Les critères sportifs…et affectifs

zidanerodriguezAujourd’hui nous allons évoquer les critères de toutes sortes dans le sport, et si j’en parle c’est parce que j’ai lu ce matin dans la presse deux informations qui m’interpellent. La première, de loin la plus importante, concerne l’admission des équipes cyclistes dans le World Tour, et la deuxième, beaucoup plus anecdotique, est relative à la cote de popularité des sportifs français auprès de leurs compatriotes. Commençons d’abord par l’admission des équipes dans le World Tour, avec une énorme satisfaction et une énorme surprise. Enorme satisfaction, parce que Saxo-Tinkoff, l’équipe de Contador, reste dans cette première division, ce qui veut dire, pour la première fois depuis bien longtemps, qu’Alberto Contador va pouvoir préparer son programme en toute sérénité, pour arriver au sommet de sa forme en juillet, auquel cas il sera imbattable dans le Tour de France. Enorme surprise aussi, parce que l’équipe Katusha est exclue de cette première division, en rappelant que Katusha a pour leader un des tous meilleurs coureurs du peloton, Rodriguez, numéro un l’an passé du classement World Tour, vainqueur de deux des plus belles classiques du calendrier (Flèche Wallonne et Tour de Lombardie), et respectivement deuxième et troisième du Giro et de la Vuelta.

A première vue on pourrait vraiment se dire que les instances dirigeantes du cyclisme marchent sur la tête, mais cette fois je ne le ferai pas dans la mesure où on n’a pas les éléments pour analyser la décision de la Commission des licences. Je pense qu’il faut attendre les motifs de cette décision avant de vociférer contre l’UCI, comme le font allégrement nombre de forumers sur les sites de cyclisme, notamment en France, lesquels plus stupides les uns que les autres se livrent à des analyses loufoques sans connaître les raisons de cette exclusion de Katusha du World Tour. Il faudra d’ailleurs patienter encore quelques jours, dans la mesure où rien n’oblige l’Union Cycliste Internationale (UCI) à rendre publiques les raisons de sa décision. En tout cas, on est au moins sûr que ce n’est pas sur des critères sportifs que cette sanction a été prise, Katusha étant un des poids lourds du cyclisme mondial, surtout en comparaison avec certaines équipes ayant obtenu la licence pour quatre ans, comme Ag2r ou Argos Shimano.

En outre, il y a aussi le cas d’Euskaltel-Euskadi, qui a également obtenu la licence jusqu’en 2016, alors que les coureurs n’ont pas reçu leurs salaires de novembre et que ses dirigeants envisagent de vendre leurs autobus pour se remettre à flot d’ici la fin de l’année. Cela dit, il faudra en racheter d’autres pour l’année prochaine. Espérons que ces difficultés soient passagères…Tout cela pour dire que le cyclisme est une nouvelle fois embarqué dans une affaire à laquelle personne ne comprend rien, et qui n’est pas faite pour redorer l’image de ce sport. Il reste à espérer que l’on n’attendra pas trop avant d’avoir des éclaircissements sur la rétrogradation de Katusha. Vivement le mois de janvier, qu’on recommence à parler vélo avec le Tour Down Under et le Tour de San Luis !

Le deuxième sujet que je voudrais aborder aujourd’hui tourne aussi autour de critères, mais très différents de ceux dont j’ai parlé précédemment. Il s’agit de la perception qu’ont les Français de leurs sportifs, à travers un sondage réalisé récemment. Et là, j’avoue qu’il y a de quoi se demander si les Français s’intéressent réellement au sport. En fait, comme je l’ai écrit à plusieurs reprises sur ce site, mes compatriotes ne connaissent rien au sport, contrairement aux habitants des pays voisins. C’est d’ailleurs tout à fait curieux, au moment où il n’y a jamais eu autant de sport à la télévision, en clair comme en codé. Peut-être que pour les Français, trop de sport à la télévision tue le sport ! Non je crois tout simplement que le sport ne fait pas partie de leurs préoccupations, et qu’ils se contentent de raccourcis. Nombre de personnes pensent, par exemple, que si les Français se déplacent très nombreux sur le Tour de France, c’est d’abord pour la caravane publicitaire, vénérable institution datant de 1930, et non pour les giclettes de Contador en montagne ou les sprints de Cavendish à l’arrivée des étapes plates. Hélas, c’est en partie vrai, comme il est vrai que la France est le pays où on commente le plus les affaires de dopage. Pas étonnant dans ces conditions, que leurs favoris soient pour la plupart des sportifs à la retraite depuis longtemps, voire disparus, et quasiment que des hommes…parce qu’ils ne connaissent qu’eux. Cela ne veut pas dire pour autant qu’il faille négliger le passé, au contraire et je le démontre sur ce site, mais  il faut connaître l’histoire du sport et cela n’est pas le fort des habitants de notre pays !

C’est ainsi que les sportifs préférés des Français sont Zinedine Zidane, Yannick Noah et Michel Platini, la quatrième dans ce classement étant Laure Manaudou…qui est sur le point de prendre sa retraite. Certes, à des titres divers, tous ont porté haut les couleurs de notre pays, mais c’était il y une ou plusieurs décennies. Nostalgie quand tu nous tiens! A moins, comme je l’écrivais précédemment, que ce classement ne reflète tout simplement le manque de culture des Français pour le sport, ce qui voudrait dire qu’ils ne connaissent pas les sportifs en activité, se rappelant simplement du nom de quelqu’un faisant de la publicité. C’est le cas du cinquième de ce classement, J.W. Tsonga, lequel n’a toujours pas remporté de Tournoi du Grand Chelem, ni gagné la Coupe Davis. En fait, il faut arriver à la sixième place pour trouver quelqu’un qui domine sa spécialité (le rallye), comme aucun autre ne l’a dominée jusque-là, Sébastien Loeb. Pour ce qui me concerne, c’est lui que j’aurais placé en premier parmi les sportifs en activité, si j’avais été interrogé. Un autre pilote automobile (Formule 1) est septième, Alain Prost, ce qui nous fait revenir aux années 80, comme pour Noah et Platini. Quant au huitième, pour aussi surprenant que cela puisse paraître, c’est Raymond Poulidor (merveilleux second ou troisième du Tour dans les années 60 et 70), lequel précède David Douillet (aujourd’hui député !), et Bernard Hinault, autre icône des années 80, qui fut mon idole absolue à cette époque et que j’aurais placé beaucoup plus haut dans les légendes.

Je ne vais pas vous infliger le classement jusqu’au cinquantième, car ce serait trop fastidieux, mais je suis quand même surpris de voir que ni Nikola Karabatic, leader de la plus belle équipe de France de l’histoire dans les sports collectifs, ni Tony Parker, ne figurent dans le top 20 des « Légendes ». Et puisqu’on évoque un basketteur, j’observe que si tout le monde connaît Yannick Noah, quasiment personne dans notre pays ne sait que son fils, Joakim Noah, joue en équipe de France, et est devenu un sportif très connu aux Etats-Unis, ce qui paraît normal puisque il est en passe d’être All Star NBA cette année, au même titre que Parker. Problème, les Français ne s’intéressent pas à la NBA, car la NBA c’est le championnat des Etats-Unis, et peu importe que le monde entier ou presque s’y intéresse !

Autre chose, si Laure Manaudou est quatrième, ni Alain Bernard, ni Camille Muffat, ni Yannick Agnel, ni Florent Manaudou, pourtant champions olympique de natation ne figurent dans les vingt premiers du classement, et ne sont même pas dans le Top 10 des sportifs en activité. En revanche, Anquetil est quatorzième, très loin de Poulidor, ce qui montre bien que l’on préfère les brillants seconds aux grands vainqueurs. La preuve, Voeckler qui n’a toujours pas remporté de grandes courses, se situe à peine deux places derrière Anquetil, mais Rousseau, Tournant, Gané et Baugé sont absents. Baugé n’est même pas dans le Top 10 des sportifs actuels, alors qu’il est quadruple champion du monde de vitesse . Le rugby connaît aussi ses paradoxes, avec Michalak à la onzième place, ce qui se justifie tellement son talent est évident, juste devant Teddy Riner, mais l’autre rugbyman figurant dans ce palmarès s’appelle…Chabal. Certes l’homme a un look, mais côté sportif il est loin d’un Dusautoir, d’un Jauzion ou plus loin de nous d’un Jean Prat, Lucien Mias, Martine, Crauste, André Boniface, J.P. Rives, Philippe Sella ou Blanco.

On notera aussi qu’en dehors de Zidane et Platini dans cette liste des 20 premiers parmi les légendes, il n’y a d’autre footballeur  que Ribéry. Désolé, mais Fontaine, Kopa et plus près de nous Thierry Henry ont quand même un autre palmarès et une autre aura. Thierry Henry a en outre le défaut d’être aujourd’hui aux Etats-Unis, et cet éloignement le plonge dans l’oubli. Autre incongruité, Mimoun figure à la treizième place, mais c’est le seul athlète, ce qui signifie que personne ne se rappelle de Michel Jazy, Guy Drut, Colette Besson, Marie-Jo Pérec, Christine Arron, Pierre Quinon, Stéphane Diagana, Jean Galfione, et pas davantage de Renaud Lavillenie ou Mahiedine Mekhissi qui viennent pourtant de remporter des médailles aux J.O. de Londres. D’ailleurs l’athlète français actuel le plus connu est C. Lemaître qui est loin d’avoir leur palmarès au niveau mondial.

Enfin, dernière surprise, parmi les légendes, oui les légendes, on trouve Romain Grosjean à la dix-septième place, loin pourtant d’être arrivé en Formule 1 au niveau de pilotes comme Jacques Laffite ou René Arnoux. Qu’a fait Grosjean pour être dans le Top 20 des légendes, en devançant J. C. Killy, alors que Marielle Goistchel ou Guy Périllat ne figurent pas dans ce classement, pas plus que les patineurs Alain Giletti, Alain Calmat et Brian Joubert? Tout cela pour dire que j’ai l’impression d’avoir perdu mon temps en commentant ces classements, sauf à démontrer une fois encore ce que je ne cesse de dire, à savoir que le Français ne s’intéresse guère au sport. Après tout, nous avons le sport que nous méritons, ou plutôt nos sportifs méritent mieux que les supporters qu’ils sont censés avoir. En revanche, lesdits supporters sont champions du monde de la critique et de la méchanceté vis-à-vis des sportifs étrangers.

Michel Escatafal


Christine Caron et Alain Gottvallès auraient été champion olympique aujourd’hui

La France dispose à présent d’une équipe de natation comme nous n’en avions jamais eu. En effet, j’ai beau chercher dans ma mémoire, voir des médailles d’or tomber à la pelle comme ces derniers jours a quelque chose d’extraordinaire dans un pays comme le nôtre, qui n’a pas ce que l’on appelle « la culture de la gagne ». Plus intéressant encore, cela fait bientôt dix ans que notre natation progresse, et sur ce plan c’est encore plus fort, au point de voir la Fédération imposer des normes de sélection identiques à celles des Américains, qui font qu’ un champion du monde en titre (Stravius) ne dispute pas d’épreuve individuelle, ou qu’un multiple champion d’Europe (encore cette année) et multi médaillé olympique et mondial (Bousquet) regarde les J.O. à la télé.

Cela dit, personne ne reprochera au DTN ce type de sélection, dans la mesure où la moisson est impressionnante après trois jours de compétition (trois médailles d’or et deux médailles d’argent), et le sera encore plus à la fin des compétitions. En effet, chacun est convaincu qu’Agnel peut encore remporter le 100m, car il va disputer sa finale demain sans avoir nagé auparavant, contrairement à aujourd’hui où il avait à son programme les séries et demi-finales du 100m et la finale du 4x200m. Et oui, on ne raisonne plus en médailles comme avant, mais en médailles d’or, ce qui n’est pas du tout la même chose. La preuve, c’est tout juste si on ne fait pas la fine bouche avec les médailles d’argent de Camille Muffat sur 200m et du relais 4x200m (hommes) !

Il est vrai que Yannick Agnel et Camille Muffat ont tout pour être les supers champions qu’ils sont, et seront encore davantage dans les années à venir car ils sont très jeunes.  En plus ils donnent une image de notre pays autrement plus réconfortante que celle des footballeurs, qu’on ne voit en dehors du terrain qu’armé de leur baladeur sur les oreilles. En outre Agnel, jeune homme à la fois intelligent et cultivé, a prouvé qu’il avait une personnalité bien affirmée en refusant par exemple de nager avec les combinaisons qui dénaturaient la natation à ses yeux. Mais j’aime bien aussi la manière dont Camille Muffat répond aux interviews, avec une retenue qui contraste avec les gamineries que l’on observe chez d’autres sportifs, dans des circonstances pourtant très éloignées de celles que vit Camille Muffat. Elle est quand même championne olympique du 400m, ce qui n’est pas rien, d’autant que la natation est le deuxième sport olympique après l’athlétisme, ce qui lui confère une place à part dans le sport de haut niveau. Curieusement les deux nageurs ont aussi le même entraîneur (Pellerin) dans leur club de Nice, ce qui n’est sans doute pas un hasard, ce monsieur faisant plutôt dans la discrétion…ce qui laisse à penser qu’avec cette attitude il découvrira d’autres Camille Muffat ou Yannick Agnel.

Un mot encore pour souligner les âneries que l’on peut lire ça et là à propos de Laure Manaudou. Certes sa carrière est derrière elle, et c’est sans doute le combat de trop qu’elle est en train de livrer, mais elle aura eu le mérite d’être la première très grande championne de la natation française, et même la plus grande tout court jusqu’à maintenant,  hommes et femmes confondus. C’est elle qui a lancé ce formidable mouvement qui a propulsé la natation française là où elle est aujourd’hui, un peu comme Marie-Jo Pérec l’avait fait avec l’athlétisme. Alors, quoiqu’on pense de Laure Manaudou, elle a bien mérité de la natation et du sport français, parce qu’elle a été championne olympique en 2004, plusieurs fois championne du monde et d’Europe, et recordwoman du monde. Et  même si elle a fait des erreurs, mais qui n’en fait pas surtout à 20 ou 25 ans, même si elle a été victime de ses succès, il n’en reste pas moins qu’elle restera une pionnière pour la natation française, comme si elle avait décomplexé ceux qui étaient de sa génération et de celles qui ont suivi, en ayant eu l’immense  mérite de gagner au moment où on l’attendait. Rares ont été les champions français qui y sont arrivés avant elle dans les sports individuels (Bobet, Anquetil, Morelon, Hinault, Prost, Noah, M. Jo Pérec, Florian Rousseau, Loeb ou Alain Bernard).

En revanche Camille Lacourt a été victime du syndrome français, que l’on croyait à jamais enfoui dans les arcanes de l’histoire, faisant qu’on gagne certes de belles compétitions (champion d’Europe et champion du monde), mais qu’on échoue le jour de la finale olympique…comme si la pression était trop forte. Pour ma part, je pense à Michel Jazy à Tokyo en athlétisme, super favori du 5000m et qui termina à la quatrième place en finale aux J.O. de Tokyo en 1964, ce qui avait bouleversé la France entière. C’était l’époque où les Français étaient des héros, mais aussi pour la quasi-totalité d’entre eux de magnifiques perdants. La preuve, à part Marie Jo Pérec et Jean Galfione, nous n’avons pas eu d’autres champions olympiques en athlétisme depuis 1992, et à peine une dizaine depuis 1900, en espérant que Lavillenie ou Mekhissi s’ajouteront à cette courte liste. Et en natation ce n’était pas mieux, puisqu’avant Laure Manaudou et Alain Bernard à Pékin en 2008, nous avions obtenu une seule médaille d’or aux J.O., en 1952 avec Jean Boiteux (400m).

Côté médailles d’argent c’était un peu mieux, puisqu’on en compte cinq avec Taris, Bozon, Christine Caron, Delcourt et Roxana Maracineanu, alors que nous en avons remporté quatre entre 2004 (L. Manaudou, Malia Metella) et 2008 (Leveaux et le 4x100m). Et puisque j’en suis à faire l’inventaire, nous avions récolté seulement onze médailles de bronze avant 2004 (Vallerey, le 4x200m à deux reprises, Mosconi, Catherine Poirot, Stéphane Caron qui en remporté deux, Catherine Pléwinski qui en a gagné trois, et Esposito), mais six entre 2004 et 2008 (trois pour Duboscq, plus Solenne Figuès, Laure Manaudou et Alain Bernard).  Cette énumération peut paraître fastidieuse, mais cela situe le très faible niveau de notre natation sur le plan mondial jusqu’en 2004, alors que depuis cette date la France est devenue une des places fortes de la natation mondiale avec les Etats-Unis, l’Australie ou encore la Chine. Quelle extraordinaire évolution !

Et puisque mon site est essentiellement consacré à l’histoire du sport, je veux évoquer un nageur et une nageuse qui auraient sans doute remporté l’or olympique si l’état d’esprit qui prévaut aujourd’hui dans la natation française avait existé. Le nageur s’appelait Alain Gottvallès, et la nageuse Christine Caron. Alain Gottvallès avait réussi en septembre 1964, quelques semaines avant les Jeux olympiques de Tokyo, un exploit fabuleux pour l’époque en faisant tomber la barrière des 53 secondes au 100m nage libre, alors que le record du monde du Brésilien Dos Santos était de 53s6/10. Si j’ai employé le mot fabuleux, c’est parce que ce record, établi au départ du relais 4x100m du match Hongrie-France à Budapest, semblait être l’œuvre d’un extra terrestre, car même à l’époque battre un record du monde de 7/10 relevait d’un authentique grand exploit. D’ailleurs ses principaux adversaires pour Tokyo en avaient pris un coup au moral, puisque le Britannique Mac Gregor n’imaginait pas qu’une telle marque fût possible, pas plus que le Japonais Yamanaka qui qualifiait la performance du nageur français d’extraordinaire. D’ailleurs ce record ne sera battu qu’en juillet 1967, par l’Américain Ken Walsh (52s6 s), à une époque où la durée de vie des records en natation était généralement très courte.

Il était vrai que toutes les fées semblaient s’être penchées sur le berceau d’Alain Gottvallès, qui avait 22 ans à l’époque, et que tout le monde admirait pour « la pureté de son crawl et l’efficacité de ses bras » comme disaient les spécialistes. A côté de cela, il y avait chez lui un côté nonchalant, et on lui reprochait de beaucoup aimer la vie. Il est vrai qu’en plus de son talent naturel pour la natation, il était aussi magnifiquement proportionné (1.88m pour 80 kg), bref un très beau gosse, comme je l’ai entendu dire au moment de sa mort par Christine Caron. En outre, jusqu’à ce record du monde, sa carrière avait été prolifique, remportant notamment à Leipzig le titre européen sur 100m et sur 4x100m avec ses copains relayeurs (Gropaiz, Christophe et Curtillet), battant même à l’occasion le record du monde détenu par les Américains. Nous étions en 1962, et chacun de se dire que deux ans plus tard à Tokyo il serait candidat à l’or olympique.

En fait il ne sera pas champion olympique, nettement battu par des nageurs qu’il aurait dû dominer, terminant cinquième d’une finale remportée par l’Américain Don Schollander (53s4), devant Mac Gregor (53s5) et l’Allemand H.J. Klein (54s). Cela voulait dire que, comme pour Lacourt hier soir, loin de ses meilleurs chronos de 2010 et 2011, si Gottvallès avait réalisé le même temps en finale à Tokyo qu’il avait réalisé peu avant à Budapest, il aurait gagné l’or. Même son précédent record de France (avant de battre le record du monde) était plus haut perché que la médaille de bronze, puisqu’il était de 53s9/10. En fait Gottvallès avait été tout simplement envahi par la pression….comme tant de sportifs français avant et après lui. D’ailleurs lui-même avait avoué après la course : « « Maintenant je sais ce que c’est le trac ». Dommage que la mort l’ait emporté trop tôt (février 2008), car je suis persuadé qu’il serait heureux de voir s’étaler la force de caractère des nageurs français du nouveau siècle.

Et puisque j’ai parlé de Christine Caron, elle aussi était devenue recordwoman du monde en juin 1964 (100m dos), résultat d’un gros travail réalisé avec son entraîneur, Monique Berlioux, depuis une dizaine d’années. Ce record, qui appartenait à l’Américaine Donna De Varona depuis l’année précédente, avait été amélioré de 3/10 de seconde (1mn08s6), à l’issue d’une course parfaite, qui laissait penser que Christine Caron serait imbattable aux Jeux Olympiques en octobre. A ceci près  que ce record du monde et d’Europe avait été battu dans le cadre des critériums des jeunes d’Ile-de-France, donc un contexte très différent d’une finale olympique. Cela étant à la décharge de Christine Caron, elle n’avait pas déçu dans sa finale contrairement à Gottvallès, car elle avait fait une très belle course, au point de menacer jusqu’au bout l’Américaine Cathy Ferguson, les deux jeunes femmes pulvérisant l’ancien record du monde de Christine Caron (1mn7s7 pour C. Ferguson et 1mn7s9 pour Christine Caron).

Il n’empêche, je reste persuadé que la nageuse française aurait sans doute gagné si la finale avait lieu aujourd’hui, parce que les Français savent de nos jours se surpasser le jour où il le faut, à la manière d’un Yannick Agnel dans le dernier relais du 4x100m ou dans le 200 m hier soir. La remarque vaut aussi pour Camille Muffat sur 400m. A ce propos, en écoutant les déclarations de Camille Muffat ou Yannick Agnel avant les Jeux Olympiques, chacun comprenait qu’en fait ils ne visaient que la ou les médailles d’or, comme si pour eux une simple médaille ne les intéressait pas…ce qui n’est sans doute pas vrai. Cependant quel contraste avec Monique Berlioux, qui répondait à ceux qui voyaient Christine Caron championne olympique, après son record du monde, qu’une médaille les comblerait !

Michel Escatafal