n’ont pas eu le courage de poursuivre leur carrière, et se sont arrêtées sur ce succès.

Autre grande victoire marquante ce week-end, la victoire en Australie et le titre de champion du monde en rallyes WRC de Sébastien Ogier. C’est le troisième consécutif pour le pilote gapençais, suivant les traces de Sébastien Loeb, même s’il lui en reste encore six avant de rattraper son illustre aîné. Cela dit, certains ne manquent pas de faire la fine bouche sur ces titres, par manque de concurrence. Je ne suis qu’à moitié d’accord, car c’est tout le problème du sport automobile d’élite, y compris la Formule 1. Comme en Formule 1, où pour gagner il faut avoir une Mercedes ou à la rigueur une Ferrari, il y avait cette saison en WRC les Wolkswagen et à la rigueur les Citroën. Cela signifie qu’en début de saison, dans les deux disciplines, on savait que le champion du monde s’appellerait Hamilton ou Rosberg en Formule 1, et Ogier ou Latvala en WRC…ce qui n’est quand même pas souhaitable, surtout si cela dure depuis plusieurs années.

Michel Escatafal

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s