« Ô rage !ô désespoir !ô vieillesse ennemie » ! Hélas, J. M. Aulas n’est pas Don Diègue

Aulas« Ô rage !ô désespoir !ô vieillesse ennemie » ! Et pour parodier Corneille, j’aurais envie d’écrire : N’ai-je donc tant vécu que pour dire des infamies ? Oui, J.M. Aulas n’en rate pas une, comme en témoigne sa phrase sur « le championnat du Qatar » « bien spécifique et réduit à une seule équipe (PSG) », après le match de samedi où l’Olympique Lyonnais affrontait Ajaccio. Des propos d’une stupidité sans nom. Tellement stupides qu’il a cru bon d’affirmer qu’il voulait « faire un mot d’humour ». Comme humour, il y a plus intelligent! Ce Monsieur a donc franchi une fois de plus la ligne jaune et même rouge, en parlant ainsi du PSG et de son actionnaire qatari, avant de se rétracter piteusement face au tollé que cette sortie a suscité y compris chez ses proches, dont paraît-il chez le coactionnaire du club. A noter que personne ne s’offusque en Angleterre que Chelsea ait un actionnaire richissime russe ou que celui de Manchester City soit émirati.

En France hélas, pays où les imbéciles franchouillards sont légion, on n’aime pas le PSG parce qu’appartenant au Qatar et parce que ce club a beaucoup d’argent. On déteste l’argent en France, même si on joue énormément au Loto pour en gagner. Passons ! Cela dit, ce qui m’apparaît le plus incompréhensible, c’est qu’autant de supporters lyonnais puissent soutenir contre vents et marées tout ce que fait et dit Aulas. Voilà simplement ce que m’inspire cette nouvelle sortie d’un homme à l’égo surdimensionné, qui respire la jalousie à plein nez. Désolé, Monsieur Aulas, mais si l’envie ne meurt jamais, vous mourrez malheureux, parce qu’il y aura toujours des gens plus riches que vous, des clubs plus grands que le votre, lequel mériterait sans doute un président moins irrévérencieux, qui a même parlé du Mexique comme d’un pays exotique pour pousser le sélectionneur à choisir Lacazette plutôt que Gignac pour l’Euro en juin prochain. Je pourrais aussi ajouter que jamais on n’entend les présidents des grands clubs européens se livrer sans cesse à des commentaires plus débiles les uns que les autres sur Twitter ou ailleurs. On a la classe ou on ne l’a pas!

Puisque je parle des grands clubs européens, y compris ceux qui n’ont pas autant d’argent à leur disposition que le PSG, le Real, le Barça, le Bayern, les clubs anglais du Big Four ou la Juventus, il y en a deux qui suscitent une énorme sympathie à travers l’Europe : l’Altlético Madrid et Leicester City FC. L’Atlético Madrid, parce qu’avec un budget proche de celui de l’Olympique Lyonnais, de l’Olympique de Marseille ou de l’AS Monaco, il va régulièrement en finale ou en demi-finale de la Ligue des Champions, et Leicester City, parce qu’il vient de remporter le titre de champion d’Angleterre, avec un budget infiniment moindre que celui de deux Manchester, de Chelsea, d’Arsenal, de Tottenham ou Liverpool. Il y a même dans cette équipe, dont les propriétaires sont thaïlandais (oui Monsieur Aulas !), dirigée par l’ancien entraîneur de Monaco, Ranieri, limogé sans ménagement malgré de bons résultats, des joueurs méconnus dans le monde du football jusqu’à ce printemps, à commencer par deux qui ont démarré leur carrière en Ligue1, Mahrez (au Havre AC jusqu’en 2014) et Kanté (au SM Caen jusqu’en 2015), sans parler de Vardy, son meilleur buteur que personne ne connaissait sur la scène internationale, et qui a quand même marqué 24 buts en 40 matches cette saison. Et pour cause, Leicester City n’a jamais été vraiment habitué à tutoyer les sommets (ils étaient en Football League Championship jusqu’en 2014), contrairement au rugby, ce qui est normal pour une ville un peu plus grande que Montpellier et un peu moins que Lyon.

Cela me fait penser un peu à l’aventure de Montpellier en 2011-2012, quand les Héraultais ont devancé le PSG d’Ancelotti, qui avait remplacé Kombouaré début janvier, avec à sa disposition des joueurs comme Pastore, Matuidi, Menez (aujourd’hui au Milan AC), Gameiro (meilleur buteur du FC Séville qui a gagné la dernière Ligue Europa), Sirigu, et un peu plus tard dans la saison (à partir du 1er janvier), Thiago Motta, Maxwell ou encore Alex. Et qui y avait en face à Montpellier ? Un bon entraîneur de Ligue1, Girard, quelques très bons joueurs, comme Giroud ou Belhanda, ou encore un cran en dessous Camara, Mapou, Spahic et Hilton. Espérons pour Leicester que leur aventure en Ligue des Champions soit plus brillante l’an prochain que celle de Montpellier la saison qui a suivi son titre, ce qui signifierait que ce titre n’aura pas été qu’un feu de paille. Néanmoins, la caractéristique des miracles est que ce sont des évènements qui se reproduisent très rarement, et dans le cas de Leicester, malgré les importants moyens des clubs anglais, on peut hélas craindre que cette équipe ne perde ses meilleurs éléments.

Michel Escatafal


Il fallait oser, et certains supporters lyonnais l’ont fait…

tifoIl fallait oser et certains supporters lyonnais l’ont fait : ils ont déployé un tifo à l’effigie et à la gloire de J.M. Aulas, pardon de Monsieur le Président Aulas. Si je voulais être méchant, je dirais que cela me fait immédiatement penser aux gourous des nombreuses sectes qui sévissent de par le monde, ou encore au culte de la personnalité dans certains pays dirigés par un dictateur. Cela dit, Monsieur le Président Aulas n’a évidemment rien à voir avec les gourous ou les pires dictateurs de la planète, puisque le président de l’Olympique Lyonnais se contente simplement de tourner la tête de quelques supporters des travées du stade de Gerland, très heureux pour certains d’entre eux d’avoir acheté des actions d’OL Groupe à 24 euros, et qui valent aujourd’hui 1.91 euros. J’espère pour ces pauvres gens qu’ils n’ont pas investi des sommes considérables (pour eux), parce que s’ils avaient besoin de réaliser leurs avoirs, ils auraient presque tout perdu!

Et pourtant je suis persuadé que ces malheureux supporters-actionnaires de l’Olympique Lyonnais n’en veulent nullement à leur président, qu’ils considèrent toujours comme le phare du football en France et ailleurs, à force de s’entendre rappeler à chaque occasion que leur club est extraordinaire, qu’il est riche, qu’il est puissant et que leur stade sera le plus beau, le plus illuminé etc. Il suffit pour s’en convaincre de lire leurs commentaires sur les forums pour s’apercevoir à quel point leur vision du réel est déformée. Ils en arrivent même à imaginer que leur club est un des plus importants en Europe et dans le monde, et qu’avec le nouveau stade en construction l’Olympique Lyonnais sera dans quelques années plus riche que Manchester United, le Barça, le Real, le Bayern ou le PSG. Ils oublient, les pauvres, que les clubs dont je parle sont connus dans le monde entier, et que leur palmarès ou la notoriété de la ville qu’ils représentent sont sans commune mesure avec ceux de l’Olympique Lyonnais. Ils oublient aussi que de nos jours le football est devenu un énorme business, et qu’un club ne peut intéresser des gros investisseurs qu’à partir du moment où les retours sur investissement sont très importants…ce qui ne sera jamais le cas avec un club comme l’Olympique Lyonnais.

A ce propos, à part le PSG (un peu plus de 45.000 spectateurs de moyenne), limité par la capacité d’accueil du Parc des Princes, et l’Olympique de Marseille qui dépasse les 50.000 spectateurs à chaque match, aucune autre équipe en France ne dépasse la moyenne de 35.000 spectateurs (Lille) et surtout pas l’Olympique Lyonnais qui, fin 2014, et malgré de bons résultats se situait à environ 33.000 spectateurs. Au demeurant cette moyenne laisse quelques doutes sur le remplissage du nouveau stade à Decines prévu pour 60000 spectateurs. Cela pourrait sonner creux, et il faudra que les supporters inventent très souvent des tifos à la gloire de Monsieur le Président Aulas pour masquer les places vides. J’arrête là, car on va m’accuser d’être rosse et anti lyonnais, ce que je ne suis pas, parce que j’aime bien l’Olympique Lyonnais…même si son très grand président m’insupporte et finit par rendre ce club antipathique.

Trêve de plaisanterie pour noter que parmi les dix plus grosses affluences dans les stades de football, on trouve 5 clubs allemands à commencer par le Borussia Dortmund (premier avec plus de 80.000 spectateurs de moyenne), mais aussi le Bayern Munich (71.000 en cinquième position), Schalke 04 (plus de 61.000 en sixième position), Hambourg (52.000 en huitième position), et le Borussia Monchengladbach, en dixième position avec près de 51.000 spectateurs en moyenne. Pour compléter la liste on notera que le Real Madrid (76.000) et le FC Barcelone (74.000) sont respectivement second et quatrième dans ce classement des affluences, avec intercalé Manchester United (75.000) à la quatrième place, et Arsenal à la septième avec près de 60.000 spectateurs en moyenne. Désolé pour cette énumération un peu fastidieuse, mais elle suffit à démontrer que la propriété d’un stade de plus de 60.000 places est un élément très important…pour un très gros club, que n’est pas et ne sera jamais l’Olympique Lyonnais, n’en déplaise à Monsieur le Très grand président Aulas. Pour mémoire, Lyon et son agglomération comptent un peu plus de deux millions d’habitants, contre une douzaine de millions à Paris et un peu plus à Londres, ou encore plus de 6 millions à Madrid, 5 millions à Barcelone. Et si l’agglomération lyonnaise rivalise en nombre d’habitants avec l’agglomération de Munich ou de Manchester, Lyon est loin d’avoir la tradition sportive des populations de ces villes, comme des autres grandes cités allemandes ou anglaises. On observera d’ailleurs, ce qui montre le manque d’engouement de notre pays pour le sport en général et le football en particulier, que la France est le seul des grands pays à n’avoir qu’une grande équipe de football dans sa capitale.

Et cela m’amène à évoquer la possibilité pour le PSG d’acheter le Parc des Princes à la ville de Paris. Certes si l’on en croit la maire de Paris, Anne Hidalgo, ce n’est pas d’actualité, ce qui ne veut pas dire que cela ne le sera jamais. En fait, on peut imaginer que cela reviendra sur le tapis plus rapidement qu’on ne l’imagine, malgré le bail emphytéotique très favorable consenti au PSG pour 30 ans (jusqu’en 2043). En effet, il semble que les dirigeants qataris veuillent absolument avoir les mains libres pour transformer l’arène mythique de la Porte d’Auteuil, et porter sa capacité à 60000 places voire plus si possible. On ne peut d’ailleurs que comprendre la volonté des dirigeants du PSG, dans la mesure où le stade leur appartenant en qualité de propriétaire, ils auraient la possibilité de faire ce qu’ils veulent de leur enceinte sans en référer à quiconque, simplement en respectant les lois sur l’urbanisme…ce qui n’est déjà pas si simple. Les supporters parisiens, en outre, seraient encore plus heureux qu’ils ne le sont parce que cela signifierait, une fois pour toutes, qu’avec l’achat du Parc des Princes et l’installation du centre d’entraînement dans la région parisienne, les dirigeants qataris seraient là pour très longtemps, et que le club acquerrait une valeur inestimable, digne des plus grands clubs européens.

Cela étant, outre les cris des franchouillards peu amènes pour les étrangers, fussent-ils riches, il y en aura au moins un qui manifestera d’une façon ou d’une autre sa mauvaise humeur dans cette hypothèse très vraisemblable : le très grand Président Aulas. Il couinera en rabâchant une fois de plus que l’argent achète tout, qu’un club doit grandir dans la sueur etc. Et pourtant son ego surdimensionné devrait comprendre qu’avoir en Ligue 1 un club comme le PSG, connu dans le monde entier, avec ses stars planétaires, ne peut être que bénéfique à notre championnat de Ligue 1. Ne vaut-il pas mieux être le second du grand PSG, que le premier d’une ligue professionnelle où tous les clubs sont éliminés dès les premiers tours de toute compétition européenne? J’observe à ce propos que plusieurs clubs espagnols brillent dans le sillage du Real et du Barça (Atlético Madrid, FC Séville) pour ne citer que ce pays. A part flatter son ego, que pourrait bien apporter comme gloire supplémentaire à Monsieur le Président Aulas, de remporter régulièrement un titre de Ligue 1 ou une Coupe de France sans concurrence, comme c’était le cas dans les années 2000, en fait jusqu’à l’achat du PSG par les Qataris. D’ailleurs il est difficilement compréhensible pour quelqu’un comme le très grand Président Aulas de préférer être le premier en France, donc de rester un club plus ou moins anonyme sur le plan mondial, plutôt que le second d’un club comme souhaite l’être le PSG, un club qui fait connaître au monde entier la Ligue 1, avec ses Thiago Silva, David Luiz, Javier Pastore, Marco Verratti, Thiago Motta, Angel Di Maria, Edinson Cavani, Zlatan Ibrahimovic ou Blaise Matuidi pour ne citer qu’eux.

Voilà ce que j’avais envie d’écrire ce matin, même si j’aurais pu évoquer la brillante victoire de l’équipe d’Australie hier soir dans la Coupe du Monde de rugby, victoire qui a entraîné l’élimination, ô combien humiliante, de la compétition de l’Angleterre, pays organisateur et champion du monde en 2003. Et pourtant, que ce fut beau de voir les joueurs anglais saluer respectueusement à la fin du match leurs adversaires australiens, lesquels ont fait de même à leur tour tout de suite après. Juste quelque chose qui ne peut que réjouir les vrais amateurs de sport, et non les supporters sectaires ! Quelque chose également qui nous change des récriminations continues du très Grand président Aulas, lequel ne cesse d’invectiver à tout propos ses concurrents, ce qui ne peu qu’alimenter les tensions, pour ne pas dire les haines entre supporters. Merci aux Anglais pour cette leçon de sportivité, et, en m’adressant aux Lyonnais qui lisent mon site, tant pis si j’ai été un peu dur avec J.M. Aulas, pardon votre très grand Président, animé d’un délire de grandeur qui le rend le plus souvent ridicule, ce qui ne veut pas dire que l’on doit manquer de respect pour ce qu’il a accompli pour son club. Il devrait quand même méditer sur cette phrase de Simon de Bignicourt :  » Décrier les talents d’autrui, pour cacher ceux dont il manque, c’est une habitude chez l’envieux ». Mieux même, à son âge Monsieur le président Aulas devrait savoir que, comme l’a écrit Madame de Staël : « Le mal que l’envieux sait causer ne lui compose pas même un bonheur ».

Michel Escatafal


Le PSG tutoie le Gotha européen, n’en déplaise à J.M. Aulas

aulasCette fois la saison de football est bien lancée, en France et ailleurs. Ailleurs parce que même si plusieurs grands championnats n’ont pas repris, il y a les diverses coupes européennes ou nationales pour les occuper. Ainsi on a assisté hier soir à une des plus grosses surprises de ces dernières années, avec la lourde chute du FC Barcelone en finale de la Super coupe d’Espagne contre l’Athletic Bilbao (4-0 et 1-1). Preuve que le football n’est pas une science exacte, preuve aussi que le Barça ne peut pas forcément se passer impunément d’un de ses trois attaquants (Messi, Neymar et Suarez). Cette fois c’était Neymar qui était absent, mais c’est la même chose si c’est Messi et même Suarez. Ce qui est amusant c’est de voir la réaction des forumers français, trouvant presque normal que le Barça soit battu sans un de ses atouts majeurs, alors qu’ils ne soulignent jamais l’absence conjointe de Verratti, Motta, David Luiz et Ibrahimovic lors des confrontations entre le PSG et le FC Barcelone en ¼ de finale de la Ligue des Champions au printemps. Cela étant, chacun sait que dans notre pays on préfère soutenir le « gentil » Barça au « vilain » PSG, dont le principal défaut est d’être très riche…grâce aux capitaux du Qatar. Ah, la France et les Français ! Quel pays sommes-nous devenus ? Au fait, personne n’est choqué parmi ces pseudo supporters du Barça, profondément anti-PSG, de voir écrit sur le maillot de Messi et ses copains « Qatar Airways »!

Passons, et voyons à présent ce qui se passe chez nous dans notre bonne vieille Ligue 1. Déjà, on observe que le « méchant » PSG, est en tête du championnat après deux journées. Normal disent les nombreux détracteurs du club parisien, puisqu’ils ont un budget de 3 à 50 fois supérieur à celui de ses adversaires. Il a en effet nombre de joueurs de classe mondiale comme Ibrahimovic, Cavani, Pastore, Lucas, Matuidi, Verrati, Motta, Thiago Silva, David Luiz, Marquinhos, Maxwell et Aurier, et j’en oublie peut-être. Evidemment cela fait riche un tel effectif, surtout quand en plus on le renforce avec un des tous meilleurs joueurs de la dernière Coupe du Monde et de la Copa America, l’Argentin Di Maria. Là c’est le trop plein pour nos braves franchouillards, qui n’acceptent pas que les stars du ballon rond appartenant au PSG touchent entre 5 et 15 millions d’euros par an. On a même des remarques du style : « C’est une honte de donner autant d’argent à des types qui tapent dans un ballon » ! Comme si les joueurs du Real, du Barça, de Chelsea, des deux Manchester ou du Bayern ne touchaient pas des sommes de cet ordre ! Oui, certes, mais nous sommes en France, et 75% de gens préfèrent une victoire du Barça contre le PSG…ce qui est hallucinant.

Ce qui l’est encore plus, c’est que ces gens sont tellement haineux, à force sans doute d’être malheureux de leur sort individuel, qu’ils se répandent en grand nombre au moindre article sur le PSG, allant même jusqu’à regretter qu’on parle autant du club parisien. On pourrait leur rétorquer que s’ils n’aiment pas les articles sur le PSG, le mieux serait qu’ils ne les lisent pas. Mais cela semble au-dessus de leur compréhension. Ce qui est aussi incompréhensible, et je doute que cela existe ailleurs à ce point, c’est de reprocher à un joueur d’être né…à Marseille. Si j’écris cela c’est parce que dimanche soir, Stambouli, natif de la cité phocéenne, a été sifflé par des soi-disant supporters du PSG à son entrée sur le terrain. Ahurissant de bêtise et de stupidité ! C’est aussi ça la France ! Certes les siffleurs étaient sans doute une minorité, du moins il faut l’espérer, mais c’est quand même un signe que notre pays va très mal, beaucoup plus qu’on ne l’imagine. Les gens du Qatar doivent quand même être interloqués devant  « une (telle) inertie mentale qui se manifeste à la fois dans les actes et les propos », pour parler comme Théophraste.

Heureusement pour ces gens, pour ces Français à l’étroitesse d’esprit bien ancrée, ils ont leur héraut en la personne de l’ineffable J.M. Aulas, l’homme qui voulait récupérer les points perdus contre le RC Lens (par le biais d’un dépôt de bilan du club artésien) pour que son club, l’Olympique Lyonnais, ait quelques chances supplémentaires d’être champion de France 2014-2015. Imaginons Nasser Al-Khelaïfi, le président du PSG, faire la même démarche? Quel tollé de la part des franchouillards, chacun y allant à son tour à propos des « valeurs », mot que l’on brandit allègrement…sans en connaître le sens (même Thauvin !!! a employé ce mot à propos du PSG)  ! Problème, le président du PSG a la classe des grands dirigeants, et jamais on ne le verra se livrer à ce genre de bassesse. Lui ne s’occupe que de son club. Mieux même, il ne cherche pas à recruter les meilleurs joueurs de ses concurrents nationaux, ce qu’il pourrait facilement faire vu les moyens dont il dispose, pour les affaiblir. Non, il respecte tout le monde, se contentant de vouloir à tout prix remporter la Ligue des Champions le plus rapidement possible, rêve absolu des investisseurs qataris, parce que ça installerait définitivement leur club dans le Gotha européen. La marque PSG, qui a déjà tellement évolué depuis 2011, serait à ce moment au niveau de celle des clubs historiques, type Real, Barça ou Manchester United, la différence de palmarès étant quasiment gommée par la notoriété de Paris, troisième destination le plus visitée au monde.

Cela d’ailleurs J.M. Aulas ne semble pas le comprendre, aveuglé par son envie d’être plus important qu’il n’est… ce qui est tellement français. Des Français qui évidemment apprécient son esprit gaulois, qui le porte à affirmer qu’il refuse de s’incliner devant le pouvoir de l’argent, symbolisé par le PSG. Et encore a-t-il de la chance J.M. Aulas que l’Olympique de Marseille, seul club français à avoir remporté la C1, soit devenu un club en proie à de grosses difficultés économiques, malgré la fortune personnelle de son actionnaire, laquelle aimerait bien vendre son club…si elle trouvait un acheteur. Mais qui voudrait acheter l’Olympique de Marseille ou l’Olympique Lyonnais ? Marseille ou Lyon ne sont pas des villes connues dans le monde entier (Bordeaux l’est davantage), et la France n’est pas une terre d’accueil facile pour des investisseurs étrangers, surtout pour le football, en raison d’une fiscalité hautement dissuasive. Résultat, si la notoriété de Paris permet de dépasser ce handicap, qui s’ajoute à une passion moindre pour le football en particulier et le sport en général, ce ne peut pas être le cas pour Lyon ou Marseille. Du coup, à part le PSG qui est sur une autre sphère, tous les autres clubs français sont condamnés à vivoter et à être des clubs moyens sur le plan européen, formant des joueurs pour les vendre plus tard. Et ce n’est pas avec son « grand stade » que l’Olympique Lyonnais pourra combler l’immense fossé qui le sépare des plus grands clubs de la planète.

Ce stade d’abord il faudra le payer, et le club d’Arsenal sait que ce n’est pas une mince affaire, même pour un club londonien. Il n’y a guère que les supporters lyonnais, idolâtrant leur « très grand président », pour croire que ce fameux stade va générer des revenus tels que l’Olympique Lyonnais va très vite se retrouver dans une situation financière florissante. A ce propos, on peut aussi noter que les Qataris ont très bien négocié leur arrivée à Paris, en obtenant très rapidement la gestion exclusive du Parc des Princes pour les 30 prochaines années à partir de 2014, contre un loyer fixe de 1 million d’euros annuel plus des bonus, ce qui leur permettra de pouvoir achever les travaux de rénovation commencés depuis l’an passé, avec pour objectif de disposer d’une enceinte de 60.000 places, voire même plus, après 2016. De quoi faire enrager encore davantage J.M. Aulas, qui en est réduit à payer en plusieurs fois des transferts de l’ordre de…5 millions d’euros, et à transférer son « futur Samuel Eto’o » à Tottenham (N’jie). Au fait, combien de temps gardera-t-il Fekir, «  »son nouveau Messi », ou encore Lacazette, l’homme qui vaut plus de 100 millions d’euros, puisqu’il est « bien meilleur » que Gareth Bale ? Certes, il est quelque peu revenu sur ces déclarations, mais quand il les a faites, cet hiver ou au printemps, il n’avait pas l’excuse de la canicule de juillet.

Un dernier mot enfin, pour dire que je n’ai rien contre Monsieur Aulas, qui a fait du très bon travail à Lyon pour son Olympique Lyonnais, mais il gagnerait à faire preuve de plus de mesure, voire de modestie, ce qui lui permettrait de se réjouir de voir le PSG atteindre un niveau de notoriété tel que toute la Ligue 1 en profite. Qui aurait imaginé il y a cinq ou dix ans qu’on connaîtrait notre championnat en Thaïlande ou en Indonésie, voire même en Amérique du Nord? J.M. Aulas aime incontestablement la lumière, mais la lumière qu’il veut se créer semble l’aveugler au point parfois de perdre toute notion de bienséance. En outre, qu’il arrête ses tweets de gamin attardé, car ce n’est pas digne de quelqu’un comme lui. C’est bien de vouloir faire moderne, mais J.M. Aulas a 66 ans, un âge où généralement on est devenu sage. Cela étant, comme l’a écrit Pierre-Claude Nivelle de la Chaussée, « d’âge en âge, on ne fait que changer de folie ».

Michel Escatafal


Le PSG, ce nouveau riche dérangeant…

uefaAujourd’hui je ne vais pas trop me fatiguer pour écrire un article (le trois cent unième), car je vais reprendre presque  intégralement une réponse que j’ai faite à propos d’un billet de Bruno Roger-Petit (Sport 24) sur le Fair Play Financier. Au passage je précise que c’est le seul forum sur lequel je glisse quatre ou cinq fois par an une réponse, tellement les interventions sur lesdits forums sont affligeantes de bêtises et font ressortir le manque de culture de la plupart des intervenants. C’est la raison pour laquelle j’en profite pour dire que sur mon site les commentaires sont sélectionnés, ce qui évite d’y lire poncifs et stupidités.

Fermons cette longue parenthèse introductive et parlons de nouveau de ce ridicule Fair Play Financier, tant vanté par Michel Platini, qui montre à quel point l’UEFA est influencée par les suggestions des clubs historiques, avec une mention spéciale pour le Bayern Munich, qui a beaucoup de mal à accepter l’irruption du PSG parmi les « grands d’Europe ». Et pourtant le PSG est un club sans problème, sans dette, bref un club que les Allemands devraient apprécier…s’il ne devenait pas un rival encombrant. Il est vrai que dans notre singulier pays, certains soi-disant amateurs de foot préfèrent les clubs étrangers, et ils sont plus nombreux qu’on croit. Il y en a même qui, sur les forums, disent « nous » (ridicule!!!) en parlant de Manchester United, du Real, du Barça, d’Arsenal ou de la Juventus, ce qu’ils ne font jamais ou presque pour les clubs de Ligue 1.

Amusant comme les Français n’aiment pas le PSG! J’ose espérer que ce n’est pas parce que les ressources de ce club proviennent de l’étranger. D’ailleurs ce ne serait pas logique, car l’actionnaire majoritaire de Manchester Utd est américain. J’ose espérer aussi que ce n’est pas parce que le PSG est un club opérant en Ligue 1, ce championnat tellement décrié…par les Français. Il paraît que le niveau y est très bas, et le spectacle très souvent nul. Pour le spectacle je veux bien, même si quelques clubs (Lorient par exemple) jouent un joli football, mais la Ligue 1 est loin d’être un championnat aussi facile qu’on le dit, et j’en ai pour preuve les difficultés qu’ont connues des joueurs comme Moutinho ou Falcao, ce dernier marquant beaucoup moins à Monaco qu’auparavant à l’Atlético Madrid.  Autre preuve, le jugement de Carlo Ancelotti, qui est mieux placé que quiconque pour apprécier la difficulté de notre championnat, lui qui, avec son armada de vedettes, avait dû subir la loi de Montpellier pour sa première demi-saison au PSG.

Certes les clubs français ont eu le tort de négliger la Coupe UEFA, seule la LdC les intéressant…parce que beaucoup plus lucrative. Mais il faut aussi comprendre les dirigeants de nos clubs, très étroitement surveillés par la DNCG, ce qui n’est pas le cas partout. Il y a aussi les différences de charges fiscales etc. Tout cela pour dire qu’en France, contrairement à d’autres pays, la plupart de nos clubs de Ligue 1 jouent chaque année pour leur survie avec le risque de descente en Ligue 2, ce qui explique les tactiques défensives de nombre d’équipes. Et oui, un club qui perd de l’agent et qui est trop endetté en Ligue 1 subit les foudres de la DNCG!

Le PSG (comme Manchester City) n’a évidemment pas ce type de problème, parce que son actionnaire est richissime…ce qui dérange les clubs « historiques ». On a toléré un temps l’irruption de Chelsea, mais on ne veut pas que le phénomène se répande trop, car la très lucrative Ligue des Champions paraît être une chasse gardée. Et il ne faut pas que le gâteau soit partagé en trop de parts, d’autant que cela pourrait donner des idées à d’autres investisseurs argentés. Pourtant le football y gagnerait, sachant que dix ou douze prétendants à la victoire en LdC ce serait mieux que trois ou quatre.

On me fera remarquer que l’AS Monaco en 2004 a été finaliste de la LdC contre le FC Porto. Certes, mais c’était en 2004. On me fera aussi remarquer que l’Atlético Madrid a été finaliste cette année, mais on oublie que l’Atlético ne pourrait pas opérer en Ligue 1 en raison de ses dettes. En revanche l’Atlético Madrid n’a pas l’air pour le moment dans la ligne de mire de l’UEFA, pas plus que les clubs russes qui offrent des salaires extraordinaires aux joueurs, en ce qui concerne le fameux FPF. Manchester United n’y est même pas du tout, ce qui lui a permis de dépenser  200 ou 250 millions pour se renforcer (bravo le FPF!), malgré ses dettes, alors que le PSG, qui n’a pas de dette, n’a pas le droit de dépenser…son argent. Pire encore, si un équipementier octroie 100M d’euros à un club comme Manchester United c’est normal. Si le PSG reçoit de l’argent d’un très gros sponsor, on le divise par deux. Encore bravo!

Un dernier mot enfin : comment le PSG (ou Manchester City) pourrait-il s’inscrire parmi les très grands clubs si son palmarès reste vierge de victoires en LdC? Or, chacun sait que pour gagner la LdC il faut à la fois de l’expérience et un effectif qualitatif et quantitatif surdimensionné. Pour avoir cela le PSG aurait dû recruter un ou deux fuoriclasse de plus, et ne pas être limité par le nombre de joueurs inscrits. A cause du FPF il n’a pas pu se renforcer comme il l’aurait voulu. Et le plus cocasse est qu’il lui a été nécessaire d’avoir recours à un artifice pour recruter Aurier. Oui, le club le plus riche de la planète, du moins celui qui est susceptible de disposer des plus importantes ressources grâce à son actionnaire, est obligé de quémander un prêt au Toulouse FC pour Aurier. On croit rêver…et pourtant nombre de Français trouvent cela normal, ce qui n’est pas le cas, ou beaucoup moins, à l’étranger. Au fait les Français méritent-ils un club comme le PSG?

Michel Escatafal


La France ne mérite pas ses champions…

Hier soir, trois clubs européens fêtaient le titre conquis dans leur championnat national de football. Ces trois clubs s’appellent le F.C. Barcelone, Manchester United et le Paris Saint-Germain. Et que s’est-il passé ? A Barcelone, malgré la crise qui touche très sévèrement nos amis catalans et espagnols, ils étaient 500.000 dans les rues pour faire la fête après avoir remporté leur vingt-deuxième Liga…et il n’y a pas eu d’incidents. A Manchester, il y avait apparemment moins de monde, mais une foule s’était rassemblée pour saluer comme il se doit le vingtième titre de champion des Red Devils et rendre hommage à Alex Ferguson, son emblématique entraîneur, qui, à 71 ans, a fait valoir ses droits à la retraite. A Paris enfin, ils étaient 10 à 15.000 supporters pour théoriquement fêter le troisième titre de champion de France du club de la capitale. Je dis théoriquement, parce que des incidents graves ont contraint les dirigeants du club francilien et un de ses sponsors à annuler une partie des festivités, et notamment la promenade en bateau sur la Seine, prévue pour que le plus grand nombre de Parisiens puisse applaudir le trophée remis aux dirigeants et joueurs sur la place du Trocadéro.

Voilà un petit résumé des titres de la presse sportive française et européenne, et reconnaissons que tout cela n’est pas très flatteur pour notre pays. Un pays qui, quoi qu’on en dise, n’est pas sportif. Ce n’est quand même pas pour rien si la France n’a gagné que deux coupes d’Europe depuis 1956, qu’elle n’a aucun pilote susceptible d’être champion du monde de Formule 1, que son dernier succès dans un grand tournoi (grand chelem) de tennis masculin remonte à 1983 et l’avant-dernier à 1946, qu’aucun de ses coureurs n’a gagné le Tour de France depuis 1985 ou le Giro depuis 1989, qu’aucun Français n’a gagné un tournoi majeur de golf, que la France soit la seule grande nation de rugby à n’avoir jamais gagné la Coupe du Monde, qu’il ait fallu attendre 2012 pour voir un de nos athlètes remporter un titre olympique qui nous échappait depuis 1996, etc., etc. C’est un constat accablant que l’on peut dresser à travers ce petit rappel de l’état du sport français, et malheureusement je crains que ce constat nous le ferons encore longtemps. Pourquoi ? Sans doute une question de tempérament du Français, dont le principal défaut est d’être à la fois un indéfectible râleur, donnant des leçons à tout le monde, mais aussi quelqu’un qui refuse de s’engager pour améliorer les choses, parce que son tempérament le pousse à pantoufler.

A ce propos j’en profite pour redire une énième fois que je suis Français de par mon père et ma mère, lesquels l’étaient de par leur père et mère, eux-mêmes l’étant de par leurs parents. Si j’apporte cette précision, c’est pour bien montrer que je connais mon pays, et celui-ci hélas n’est pas ce qu’on le voudrait qu’il soit ou qu’on aurait voulu qu’il fût. Et cela n’est pas valable seulement pour le sport, l’histoire est là pour nous le rappeler. Comme je l’ai souvent écrit ici même, le Français est jaloux par nature du succès des autres, mais ne fait aucun effort pour contribuer au sien. Il faut que cela lui tombe du ciel, et encore tout dépend de la provenance de ce don. Et pour ceux qui trouvent que j’exagère, il suffit de lire la réaction des gens sur les forums des sites web des journaux pour s’en convaincre. Que ne lit-on pas à propos du Paris Saint-Germain…parce qu’il appartient à des investisseurs qataris. Et oui, c’est triste, mais c’est ainsi : pour nombre de soi-disant amateurs de football, le PSG aurait perdu son âme avec l’arrivée des Qataris à sa tête.

Mais quelle âme avait le PSG auparavant ? En avait-il une, quand les supporters cassaient tout dans certains virages du Parc des Princes, les mêmes nous dit-on étant à l’origine des incidents d’hier soir ? Et pour ceux qui reprochent au PSG de se comporter avec arrogance parce que désormais c’est un club riche, trouvaient-ils normal qu’une ville comme Paris soit totalement inexistante sur le plan du football en particulier et du sport en général ? C’est une question d’autant plus intéressante que l’an prochain, nous pourrions très bien avoir le PSG football en demi-finale de la Ligue des Champions, le PSG handball en finale de la même épreuve dans ce sport, et pourquoi pas bientôt un club participant au Final Four de basket, sans oublier les sections féminines de ce club qui veut être, à l’instar du Barça, un des plus grands clubs omnisport du monde. Ce serait même plus fort que les clubs de football anglais, lesquels ne brillent que dans le foot. Et bien non, nombre de Français affirmant aimer le sport ne veulent pas de tout ça, sous le fallacieux prétexte que l’argent pourrit tout. Quelle belle leçon d’éthique, sauf, comme je l’ai écrit plusieurs fois sur ce site, que lesdits Français jouent de plus en plus aux divers jeux d’argent qui leur sont proposés, qu’il s’agisse du loto ou des jeux de grattage ou paris en ligne. Ils aiment donc l’argent autant que les autres, même s’ils font semblant d’en être détachés, et surtout ils détestent ceux qui en ont plus qu’eux. Voilà ce que m’inspirent aujourd’hui les évènements d’hier au Trocadéro pour les festivités du titre de champion de France décroché par le PSG.

Au fait qu’ont pu dire les joueurs français à leurs coéquipiers étrangers ayant opéré en Italie, en Espagne, aux Pays-Bas ou en Angleterre devant un tel déferlement de violence de la part de gens se disant supporters du club ? Qu’ont-ils pu aussi donner comme explications devant le manque d’enthousiasme des foules françaises, pour un club qui promet de gagner la Ligue des Champions d’ici cinq ans ? Je comprends pourquoi les stars du ballon rond ont besoin d’un Ancelotti, entraîneur au palmarès presque incomparable, pour venir jouer à Paris, malgré le salaire mirobolant qui les attend. En disant cela je pense à ceux qui se réjouissaient l’an passé de voir Montpellier être sacré champion de France devant le PSG…parce qu’entre autres griefs, ils en voulaient au remarquable coach italien d’avoir pris la place de Komabouaré. Comme si Ibrahimovic ou Thiago Silva allaient signer au PSG sans l’aura d’Ancelotti sur le banc de touche ! D’ailleurs, s’il finit par quitter le PSG, il sera remplacé à coup sûr par un entraîneur de renom qui, lui aussi, pourra attirer une ou plusieurs stars mondiales. Pauvres Français ! Heureusement qu’il y a des gens chez nous pour contredire la médiocrité de tous ces sots, qui font de leur morale une masse informe n’ayant rien à voir avec leurs actions de chaque jour. Ah, si seulement nous pouvions être plus nombreux à dénoncer ces outrances, ces persiflages et cette méchanceté !

Michel Escatafal


Et si les Qataris en avaient assez du foot français…

T. Silva et M. CastroDans le football l’actualité va toujours très vite. De plus, outre les résultats, il y a des évènements particuliers comme par exemple les disparitions ou arrêts de la compétition. En disant cela je pense à deux hommes au destin très différent, mais qui rappellent des souvenirs à ceux qui en ont déjà beaucoup…en raison de leur âge. Ces deux hommes dont je veux dire deux mots sont Pierre Pleimelding et Alex Ferguson. Le premier est pleuré par sa famille et quelques proches, parce qu’il est décédé il y a quelques jours. Il a eu droit à quelques lignes dans la presse spécialisée, plus quelques autres dans la presse locale, en Alsace, où il a fini sa vie. Tout juste a-t-on noté que cet attaquant, qui a un palmarès vierge mais qui fut une fois international (Espagne en novembre 1978), grand voyageur devant l’Eternel y compris dans sa carrière d’entraîneur, était le fils d’un autre Pleimelding, René de son prénom. Cet  excellent défenseur, qui compta lui aussi une sélection en Equipe de France (en 1953 contre la Yougoslavie), fit partie de la meilleure équipe qu’ait jamais eu le Toulouse F.C., vainqueur de la Coupe de France 1957 et grand rival à l’époque du Stade de Reims, avec des joueurs de classe comme le gardien Roussel, Boucher, Bocchi, Cahuzac, Brahimi, Derreudre, Di Loreto, Rytkonen et Bouchouk.

En revanche le départ de Manchester United d’Alex Ferguson a évidemment un tout autre impact dans le monde du football. Mieux même, le désormais (presque) ex-manager du club mancunien s’offre, de son vivant, une sortie digne de celles que l’on délivre à ceux qui viennent de mourir. C’est à qui couvrira le plus de fleurs l’entraîneur de M.U., à la fois joueurs anciens ou en activité, et dirigeants. Cet homme était considéré presque comme un saint, en même temps qu’un sorcier, à en croire tous ceux qui l’encensent, pour avoir accumulé autant de succès en 27 ans passés à la tête de son équipe (depuis novembre 1986)…non sans avoir failli être viré en 1990 pour insuffisance de résultats, ce dont personne ne parle jamais.

Cela dit, son palmarès à Manchester United est extraordinaire avec, entre autres, 2 Ligues des Champions (1999 et 2008),une Coupe des Coupes (1991), une Coupe Intercontinentale (1999) et un titre de champion du monde des clubs (2008), plus 13 titres de champion d’Angleterre entre 1993 et 2013, sans oublier 5 FA Cup entre 1990 et 2004. Peu d’entraîneurs peuvent en effet se targuer d’une telle collection de succès, à laquelle il faut ajouter 3 titres de champion d’Ecosse avec le FC Aberdeen (entre 1980 et 1985) et une Coupe des Coupes avec ce même club en 1983. Preuve quand même que l’homme a du talent pour coacher, contrairement à ce que l’on peut entendre parfois, certains soulignant qu’il était à la tête d’un club qui a vu passer dans ses rangs des cracks comme Brian Robson, Garry Neville, Paul Scholes, David Beckham,  Ryan Giggs, C. Ronaldo ou Wayne Rooney, sans oublier les Français Cantona, Barthez ou Blanc.  Autant de joueurs dont il n’avait pas l’équivalent en Ecosse, à Aberdeen.

Personnellement, ne connaissant pas l’homme, je ne sais si c’est un saint, mais on ne peut qu’être admiratif devant l’œuvre accomplie pendant toute la durée de ses mandats. Bonne retraite à lui, et bonne chance à son successeur, lequel va avoir à assumer un lourd héritage. Cependant  le nouveau coach de M.U. (sans doute l’entraîneur d’Everton, David Moyes) aura à sa disposition beaucoup d’argent pour confectionner son équipe et la renforcer,  après une élimination prématurée en Ligue des Champions cette année. A ce propos les supputations ne vont tarder, et les journaux britanniques, à commencer par le Daily Mail,  ont déjà commencé à spéculer sur les possibles transferts, assurant même que C. Ronaldo serait de nouveau mancunien l’an prochain, et Rooney placé sur la liste des transferts. Au fait, lequel  atterrira   au PSG l’an prochain ? Dans les deux cas de figure, le club parisien ferait un gros coup, si toutefois les dirigeants de QSI ont toujours foi en leur club, après tout ce qu’on lui fait subir dans notre misérable Ligue 1.

Et oui, la question se pose, et je me demande si les Qataris ne vont pas finir par en avoir très vite marre d’être la cible de beaucoup de monde à Paris et en France. Décidément, avoir un chéquier bien garni pose problème dans notre pays, y compris dans le monde du football qui, pourtant, véhicule beaucoup d’argent. Et ce n’est pas à l’AS Monaco qu’on fera croire le contraire, puisque les dirigeants de ce club, qui a participé très largement aux plus belles heures de notre football, sont en proie à une vindicte de la plupart des autres clubs de Ligue 1, qui veulent les délocaliser chez nous pour concurrence fiscale déloyale…ce qui ne les a jamais gêné ou si peu auparavant. Et après on s’étonnera d’être dépassé par le Portugal à l’indice UEFA ! Et après on s’étonnera que de nouveaux investisseurs à gros moyens préfèrent investir dans d’autres championnats que le nôtre ! Et après on s’étonnera que notre championnat n’intéresse personne en Europe ! Décidément le peuple français, auquel j’appartiens, a réellement un problème avec l’argent, ne supportant pas que des gens en  aient et d’autres non.

Pourquoi suis-je aussi amer ? Parce que j’ai peur qu’à faire constamment de l’anti-PSG, les Qataris finissent par se dire que s’ils veulent investir dans le football, il serait mieux pour eux qu’ils aillent le faire en Angleterre ou en Italie, pays fous de foot, plutôt qu’en France où leur simple nationalité devient un problème. Il suffit pour cela de lire les déclarations de certains forumers, certes limités intellectuellement, mais qui disent tout haut ce que beaucoup d’autres pensent tout bas. Et comme en plus les Qataris ont les moyens de leur ambition, alors là cela devient catastrophique, et ce, même si grâce à leur argent le PSG peut  remporter une Ligue des Champions. C’est typiquement français comme réaction, mais c’est ainsi. Et je me demande si ce climat général  délétère vis-à-vis du club parisien ne déteint pas sur le corps arbitral. Oh certes, loin de moi l’idée que lesdits arbitres sont malhonnêtes, mais ils ont tellement peur qu’on les accuse de favoritisme vis-à-vis du Paris Saint-Germain, qu’ils en rajoutent à la moindre faute des Parisiens.

La preuve, cela fait deux matches coup sur coup du PSG où l’arbitrage est indigne d’un championnat comme veut l’être la Ligue1. Résultat, en deux matches, les Parisiens ont pris un nombre invraisemblable de cartons, dont trois rouges, alors que deux d’entre eux sont totalement injustifiés, plus particulièrement le dernier lors du match contre Valenciennes, attribué à Thiago Silva, joueur exemplaire s’il en est, parce qu’il a eu le malheur de se trouver…sur le chemin de l’arbitre. On a beau regarder et regarder la vidéo amenant ce carton rouge, on ne trouve rien, oui je dis bien rien, de répréhensible de la part du défenseur brésilien, alors qu’au contraire on voit un arbitre vert de rage, qui voit immédiatement rouge contre ce même joueur… qui n’en pouvait mais. Mais le plus affligeant de tout cela, c’est que la Commission de discipline n’a pas désavoué l’arbitre, mais a donné deux matches à Thiago Silva, comme s’il avait fait un tacle assassin. Tout cela est grandguignolesque et ridicule. A croire que l’on fait tout pour maintenir un semblant de suspens pour la fin du championnat en ce qui concerne le titre de champion de France. L’espère quand même que ce n’est pas le cas !

Tout cela est un bien mauvais message envoyé aux joueurs étrangers de renom qui souhaiteraient évoluer dans notre championnat, un championnat où l’on ne supporte pas qu’un club soit riche, ce qui fait qu’on ne lui pardonne rien, y compris à ses dirigeants. Je n’ose imaginer la sanction qui va être appliqué à Leonardo, le directeur sportif du PSG, qui a certes été assez stupide pour bousculer un peu l’arbitre du match, mais qui n’a quand même pas eu le comportement de quelqu’un de violent, quoiqu’en disent certains qui soutiennent l’arbitre. D’ailleurs, il suffit de regarder la vidéo de Canal+ sur cet incident pour voir que l’arbitre n’a nullement eu peur. Pour ma part je n’ai vu que ces images de Canal +, où l’on voit effectivement Leonardo donner un coup d’épaule à l’arbitre…qui continue sans problème son chemin sans vraiment prêter attention à Leonardo. S’il s’était senti agressé, vu l’état de ses nerfs durant la partie, nul doute  qu’il aurait réagi aussitôt.

Voilà, j’arrête avec ça, parce que j’ai honte de mon pays, et je ne suis pas le seul. J’espère simplement que les Qataris seront assez patients pour attendre que les choses se normalisent vis-à-vis de leur club, et que les Français se rendront compte que le renom de notre football passe par l’arrivée d’investisseurs étrangers, comme par exemple en Angleterre. En tout cas, comme certains le suggèrent, on pourrait faire des paris pour savoir combien l’arbitre va distribuer de cartons pour un match du PSG. Et je suis persuadé qu’on aurait des surprises, d’autant que pour ce qui concerne le match PSG-Valenciennes, la rencontre a été parfaitement correcte et sans incident entre les joueurs, ce qui n’a pas empêché l’arbitre de distribuer presqu’autant de cartons qu’il y a eu de fautes parisiennes. Avec ce constat, tout est dit !

Michel Escatafal