Paris-Nice 1966 : un des plus émouvants affrontements de l’histoire du vélo

Anquetil

Paris-Nice débute demain, avec une participation beaucoup plus brillante que ces dernières années, comme en témoigne la présence d’Alberto Contador, Richie Porte, Geraint Thomas, Tom Dumoulin, Romain Bardet, Andrew Talansky, Rui Costa, Rafal Majka, Sergio Henao et Simon Spilak, tous capables de viser la victoire au classement général en raison d’un parcours au profil très montagneux. Mais il y a aussi nombre de sprinters figurant parmi les meilleurs du peloton, tels que Alexander Kristoff, Marcel Kittel, André Greipel, Michaël Matthews, Tom Boonen, et les Français Démare et Bouhanni, sans oublier un des rois des classiques, Philippe Gilbert. Bref, cette année Paris-Nice redevient la grande épreuve que l’on a connue par le passé, ce qui n’était plus le cas depuis quelque temps, où Tirreno-Adriatico l’avait nettement supplantée.

Si j’ai parlé du standing de Paris-Nice, c’est parce que cette épreuve est une des courses à étapes qui ont le plus contribué à l’histoire du vélo, en rappelant une nouvelle fois que les compétitions de cyclisme ont commencé dès le dix-neuvième siècle, ce que les internautes semblent parfois oublier. Fermons la parenthèse, pour évoquer une année où la confrontation fut réellement géniale aux yeux de tous les supporters du vélo, à savoir l’année 1966, marquée par l’affrontement Anquetil-Poulidor, avec accessoirement la présence d’Adorni (vainqueur du Giro 1965 et champion du monde en 1968), qui donna lieu à une énorme polémique, comme seul le sport peut en engendrer sans qu’on se fasse la guerre. Et puis cette guéguerre Anquetil-Poulidor était aussi celle des supporters. D’un côté ce que l’on appellera plus tard les « bobos » et les cadres, presque tous anquetilistes, et les paysans et ouvriers presque tous poulidoristes. Cela rappelait la rivalité entre Coppi et Bartali en Italie dans les années 40 et 50, avec toutefois une différence notable : Bartali était aussi un campionissimo, avec ce que cela suppose de science de la course et de « grinta », lesquelles faisaient cruellement défaut à Poulidor. Un Poulidor de surcroît souvent frappé de malchance…ce qui n’arrive que très rarement aux plus grands champions, ce qui explique les différences au niveau des palmarès.

A présent revenons 50 ans en arrière, avec ce Paris-Nice 1966 de légende. Rien de très notable à signaler jusqu’à la cinquième étape, sauf la joie pour les Français de voir un compatriote, Désiré Letord, porter la tunique de leader. La sixième étape, en revanche, était très attendue. Comme cela se faisait assez souvent à l’époque, elle était partagée en deux demi-étapes, la première autour de Bastia remportée par l’Italien Armani, et la seconde avec un contre-la-montre de 35 km entre Casta et l’Ile Rousse. Une étape qui aurait dû être décisive compte tenu du fait que les différences entre les meilleurs au classement général étaient extrêmement minimes. Evidemment, Jacques Anquetil était le grand favori de cette demi-étape, mais à la surprise générale ce fut Raymond Poulidor qui l’emporta. Enfin, quand je dis surprise, c’est un bien grand mot, car Poupou avait déjà souvent fait jeu égal avec Anquetil dans des étapes contre-la-montre, que ce soit dans le Tour de France ou dans des courses d’une semaine. En tout cas Poupou s’imposa dans cette demi-étape avec  36 secondes d’avance sur son rival normand, le troisième, Adorni étant relégué à 1mn17s, le quatrième, un certain Eddy Merckx, âgé de moins de 21 ans à ce moment, battu de 1mn31s, et le cinquième, Rudi Altig (champion du monde la même année) de presque 2mn. Comme on peut le voir, Poulidor avait fait fort, en dominant le gratin des meilleurs rouleurs de l’époque.

Du coup Poulidor revêtait le maillot de leader devant Jacques Anquetil à 36 secondes. A priori la messe était dite, même si nous n’étions pas au terme de l’épreuve, puisqu’il restait trois étapes à disputer. Pourtant un homme, en plus de Jacques Anquetil, croyait encore aux chances du Normand, son directeur sportif, Raphaël Geminiani, qui savait qu’Anquetil poussé dans son orgueil était capable de tout. Il l’avait prouvé l’année précédente en réalisant le doublé Dauphiné-Bordeaux-Paris dans la même semaine, sans doute son exploit le plus retentissant, comme il le prouvera quelques semaines après ce Paris-Nice, en écrasant de toute sa classe Liège-Bastogne-Liège. Mais Geminiani, ancien coureur ô combien avisé, savait mieux que quiconque arranger à sa convenance des faits de course parfois anodins, mais finalement très importants pour leur déroulement. Dit autrement, pour celui que l’on surnommait «le Grand fusil », la fin justifiait (presque) tous les moyens.

Et de fait tout allait être bon pour déstabiliser Poulidor. Tout commença par la venue de Geminiani tout près de Jacques Anquetil pour peaufiner les derniers détails de l’offensive à venir, une offensive dont on avait évidemment parlé la veille au soir et sans doute de nouveau avant le départ de l’étape. Offensive aussi qui allait consister à isoler le porteur du maillot de leader pour mieux le harceler, d’autant que son équipe était loin d’avoir la puissance de frappe de celle d’Anquetil, l’équipe Ford ayant dans ses rangs des coureurs comme Stablinski, Everaert, Annaert ou encore Leméteyer, équipiers à la fois fiables et expérimentés…et aux dires de certains sans scrupule pour  aider leur leader à s’imposer. Par exemple quand le Britannique de l’équipe Mercier (celle de Poulidor), Barry Hoban, se retrouva catapulté dans le fossé en essayant de répondre à un énième démarrage d’un coureur de l’équipe Ford.

De quoi saper encore un peu plus le moral de Poulidor de plus en plus seul contre l’armada de Geminiani ! Et ce qui devait arriver arriva : une attaque foudroyante de « Maître Jacques » à 35 km de l’arrivée laissa le champion limousin sans ressources. Et pour couronner le tout, il ne pouvait guère espérer le soutien des autres équipes, lesquelles ne voyaient aucun intérêt à aider ce pauvre Poupou qui, malgré son refus de rendre les armes, termina avec le groupe des battus à un peu plus de 1mn20s de Jacques Anquetil. Ce dernier avait donc réussi à inverser tous les pronostics, et s’adjugeait son cinquième Paris-Nice, le troisième consécutivement ce qui était inédit, Poulidor terminant second, une fois encore, à 48s de son rival. Plus terrible encore pour lui, il avait eu une nouvelle fois l’impression, comme lors du Tour 1964 avec la fameuse ascension du Puy-de-Dôme, qu’il était sans doute supérieur à son rival.

Déception aussi de tous les « poulidoristes », dégoûtés de voir leur héros à nouveau vaincu par ce monstre de sang-froid et de volonté qu’était Jacques Anquetil. Joie au contraire des partisans de ce dernier, qui remportera quelques semaines plus tard, comme je l’ai déjà écrit, la Doyenne (Liège-Bastogne-Liège), qui battra le record de l’heure (47,493km) à 32 ans, après une douzaine d’années de carrière au plus haut niveau, sans oublier sa neuvième victoire dans le Grand Prix des Nations, véritable championnat du monde contre-la-montre à ce moment. Une somme d’exploits qui lui permet de figurer au troisième rang des plus beaux palmarès du cyclisme depuis 1946. Un rang auquel ne peut aspirer Contador, compte tenu de son âge, même si une victoire cette semaine dans ce même Paris-Nice conforterait sa sixième place, derrière Merckx, Hinault, Anquetil, Coppi et Kelly et devant Bartali, Indurain, Armstrong et Gimondi.

Michel Escatafal

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s