Un Giro 2016 à surprises…comme en 1991?

Coppino

Pourquoi ce titre ? Tout simplement parce que le Giro 2016, qui va commencer demain, a un parcours un peu ressemblant avec celui de 1991, avec un peu moins de montagne que l’an passé, même s’il est loin d’en être dénué, et aussi parce que tout semble réuni pour qu’un outsider puisse gagner. Quand je parle d’outsider, je pense évidemment à Mikel Landa, même si ce coureur a terminé troisième l’an passé (il aurait dû terminer second sans les consignes de son équipe Astana en faveur d’Aru), et même si ce coureur vient de remporter avec brio le toujours difficile Tour du Trentin. En outre, il aura aussi l’avantage d’être le leader désigné de l’équipe Sky, avec notamment Nieve pour l’accompagner en montagne. Bref, s’il est aussi fort que l’an passé, où il a causé quelques frayeurs à Contador, notamment lors de la dernière étape de montagne vers Sestrières, il pourrait rafler la mise au nez et à la barbe de celui que tout le monde désigne comme le super favori de ce Tour d’Italie, Vincenzo Nibali, qu’on ne présente plus puisqu’il a déjà gagné une fois les trois grands tours, ou encore Valverde, Uran, voire Majka.

Seul problème pour Landa, il y aura trois étapes c.l.m., même si l’une d’entre elles sera en côte entre Castelrotto et Alpe di Siusi (10,850 km). Il n’empêche, il y aura une étape très dangereuse pour lui le 15 mai, autour de Chinati, d’une longueur de 40,5 km, où il pourrait laisser beaucoup de plumes face à Nibali ou Valverde, pour ne citer qu’eux. Néanmoins, il sera quand même moins exposé dans cette étape que l’an passé dans une étape similaire face à Contador, ou qu’il aurait pu l’être si Froome était au départ de ce Giro. Cela étant, j’en ferais au moins mon favori bis, ce qui était impensable il y a à peine un an, avant précisément de se révéler dans ce Giro 2015. Et s’il l’emportait, ce serait quand même une surprise comme le Giro sait si bien nous en offrir de temps en temps, par exemple Hesjedal en 2012, ou encore Gotti en 1997 et 1999, sans remonter trop loin. Ce fut le cas aussi en 1991, avec la victoire de Franco Chioccioli devant Claudio Chiapucci (deuxième du Tour en 1990) à 3mn 48s, Lelli et Gianni Bugno, le vainqueur l’année précédente et qui sera sacré champion du monde en 1991 et 1992. Reconnaissons que Chioccioli avait fait fort pendant ce Giro, surtout si l’on pense qu’il porta le maillot rose de leader pendant 19 étapes sur 21, les deux autres leaders ayant été les Français Cassado (1ère étape) et Boyer (4è étape).

Chioccioli avait deux particularités, la première d’ordre physique pour sa ressemblance avec le grand Coppi, la deuxième étant qu’il n’avait rien gagné jusqu’à ses presque 32 ans au moment de sa victoire en rose. D’ailleurs, ses seuls résultats notables furent une Copa Sabatini en 1991, la Bicicleta vasca et une étape du Tour de France en 1992. C’est la raison pour laquelle certains dirent qu’il y avait du Walkowiak (Tour de France 1956) ou du Carlo Clerici (Giro 1954) dans ce succès…ce qui ne voulait pas dire que, comme pour ses deux compères, il ne l’avait pas mérité. La preuve, ses trois victoires d’étape à l’Aprica, au Pordoï et contre-la-montre entre Broni et Casreggio sur 68 km, où il laissa Bugno à presque une minute, ce que ni Walkowiak, ni Clerici, n’avaient fait lors de leur seule victoire majeure, où tous les augures furent pris en défaut. Sa domination fut d’ailleurs tellement évidente que nombre d’Italiens n’hésitèrent pas à le trouver encore plus ressemblant avec le Campionissimo…ce qui était quand même très exagéré, car seuls les traits du visage pouvaient susciter la comparaison. En tout cas, après cette victoire en rose acquise avec brio, on l’appela « Coppino », ce qu’on n’osait pas faire quand il était simple gregario de Saronni.

Si j’avais écrit cet article juste après ce Giro 1991 victorieux, j’aurais peut-être pu dire que seul un manque de confiance en lui l’avait empêché d’obtenir de meilleurs résultats jusque-là, et l’avait condamné à devenir un équipier fidèle, dans l’équipe Del Tongo, dont Saronni (vainqueur du Giro 1983 et champion du monde 1981) était la figure de proue. Hélas pour Chioccioli, son maigre palmarès après ce Giro victorieux nous laisse penser qu’il n’avait pas l’étoffe d’un crack. En revanche on l’a toujours bien aimé dans le milieu du vélo. Ce fils de paysan, membre d’une famille nombreuse, fut d’abord jugé trop chétif pour pratiquer un sport aussi dur que le vélo, quand il commença à s’y intéresser à l’adolescence, au point qu’on le retarda d’un an pour obtenir sa première licence. Ensuite il fut sérieusement malade et, comble de malheur, son père perdit la vie dans un accident de la circulation, en se rendant au départ d’une course. Bref, Chioccioli connut toutes les épreuves possibles et imaginables dans sa jeunesse, et sans doute en conserva-t-il des séquelles plus tard. Enfin pour couronner le tout, une fois professionnel, les Tours d’Italie de l’époque Moser-Saronni étaient surtout faits pour eux…qui n’ont jamais été des grimpeurs. En revanche en 1991 la montagne était bien présente, comme en témoigne le classement final de ce Giro avec Chioccioli, devant Chiappucci et Lelli, tous remarquables grimpeurs, sans oublier Gianni Bugno qui était un fuoriclasse.

En tout cas, Chioccioli avait vécu une bien belle aventure dans ce Giro 1991, contrairement à Claudio Chiappucci, héros du précédent Tour de France (deuxième derrière Lemond), qui était parti dans ce Tour d’Italie pour battre Lemond, Fignon, tous deux peu en forme ou malade, mais aussi Delgado et surtout Bugno, qui était devenu son ennemi intime. Problème, battre Bugno était loin d’être suffisant, et force est de reconnaître que Chiappucci, malgré ses talents d’escaladeur, n’était pas au niveau de « Coppino ». Il provoqua même la polémique, surtout chez les suiveurs français, en s’en prenant véhémentement à Eric Boyer dans la 17è étape, auquel il reprochait de ne pas le relayer dans sa chasse à Chioccioli, qui avait attaqué dans le Pordoi…alors que Boyer était bien incapable de relayer tellement il était à bout de forces. Chiappucci finit par le comprendre, mais le mal était fait pour lui, alors qu’il voulait passer auprès de tous, coureurs, suiveurs et spectateurs, pour un gentil bonhomme. Néanmoins, sans vouloir le défendre, force est de reconnaître que Chiappucci était en train de vivre une des plus grandes désillusions de sa carrière. De quoi être nerveux!

En plus cette algarade avec Boyer se situa après un premier épisode où Chiappucci passa déjà pour un coureur à qui on ne pouvait pas faire confiance. Ledit épisode se situa dans la 6è étape, où les organisateurs firent passer les coureurs dans un tunnel mal éclairé, ce qui entraîna une chute collective, laquelle déclencha le courroux des coureurs. Du coup, ces derniers décidèrent de neutraliser la course jusqu’à l’arrivée. Mais la tentation d’attaquer dans le Terminillo était trop grande pour certains, dont Chiappucci, ce qui mit très en colère nombre de coureurs dont Bugno et Delgado, ce dernier affirmant que Chiapucci n’était pas « un coureur fréquentable ». Chiapucci répliqua à Delgado en lui disant que si lui et Bugno n’ont pas répliqué à l’attaque du Colombien Cuspoca dans le Terminillo, c’était parce qu’ils n’en avaient pas les moyens, et que « s’ils voulaient la guerre, ils l’auraient et la perdraient ». En fait tous l’ont perdu, sauf Chioccioli.

Michel Escatafal

Publicités

Et si Purito Rodriguez gagnait enfin un grand tour?

RodriguezLe 22 août prochain va démarrer le dernier des trois grands tours du calendrier, la Vuelta, qui fêtera à cette occasion son quatre-vingtième anniversaire, la première édition ayant eu lieu en 1935 (voir mon article Tour d’Espagne : de Deloor à Cobo). Certes le Tour de France et le Giro sont encore au-dessus en termes de notoriété et de prestige, mais l’épreuve espagnole se rapproche peu à peu de ses grands frères français et italien. Il s’en rapproche d’autant plus que chaque année il nous offre un beau spectacle, supérieur à celui du Tour de France. En outre il regroupe souvent en fin de saison la quasi-totalité des meilleurs routiers de la planète, preuve que le Tour d’Espagne intéresse hautement les coureurs, et ce pour de nombreuses raisons. Parmi celles-ci, outre la préparation que certains considèrent comme idéale pour les championnats du monde, il y a aussi le fait que c’est une très belle ligne qui s’ajoute au palmarès du vainqueur. Un palmarès où l’on retrouve la quasi-totalité des grands champions du vélo depuis le début des années 60, à l’exception de Thévenet, Moser, Saronni, Roche, Fignon, LeMond, Indurain, Pantani et, plus près de nous, Armstrong et Froome.

Qu’on en juge : depuis cette époque l’ont emporté au moins une fois Anquetil, Altig, Poulidor, Janssen, Gimondi, Pingeon, Ocana, Fuente, Merckx, Maertens, Hinault, Zoetemelk, Delgado, Lucho Herrera, Kelly, Rominger, Jalabert, Zulle, Olano, Ullrich, Vinokourov, Contador, Valverde, Nibali et Heras, le recordman des victoires (4) dont la dernière lui a été rendue en décembre 2012 par un tribunal espagnol…après lui avoir été retirée en raison d’un contrôle positif. Et oui, cela peut exister ce genre de choses dans le vélo, sport qui manipule et triture les palmarès à sa guise, au point que plus personne ne sait qui a gagné quoi à certaines époques. Heureusement les vrais fans de cyclisme savent reconnaître les gagnants, tout comme les coureurs eux-mêmes qui ne sont pas dupes, y compris ceux qui bénéficient d’une décision des instances sportives.

Fermons cette sombre parenthèse ridicule et revenons à cette Vuelta, qui va voir s’affronter du 22 août au 9 septembre la quasi-totalité des plus grands champions actuels, à la notable exception d’Alberto Contador, qui a déjà disputé le Giro et le Tour de France. Sinon tous les autres seront là, à commencer par le vainqueur du Tour 2015, Froome, qui aura à subir les assauts de ses dauphins, Quintana, Valverde et Nibali, mais aussi de Fabio Aru et Mikel Landa (dauphins de Contador au dernier Giro), sans oublier Purito Rodriguez, Van Garderen, Samuel Sánchez, Rafal Majka, Domenico Pozzovivo, Pierre Rolland, Fabian Cancellara, Tom Dumoulin, Jurgen Van de Broeck, Peter Sagan, Nacer Bouhanni et John Degenkolb, ces trois derniers en lice pour le maillot vert du classement par points, en notant que seules trois étapes ( Malaga, Lerida, et Madrid) seront réservées a priori aux sprinters. Que du beau monde donc ! Une participation exceptionnelle, supérieure à celle du Giro, en notant au passage que s’il apparaît impossible de nos jours de réaliser le doublé Giro-Tour, un doublé Tour-Vuelta semble moins effrayer les coureurs. Pourquoi ? Sans doute parce que Valverde et Rodriguez, voire Froome en 2012, ont accompli de très belles performances après avoir disputé le podium dans le Tour de France. Néanmoins il faut remonter à l’époque Hinault (1978) pour trouver trace de ce doublé, en rappelant qu’à ce moment la Vuelta se disputait au printemps, et qu’il y avait un délai d’un mois et demi entre la fin de la Vuelta et le début du Tour.

Sinon, le parcours de cette année sera assez classique pour un grand tour, même si l’on trouvera le prologue un peu court pour un contre-la-montre par équipes (7.4 km), sans parler des nombreux transferts. Cela dit, il y aura comme d’habitude de nombreuses arrivées au sommet, avec une étape reine courte (138 km) mais dantesque (5 cols de première catégorie ou hors-catégories) en Andorre, où les coureurs ne cesseront de monter et descendre, mais aussi un contre-la-montre presque plat de 39 km quatre jours avant l’arrivée, sans lequel un grand tour n’en est pas un, n’en déplaise aux organisateurs du Tour de France, peu soucieux de l’histoire du cyclisme. Cette étape contre-la-montre pourrait d’ailleurs déterminer le vainqueur de l’épreuve, car il semble que les difficultés à venir ne seront pas insurmontables pour les meilleurs, même si la vingtième étape compte quatre cols de première catégorie, et même si les organismes seront fatigués dans la troisième semaine de l’épreuve, d’autant que les principaux leaders (Froome, Quintana, Valverde et Nibali) auront, comme je l’ai souligné précédemment, le Tour de France dans les jambes.

Cela m’amène à évoquer le nom de celui que je considère comme le favori de cette édition 2015, Purito Rodriguez. Certes il n’aura pas l’avantage de pouvoir s’exprimer comme il sait si bien le faire dans des ascensions comme l’Angliru ou la Bola del Mundo, mais il aura en revanche l’avantage sur les autres leaders de n’avoir pas lutté jusqu’au bout pour la victoire finale ou pour s’adjuger une place sur le podium dans le Tour de France. Dans quel état vont être les quatre premiers de ce Tour, à commencer par Froome qui accumule les critériums ? Néanmoins méfions-nous de Nibali, hors de forme au début du Tour, mais qui l’a très bien fini, d’Aru aussi qui n’a guère couru depuis le Giro, sans oublier Landa…à condition que son Giro n’ait pas été qu’un simple feu de paille. Un Landa dans sa forme du Giro, et libéré de certaines contraintes de gregario, pourrait surprendre autant qu’il a surpris sur les routes italiennes, mais je n’y crois pas trop d’autant qu’il ne sera plus chez Astana l’an prochain. Après, un outsider peut toujours s’imposer comme Casero en 2001, Aitor Gonzales en 2002, Juan Jose Cobo en 2011 ou Chris Horner en 2013, mais il paraît invraisemblable que le vainqueur ne soit pas dans les coureurs que je viens de citer dans ce dernier paragraphe.

Michel Escatafal