Il fallait oser, et certains supporters lyonnais l’ont fait…

tifoIl fallait oser et certains supporters lyonnais l’ont fait : ils ont déployé un tifo à l’effigie et à la gloire de J.M. Aulas, pardon de Monsieur le Président Aulas. Si je voulais être méchant, je dirais que cela me fait immédiatement penser aux gourous des nombreuses sectes qui sévissent de par le monde, ou encore au culte de la personnalité dans certains pays dirigés par un dictateur. Cela dit, Monsieur le Président Aulas n’a évidemment rien à voir avec les gourous ou les pires dictateurs de la planète, puisque le président de l’Olympique Lyonnais se contente simplement de tourner la tête de quelques supporters des travées du stade de Gerland, très heureux pour certains d’entre eux d’avoir acheté des actions d’OL Groupe à 24 euros, et qui valent aujourd’hui 1.91 euros. J’espère pour ces pauvres gens qu’ils n’ont pas investi des sommes considérables (pour eux), parce que s’ils avaient besoin de réaliser leurs avoirs, ils auraient presque tout perdu!

Et pourtant je suis persuadé que ces malheureux supporters-actionnaires de l’Olympique Lyonnais n’en veulent nullement à leur président, qu’ils considèrent toujours comme le phare du football en France et ailleurs, à force de s’entendre rappeler à chaque occasion que leur club est extraordinaire, qu’il est riche, qu’il est puissant et que leur stade sera le plus beau, le plus illuminé etc. Il suffit pour s’en convaincre de lire leurs commentaires sur les forums pour s’apercevoir à quel point leur vision du réel est déformée. Ils en arrivent même à imaginer que leur club est un des plus importants en Europe et dans le monde, et qu’avec le nouveau stade en construction l’Olympique Lyonnais sera dans quelques années plus riche que Manchester United, le Barça, le Real, le Bayern ou le PSG. Ils oublient, les pauvres, que les clubs dont je parle sont connus dans le monde entier, et que leur palmarès ou la notoriété de la ville qu’ils représentent sont sans commune mesure avec ceux de l’Olympique Lyonnais. Ils oublient aussi que de nos jours le football est devenu un énorme business, et qu’un club ne peut intéresser des gros investisseurs qu’à partir du moment où les retours sur investissement sont très importants…ce qui ne sera jamais le cas avec un club comme l’Olympique Lyonnais.

A ce propos, à part le PSG (un peu plus de 45.000 spectateurs de moyenne), limité par la capacité d’accueil du Parc des Princes, et l’Olympique de Marseille qui dépasse les 50.000 spectateurs à chaque match, aucune autre équipe en France ne dépasse la moyenne de 35.000 spectateurs (Lille) et surtout pas l’Olympique Lyonnais qui, fin 2014, et malgré de bons résultats se situait à environ 33.000 spectateurs. Au demeurant cette moyenne laisse quelques doutes sur le remplissage du nouveau stade à Decines prévu pour 60000 spectateurs. Cela pourrait sonner creux, et il faudra que les supporters inventent très souvent des tifos à la gloire de Monsieur le Président Aulas pour masquer les places vides. J’arrête là, car on va m’accuser d’être rosse et anti lyonnais, ce que je ne suis pas, parce que j’aime bien l’Olympique Lyonnais…même si son très grand président m’insupporte et finit par rendre ce club antipathique.

Trêve de plaisanterie pour noter que parmi les dix plus grosses affluences dans les stades de football, on trouve 5 clubs allemands à commencer par le Borussia Dortmund (premier avec plus de 80.000 spectateurs de moyenne), mais aussi le Bayern Munich (71.000 en cinquième position), Schalke 04 (plus de 61.000 en sixième position), Hambourg (52.000 en huitième position), et le Borussia Monchengladbach, en dixième position avec près de 51.000 spectateurs en moyenne. Pour compléter la liste on notera que le Real Madrid (76.000) et le FC Barcelone (74.000) sont respectivement second et quatrième dans ce classement des affluences, avec intercalé Manchester United (75.000) à la quatrième place, et Arsenal à la septième avec près de 60.000 spectateurs en moyenne. Désolé pour cette énumération un peu fastidieuse, mais elle suffit à démontrer que la propriété d’un stade de plus de 60.000 places est un élément très important…pour un très gros club, que n’est pas et ne sera jamais l’Olympique Lyonnais, n’en déplaise à Monsieur le Très grand président Aulas. Pour mémoire, Lyon et son agglomération comptent un peu plus de deux millions d’habitants, contre une douzaine de millions à Paris et un peu plus à Londres, ou encore plus de 6 millions à Madrid, 5 millions à Barcelone. Et si l’agglomération lyonnaise rivalise en nombre d’habitants avec l’agglomération de Munich ou de Manchester, Lyon est loin d’avoir la tradition sportive des populations de ces villes, comme des autres grandes cités allemandes ou anglaises. On observera d’ailleurs, ce qui montre le manque d’engouement de notre pays pour le sport en général et le football en particulier, que la France est le seul des grands pays à n’avoir qu’une grande équipe de football dans sa capitale.

Et cela m’amène à évoquer la possibilité pour le PSG d’acheter le Parc des Princes à la ville de Paris. Certes si l’on en croit la maire de Paris, Anne Hidalgo, ce n’est pas d’actualité, ce qui ne veut pas dire que cela ne le sera jamais. En fait, on peut imaginer que cela reviendra sur le tapis plus rapidement qu’on ne l’imagine, malgré le bail emphytéotique très favorable consenti au PSG pour 30 ans (jusqu’en 2043). En effet, il semble que les dirigeants qataris veuillent absolument avoir les mains libres pour transformer l’arène mythique de la Porte d’Auteuil, et porter sa capacité à 60000 places voire plus si possible. On ne peut d’ailleurs que comprendre la volonté des dirigeants du PSG, dans la mesure où le stade leur appartenant en qualité de propriétaire, ils auraient la possibilité de faire ce qu’ils veulent de leur enceinte sans en référer à quiconque, simplement en respectant les lois sur l’urbanisme…ce qui n’est déjà pas si simple. Les supporters parisiens, en outre, seraient encore plus heureux qu’ils ne le sont parce que cela signifierait, une fois pour toutes, qu’avec l’achat du Parc des Princes et l’installation du centre d’entraînement dans la région parisienne, les dirigeants qataris seraient là pour très longtemps, et que le club acquerrait une valeur inestimable, digne des plus grands clubs européens.

Cela étant, outre les cris des franchouillards peu amènes pour les étrangers, fussent-ils riches, il y en aura au moins un qui manifestera d’une façon ou d’une autre sa mauvaise humeur dans cette hypothèse très vraisemblable : le très grand Président Aulas. Il couinera en rabâchant une fois de plus que l’argent achète tout, qu’un club doit grandir dans la sueur etc. Et pourtant son ego surdimensionné devrait comprendre qu’avoir en Ligue 1 un club comme le PSG, connu dans le monde entier, avec ses stars planétaires, ne peut être que bénéfique à notre championnat de Ligue 1. Ne vaut-il pas mieux être le second du grand PSG, que le premier d’une ligue professionnelle où tous les clubs sont éliminés dès les premiers tours de toute compétition européenne? J’observe à ce propos que plusieurs clubs espagnols brillent dans le sillage du Real et du Barça (Atlético Madrid, FC Séville) pour ne citer que ce pays. A part flatter son ego, que pourrait bien apporter comme gloire supplémentaire à Monsieur le Président Aulas, de remporter régulièrement un titre de Ligue 1 ou une Coupe de France sans concurrence, comme c’était le cas dans les années 2000, en fait jusqu’à l’achat du PSG par les Qataris. D’ailleurs il est difficilement compréhensible pour quelqu’un comme le très grand Président Aulas de préférer être le premier en France, donc de rester un club plus ou moins anonyme sur le plan mondial, plutôt que le second d’un club comme souhaite l’être le PSG, un club qui fait connaître au monde entier la Ligue 1, avec ses Thiago Silva, David Luiz, Javier Pastore, Marco Verratti, Thiago Motta, Angel Di Maria, Edinson Cavani, Zlatan Ibrahimovic ou Blaise Matuidi pour ne citer qu’eux.

Voilà ce que j’avais envie d’écrire ce matin, même si j’aurais pu évoquer la brillante victoire de l’équipe d’Australie hier soir dans la Coupe du Monde de rugby, victoire qui a entraîné l’élimination, ô combien humiliante, de la compétition de l’Angleterre, pays organisateur et champion du monde en 2003. Et pourtant, que ce fut beau de voir les joueurs anglais saluer respectueusement à la fin du match leurs adversaires australiens, lesquels ont fait de même à leur tour tout de suite après. Juste quelque chose qui ne peut que réjouir les vrais amateurs de sport, et non les supporters sectaires ! Quelque chose également qui nous change des récriminations continues du très Grand président Aulas, lequel ne cesse d’invectiver à tout propos ses concurrents, ce qui ne peu qu’alimenter les tensions, pour ne pas dire les haines entre supporters. Merci aux Anglais pour cette leçon de sportivité, et, en m’adressant aux Lyonnais qui lisent mon site, tant pis si j’ai été un peu dur avec J.M. Aulas, pardon votre très grand Président, animé d’un délire de grandeur qui le rend le plus souvent ridicule, ce qui ne veut pas dire que l’on doit manquer de respect pour ce qu’il a accompli pour son club. Il devrait quand même méditer sur cette phrase de Simon de Bignicourt :  » Décrier les talents d’autrui, pour cacher ceux dont il manque, c’est une habitude chez l’envieux ». Mieux même, à son âge Monsieur le président Aulas devrait savoir que, comme l’a écrit Madame de Staël : « Le mal que l’envieux sait causer ne lui compose pas même un bonheur ».

Michel Escatafal

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s