Comparaison n’est pas toujours raison dans le sport !

mayweatherIl y a quatre ans, j’écrivais sur ce site « Marciano : le plus grand des poids lourds? Peut-être, sans doute… », et j’avoue que je n’imaginais pas que l’histoire se répèterait aussi vite avec un autre boxeur. Et pourtant c’est le cas, puisque un autre Américain, Floyd Mayweather, va (théoriquement) se retirer des rings, invaincu en 49 combats. En fait c’est la seule comparaison que nous puissions faire, parce que d’une part Rocky Marciano a réalisé cet immense exploit dans la catégorie reine de la boxe, les poids lourds, et surtout parce que Marciano a boxé à l’époque de l’âge d’or de la boxe, dans la première moitié des années 50 du siècle précédent. Si j’insiste là-dessus, c’est parce que de nos jours la boxe a énormément perdu de son intérêt aux yeux du grand public, y compris américain, ne serait-ce qu’avec toutes ces catégories recensées depuis quatre ou cinq décennies, et ses multiples fédérations. Peut-être que les frères Klitschko mériteraient de faire partie, avec leur palmarès, des plus grands champions que le « noble art » ait pu connaître, mais, à part les passionnés, qui a suivi ou suit leurs résultats ? Poser la question, c’est y répondre. Néanmoins pour ceux qui comme moi ont toujours apprécié ce sport, Wladimir et Vitali Klitschko ou Mayweather, ou encore Pacquiao, sont quand même de très grands champions, parce que toujours vainqueurs ou presque. En outre, ce n’est pas leur faute si la concurrence est très faible dans leurs catégories.

Autre comparaison, cette fois encore plus incongrue, celle concernant les titres du double en grand chelem. Pourquoi ? Parce que depuis le début des années 80, quasiment personne ne s’intéresse au double, au point que les frères Bryan sont considérés par certains comme la meilleure paire de double de l’histoire du tennis…ce qui est risible, malgré leurs 16 victoires en tournois du grand chelem. Oui, comment oser comparer les frères Bryan dans l’histoire du tennis, avec par exemple la paire australienne Hoad-Rosewall dans les années 50, Emerson-Stolle dans les années 60, Newcombe-Roche à la fin des années 60 et dans les années 70, ou même la paire américaine Fleming-Mac Enroe dans les années 80 ? Oh certes, ils n’ont pas gagné 16 victoires dans les tournois du grand chelem, mais s’ils ne les ont pas remportées c’est d’une part parce qu’ils allaient très loin en simple dans ces tournois (sauf Fleming), mais aussi parce que la concurrence était bien supérieure à l’époque de Rosewall et Hoad (voir mon article sur ce site « Hoad et Rosewall : la plus merveilleuse paire d’as du tennis »), notamment avec des équipes de double comme Sedgman-Mac Gregor ou Sedgman-Fraser. D’ailleurs, aux J.O. de 2008, la paire composée de Federer et Wawrinka a remis à leur vraie place en demi-finale les frères Bryan (7-6 et 6-4), les deux joueurs suisses ne jouant pourtant ensemble en double que les rencontres de Coupe Davis (quand ils y participent) en plus des Jeux Olympiques.

Si j’écris cela c’est parce qu’on a tendance à s’extasier sur la victoire d’une équipe française ( Mahut-Herbert) à l’US Open, qui s’est terminé hier avec la victoire de Djokovic sur Federer en simple messieurs, mais aussi avec une finale cent pour cent italienne en simple dames (Flavia Penetta- Roberta Vinci)…qui a privé Serena Williams d’un grand chelem tellement mérité après ses victoires à Melbourne, à Roland-Garros et à Wimbledon. Et oui, plusieurs grands champions, femmes ou hommes, ont trébuché sur le dernier obstacle pour l’octroi du grand chelem (en année pleine), notamment Lewis Hoad en 1956. J’aurais l’occasion d’évoquer cet échec de Serena Williams lors d’un prochain article, comme j’évoquerai aussi l’extraordinaire niveau de Federer à plus de 34 ans. Fermons la parenthèse, pour nous réjouir quand même de voir honorer le tennis français à travers la victoire en double de Mahut-Herbert à Flushing Meadow, petite consolation au fait que le tennis français ne produit plus de potentiels vainqueurs en tournoi du grand chelem, le dernier étant Yannick Noah en 1983 à Roland-Garros. Cela fait quand même 32 ans, et cette victoire succédait à celle remportée par Yvon Pétra…en 1946.

Certes on me dira que nos joueuses ont fait mieux que les hommes, avec les deux victoires dans les tournois majeurs remportées par Mary Pierce (Melbourne 1995, Roland-Garros 2000) et Amélie Mauresmo (Melbourne, Wimbledon 2006 et numéro une mondiale). Je n’oublie pas non plus la victoire surprise de Marion Bartoli à Wimbledon (2013), mais je ne mets pas cette championne sur le même plan que Mary Pierce et Amélie Mauresmo, parce que sa victoire fait partie des très grandes surprises de l’histoire du tennis en particulier et du sport en général, un peu comme celle Flavia Penetta à l’US Open cette année ou celles de Carlo Clerici lors du Giro 1954 et de Roger Walkowiak en 1956 dans le Tour de France, sans parler de Jose Cobo victorieux de la Vuelta 2011. A propos de Marion Bartoli et Flavia Penetta, on observera que l’une et l’autre ayant touché le Graal à leur grande surprise, n’ont pas eu le courage de poursuivre leur carrière, et se sont arrêtées sur ce succès.

Autre grande victoire marquante ce week-end, la victoire en Australie et le titre de champion du monde en rallyes WRC de Sébastien Ogier. C’est le troisième consécutif pour le pilote gapençais, suivant les traces de Sébastien Loeb, même s’il lui en reste encore six avant de rattraper son illustre aîné. Cela dit, certains ne manquent pas de faire la fine bouche sur ces titres, par manque de concurrence. Je ne suis qu’à moitié d’accord, car c’est tout le problème du sport automobile d’élite, y compris la Formule 1. Comme en Formule 1, où pour gagner il faut avoir une Mercedes ou à la rigueur une Ferrari, il y avait cette saison en WRC les Wolkswagen et à la rigueur les Citroën. Cela signifie qu’en début de saison, dans les deux disciplines, on savait que le champion du monde s’appellerait Hamilton ou Rosberg en Formule 1, et Ogier ou Latvala en WRC…ce qui n’est quand même pas souhaitable, surtout si cela dure depuis plusieurs années.

Michel Escatafal


Marciano : le plus grand des poids lourds? Peut-être, sans doute…

Si l’on demande au premier venu quel est le meilleur boxeur de tous les temps, il y a de fortes chances qu’il réponde Mohammed Ali. D’autres, plus âgés, diront Ray Sugar Robinson, et quelques uns évoqueront Hagler, Léonard, ou encore Joe Louis. De toutes façons il serait idiot de vouloir les comparer, car d’une part ils n’opèrent pas tous dans la même catégorie, et ensuite la boxe a bien changé au fil des ans, pour n’être plus de nos jours qu’un sport certes magnifique, mais où personne ne se retrouve dans les multiples catégories que l’on a créées, plus le grand nombre de fédérations, ce qui fait que nous avons aujourd’hui presque cent détenteurs de ceintures mondiales, en comptant les titres détenus par intérim. Du grand n’importe quoi, par rapport à ce qui se passait avant les années 50 ou 60.

Pour ce qui me concerne je me demande si ce lauréat fictif n’est pas tout simplement Rocco Marchegiano, appelé Rocky Marciano et surnommé « le Roc de Brockton ». Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il s’est retiré invaincu des rings après avoir disputé et gagné 49 combats professionnels (dont 43 par K.O.), et avoir combattu victorieusement à sept reprises pour le titre mondial des poids lourds. Il est le seul boxeur dans ce cas. Même le grand, l’immense Joe Louis fut battu une fois par l’Allemand Max Schemeling (en 1936), avant sa première retraite. Il se vengea d’ailleurs de la meilleure des manières, en prenant sa revanche sur l’icône du ring allemande des années 30, en le pulvérisant en deux minutes de combat.

Cela dit, revenons à Rocky Marciano pour souligner en premier qu’il n’a pas rencontré que des has been, ou des boxeurs de second ordre, au cours de son extraordinaire carrière professionnelle. Parmi ces très grands champions il y eut notamment Joe Louis, certes en fin de deuxième carrière, en 1951, puis plus tard pour le titre mondial Joe Walcott qu’il battit à deux reprises par K.O. (en 1952 et 1953), après avoir toutefois été mis au tapis lors du premier des deux matches à la toute première reprise, le même sort étant réservé à  Roland La Starza en 1953 (K.O. technique à la onzième reprise), mais aussi à Don Cockell en 1955 (K.O. technique à la neuvième reprise), et au grand Archie Moore, le meilleur poids mi-lourd de l’histoire, qui voulait conquérir à plus de 40 ans le titre suprême (celui des lourds). Ce dernier fut vaincu par K.O. au neuvième round en septembre 1955. En fait un seul de ses challengers tint debout jusqu’à la quinzième reprise, Ezzard Charles, surnommé « le Cobra de Cincinetti », champion du monde entre 1949 et 1951 et notamment vainqueur de Joe Louis. En fait Ezzard Charles fut largement battu aux points, mais il évita le K.O. au premier combat car c’était un adversaire extrêmement mobile pour un poids lourd. Cela dit, lors du deuxième match, toujours en 1954, Ezzard Charles s’inclina lourdement par K.O. au huitième round.

Bref, Rocky Marciano avait fait le vide complet dans la catégorie des poids lourds, et avait rencontré tout ce qui faisait référence sur le plan mondial en septembre 1955. Que pouvait-il faire de plus, et qu’avait-il à prouver ? Rien, même si certains lui ont reproché de n’avoir pas voulu affronter le prometteur Floyd Patterson, champion olympique des poids moyens en 1952 à 17 ans, et redoutable puncheur. Reproche un peu vain, car il est vraisemblable que Patterson aurait été trop tendre pour un styliste de la classe de Marciano, lequel disposait aussi d’un punch redoutable. N’oublions pas que Patterson pesait moins de 85 kg, ce qui était extrêmement léger pour un poids lourd. Cela dit Patterson avait battu par K.O. le vieil Archie Moore (cinquième reprise), mais Archie Moore n’était pas non plus un vrai poids lourd. Marciano prit donc sa retraite définitive en 1956, même s’il eut l’envie en 1959 de revenir sur le ring pour affronter le Suédois Ingemar Johansson qui avait dépossédé Patterson de son titre.

Hélas ou heureusement pour lui, c’est selon, il ne poussa pas très loin ce projet après quelques semaines d’entraînement, durant lesquelles il réalisa la difficulté qu’il aurait à revenir à son meilleur niveau. En outre il avait 36 ans, et derrière lui une carrière professionnelle de plus de dix ans, et pour couronner le tout Johansson devait une revanche à Patterson, ce qui compliquait encore un peu plus ce retour. Du coup cet homme, toujours prêt à affronter n’importe qui jusque-là, se retira pour devenir restaurateur, profession dans laquelle il ne put conserver sa fortune amassée avec ses sept championnats du monde qui lui ont rapporté environ 1.500.000 dollars. Ensuite il fut présentateur de télévision, mais aussi arbitre de lutte et de boxe, au total beaucoup d’activités peu lucratives, qui ne purent l’empêcher de voir fondre l’argent empilé pendant sa carrière. Il mourut le 31 août 1969, dans un accident d’avion privé, près de Des Moines dans l’Iowa.

Un dernier mot enfin, en 1970 il fut un des deux protagonistes d’un combat fictif qui l’opposa virtuellement à Mohammed Ali, qui se prétendait « le plus grand ». Le résultat de l’ordinateur ne confirma pas ce que disait Ali, puisque celui-ci fut mis K.O. au treizième round. Evidemment ce résultat n’a aucune influence sur l’opinion que l’on peut avoir sur ces deux boxeurs, qui figurent l’un et l’autre parmi le gotha des poids lourds avec Joe Louis, mais aussi Joe Frazier qui battit à sa grande époque Ali, ou encore Georges Foreman et plus près de nous Mike Tyson qui fut le plus jeune champion du monde poids lourds et qui fut longtemps invaincu. Ce fut sans doute le dernier des très grands de la catégorie, car sans vouloir leur faire de peine, ni Lennox Lewis, et encore moins les frères Klitschko ou Hayes, ne peuvent être comparés aux champions dont je viens de parler.

Michel Escatafal