Qui sera le prochain crack du cyclisme sur route?

saganComme je l’avais écrit précédemment, le cyclisme sur route est en train de changer de génération, plus particulièrement dans les épreuves d’un jour. La meilleure illustration en est la victoire de Peter Sagan, hier à Richmond, le coureur slovaque, nouveau champion du monde sur route, ayant enfin obtenu le grand succès de prestige que sa classe laissait espérer, même s’il avait déjà remporté Gand-Wevelgem en 2013, et ramené à Paris le maillot vert dans le Tour de France en 2012, 2013, 2014 et cette année. J’ai aussi écrit « enfin », parce que ce jeune homme au look d’enfer a multiplié les places dites d’honneur dans les grandes classiques que sont Milan-San Remo, le Tour des Flandres, Paris-Roubaix ou l’Amstel Gold Race, ce qui en dit long sur ses capacités à s’imposer un peu partout, sauf sur les grands tours, où la haute montagne est pour lui un obstacle infranchissable pour espérer gagner le classement général.

Si je devais faire une comparaison entre Sagan et les grands champions du passé, je dirais que c’est quelqu’un qui se rapproche du profil d’un Rik Van Looy, même s’il est intrinsèquement un peu moins rapide au sprint, mais aussi de Sean Kelly, bien que ce dernier fût un meilleur rouleur. En tout cas, avec son prédécesseur portant le maillot arc-en-ciel, le Polonais Kwiatkowski, il représente le présent et surtout l’avenir du cyclisme sur route dans les courses d’un jour, en notant que ces deux jeunes champions (25 ans) ont un palmarès équivalent en ce qui concerne les grandes victoires, Kwiatkowski ayant remporté cette année l’Amstel Gold Race, sans oublier le titre de champion du monde c.l.m. par équipes obtenu, en 2013, avec ses équipiers de la formation Omega Pharma-Quick Step. Enfin pour terminer sur ce chapitre des courses d’un jour, domaine en partie réservé ces dernières années à Cancellara et Boonen, j’ajouterai qu’il faudra que Kwiatkowski et Sagan se méfient l’un et l’autre d’un autre coureur de la même génération, John Degenkolb (26 ans), vainqueur cette année de Milan-San Remo et Paris-Roubaix, mais aussi de Paris-Tours en 2013 et Gand-Wevelgem en 2014. Toutefois le coureur allemand est moins complet que ses deux rivaux, même s’il est peut-être un peu meilleur sprinter que Sagan. J’en profite aussi pour regretter, encore une fois, de ne pas pouvoir inclure un coureur français dans cet inventaire des nouveaux très grands talents… que nous n’avons plus depuis la retraite de Laurent Jalabert, coureur ô combien complet, capable de remporter des grandes classiques comme Milan-San Remo, la Flèche Wallonne ou le Tour de Lombardie, mais aussi de gagner une Vuelta et de devenir champion du monde contre-la-montre.

Cela dit, une évolution est aussi en train de se dessiner dans les grandes épreuves à étapes , même si le présent continue à être représenté par des coureurs trentenaires, Contador et Froome, voire Nibali, mais ceux-ci ne représentent pas l’avenir comme Quintana ou Aru, ou encore Majka et Dumoulin. Voilà beaucoup de jeunes coureurs de grande classe prêts à prendre la relève, mais je pense que les supers stars de la route dans les grands tours se nommeront vers la fin de la décennie Quintana et Aru, lesquels à moins de 25 ans ont déjà remporté un grand tour, le Giro 2014 pour Quintana en plus de ses deuxièmes places dans le Tour de France (2013 et 2015), et la Vuelta pour Aru, en plus de sa seconde place dans le dernier Giro. Et oui, rien ne vaut pour les sponsors une victoire dans un grand tour pour rentabiliser réellement leurs investissements, à moins d’avoir aussi un champion comme Sagan (Tinkoff-Saxo), à la personnalité bien affirmée ! Néanmoins, les sponsors d’Aru (Astana) et Quintana (Movistar) peuvent se frotter les mains d’avoir un coureur aussi talentueux dans leur équipe, et d’avoir la possibilité d’offrir aux spectateurs et téléspectateurs en mai, juillet et août des duels grandioses entre deux champions très différents. A ce propos, même si le plus doué est Quintana, car c’est un magnifique grimpeur et il roule bien contre-la-montre, il manque au Colombien le look branché d’un Peter Sagan, mais aussi et surtout le goût du panache que semble avoir Aru, à l’image de son idole, Contador, auquel il ressemble beaucoup, notamment dans sa manière d’appréhender les courses auxquelles il participe.

Il l’a prouvé à plusieurs reprises lors du Giro, mais aussi à la Vuelta, qu’il n’aurait pas gagnée s’il n’avait pas attaqué dans l’avant-dernier col de l’ultime étape de montagne. Il y a du Contador chez Aru, même s’il ne sera sans doute jamais aussi fort que le Pistolero en haute montagne ou contre-la-montre. Il n’empêche, ses progrès depuis l’an passé sont évidents, et il a tout pour représenter l’avenir du cyclisme sur route dans les grandes épreuves de trois semaines, d’autant qu’il a encore le temps de progresser, et qu’il avoue lui-même être prêt à tous les sacrifices pour devenir le meilleur. A ce propos il est le contre-exemple d’Andy Scleck, la volonté et l’ambition du jeune italien étant beaucoup plus exacerbées que celle du champion luxembourgeois. Qui aurait pu imaginer que le plus jeune des frères Schleck, deuxième du Giro 2007 alors qu’il avait 22 ans, se retirerait de la compétition à moins de 30 ans avec en tout et pour tout une victoire à Liège-Bastogne-Liège ? Rien que ce sur ce point Aru lui est déjà supérieur. Alors qui sera le plus fort dans l’après Contador et Froome ? La raison indique Quintana, s’il arrive à comprendre que pour gagner une épreuve de trois semaines il ne faut pas attendre la dernière montée pour passer à l’attaque, mais le cœur dit Aru pour le spectacle, même s’il ne faut pas négliger Dumoulin qui pourrait bien être le nouvel Indurain du World Tour, avec ses qualités de rouleur et sa faculté à accompagner longtemps les meilleurs grimpeurs.

Et les Français me direz-vous ? Hélas, trois fois hélas, le nouvel Hinault n’est pas né, ni le nouvel Anquetil, ni le nouveau Bobet, ni le nouveau Fignon, ni même le nouveau Thévenet, et pas davantage le nouveau Jalabert. Evoquer les noms de ces cracks ne rajeunit pas, mais, plus grave encore, nous fait prendre conscience que les Pinot, Bardet, Barguil ne sont pas au niveau de Quintana, d’Aru ou même Dumoulin, pas plus que nos sprinters Bouhanni ou Démare ne sont au niveau de Degenkolb. Reste Alaphilippe (23 ans), second de la Flèche Wallonne et de Liège-Bastogne-Liège au printemps dernier, mais qui n’a pas participé hier au final du championnat du monde, en qui certains,  toujours prêts à s’enthousiasmer à la première performance notable, voient  un nouveau Valverde. Reste aussi peut-être Coquard (23 ans), qui a un peu le même profil qu’ un Darrigade à son époque (années 50 et 60) ou un Cavendish, pistards comme lui  à leurs débuts, qui, outre leur collection de victoires d’étapes dans les grands tours, ont été champion du monde sur route (une fois) et se sont adjugés une grande classique (Tour de Lombardie pour Darrigade et Milan-San Remo pour Cavendish). Compte tenu de notre frustration, nous serions déjà très heureux si un coureur français obtenait pareils résultats!

Michel Escatafal


Attention aux comparaisons dans le vélo !

AruDe la concurrence, dont je parlais dans un précédent article, il y en a beaucoup dans le cyclisme, et notamment dans les grands tours. Cette année les victoires ont été partagées entre Contador au Giro, Froome au Tour de France et Aru à la Vuelta qui vient de s’achever, avec un renversement de situation dans l’avant-dernière étape. Pour ma part je suis très heureux d’avoir vu Aru faire basculer la course sur une attaque lointaine, dans l’avant-dernier col, avec une stratégie parfaite de son équipe, Astana, laquelle avait déjà démontré sa force au Giro, donnant dans les derniers jours de la grande épreuve italienne du fil à retordre à Contador…qui lui en revanche n’avait qu’une équipe très moyenne à ses côtés. Contador l’avait certes emporté au final, devant Aru, mais il avait dû puiser dans ses réserves beaucoup plus que prévu au départ, et ce d’autant plus qu’il dut subir deux lourdes chutes handicapantes. Néanmoins, sur ce Giro, Aru avait déjà montré sa force, ce qui explique que je l’avais placé parmi mes favoris, même si j’avais plutôt misé sur Rodriguez, qui a fini à la deuxième place.

J’avoue que je suis très heureux du succès d’Aru, parce qu’il est un attaquant né. Si Quintana avait eu le tempérament d’attaquant d’Aru, il aurait peut-être gagné le Tour de France, car sur la fin du Tour Froome était vulnérable. Il a d’ailleurs reproduit la même erreur à la Vuelta attendant tranquillement les ultimes kilomètres du dernier col de l’avant-dernière étape pour essayer de renverser la situation, après avoir laissé Aru et ses équipiers faire tout le travail pour distancer le Néerlandais Dumoulin, grande confirmation de l’épreuve. Pour sa part Rodriguez n’a pas changé non plus ses habitudes, et a attendu les derniers hectomètres à plusieurs reprises pour grapiller du temps sur ses rivaux. Résultat, Rodriguez n’a toujours pas gagné de grand tour, et n’en gagnera sans doute jamais, parce qu’il a 36 ans. Quant à Quintana, s’il veut marquer l’histoire comme un Contador, et comme son talent devrait lui permettre, il lui faudra comprendre qu’on ne peut pas s’imposer dans un grand tour sans attaquer et sans prendre le moindre risque, chose que l’on ne pourra jamais reprocher à celui qui devrait être son grand rival dans les années à venir, Fabio Aru, qui présente à peu près les mêmes caractéristiques que lui.

Au passage on notera qu’après un Tour de France 2014 privé pour diverses raisons de Froome, Contador, Quintana et Aru, les Français n’ont guère brillé cette année dans les courses de trois semaines, retrouvant simplement leur vrai niveau. Quand aurons-nous de nouveau un vainqueur du Giro, du Tour ou de la Vuelta ? Rien qu’en posant la question on est découragé, surtout quand on sait que le dernier vainqueur français du Giro fut Laurent Fignon en 1989, que le dernier vainqueur français du Tour fut Bernard Hinault en 1985, et que le dernier vainqueur français de la Vuelta fut Laurent Jalabert en 1995. Heureux Britanniques (Froome), Espagnols (Contador), et plus encore Italiens (Nibali, Aru), qui possèdent des champions capables de s’imposer régulièrement sur ces grandes épreuves !

Pour terminer, je voudrais souligner que je reste perplexe quant à la possibilité de remporter deux grands tours en suivant dans la même année, même si je pense que ce n’est pas impossible…avec des circonstances favorables, comme je l’ai développé à plusieurs reprises à propos de Contador. Si je fais cette remarque, c’est parce que Quintana a plutôt bien fini cette Vuelta, après toutefois avoir été malade. Froome aurait pu faire mieux que ce qu’il a fait dans cette même Vuelta sans sa chute, même s’il semblait avoir perdu sa grande forme du Tour…après avoir participé à de nombreux critériums. Quant à Contador, il ne pouvait pas réaliser le doublé Giro-Tour sans avoir à sa disposition une grosse équipe, comme l’était l’équipe Astana au Giro et à la Vuelta. N’oublions pas, comme l’a affirmé Didier Rous, que « sportivement, au niveau du relief, c’est le Giro le plus dur ». Quant à la Vuelta,  elle a lieu à la fin de la saison, surtout qu’elle arrive un mois après l’arrivée finale du Tour de France, où généralement tous les meilleurs sont là. Disons que faire le doublé Giro-Tour ou Tour-Vuelta est extrêmement difficile à réaliser de nos jours, mais je reste persuadé que Contador aurait pu faire en  2012 le doublé Giro-Tour sans sa suspension et s’il en avait fait un objectif, et aurait aussi pu le faire en 2011 sans les problèmes extra-sportifs et les chutes qui l’ont handicapé en 2011, sans oublier l’extrême dureté du parcours du Giro cette année-là. Je pense aussi que Froome, s’il conserve son niveau actuel encore pendant trois ou quatre ans, peut aussi réussir un de ces doublés, à condition de le préparer minutieusement…et avec un peu de chance. Même si les époques sont différentes, même si les coureurs ne peuvent plus se soigner comme ils le désirent (je ne parle pas de dopage), je ne crois pas que nos champions actuels soient inférieurs à ceux du passé, en considérant que chaque époque a son ou ses phénomènes, comme Coppi et Bartali à la fin des années 40, Coppi, Koblet, Bobet dans les années 50, Anquetil dans les années 60, Merckx dans les années 70, Hinault, Fignon, Lemond dans les années 80, Indurain et Pantani dans les années 90, Armstrong dans les années 2000, puis Contador depuis 2007 et à présent Froome, en fait depuis 2012, année où il aurait dû gagner le Tour de France si son équipe ne l’avait pas obligé à l’offrir à Wiggins.

Michel Escatafal


Un Tour de France au goût d’inachevé pour de multiples raisons

froomeEt si nous parlions du Tour de France qui vient de s’achever ? Pour être honnête, je n’ai pas été emballé par ce Tour, comme c’est un peu le cas depuis quelques années. En fait, bientôt le Tour de France n’aura plus que son prestige à opposer aux deux autres grands tours, Giro et Vuelta, autrement plus attrayants ces derniers temps. Pourquoi ce constat ? Pour de multiples raisons, à commencer par la qualité des retransmissions du service public. Si j’évoque cela c’est parce que nombre de téléspectateurs n’ont pas la chance de pouvoir recevoir Eurosport ou ne comprennent pas l’italien. Au passage j’en profite pour rappeler que la RAI retransmet le Tour de France fidèlement chaque année, alors que le service public français ne s’intéresse absolument pas au Giro ou à la Vuelta. Voilà quelque chose de bien français, remarque valable aussi pour le tennis. A croire que notre pays est le phare de l’humanité ! Et pourtant, aucun Français n’a remporté le Tour de France depuis…1985 (Hinault), ni aucun grand tour depuis…1995 (Jalabert la Vuelta). Aucun Français n’a gagné non plus un tournoi de Grand Chelem en tennis (Noah) depuis…1983.

Ces remarques quelque peu acerbes sur mon pays, je pourrais en faire tellement d’autres, à commencer par cette forme de haine pour tout ce qui est étranger. Cela rejoint d’ailleurs ce que je disais auparavant. En effet, si Chris Froome, Nibali ou Contador font un exploit, ils sont « chargés comme des mûles », expression qui sent bon le terroir franchouillard. En revanche si Pinot ou Barguil réalisent une grande performance, c’est parce qu’ils sont plus forts que les autres. Et en cela ils sont bien aidés par le commentateur de France Télévision, lequel semble dans une sorte d’extase, quand un coureur français est en passe de remporter une victoire d’étape. Problème, ni Pinot, ni Barguil, ni aucun autre coureur français ne peut gagner à la régulière un grand tour face à des Contador, Froome, Nibali ou Quintana, dont on ne soulignera jamais qu’il n’a que 25 ans, comme Pinot. Et à 25 ans, le crack colombien a déjà remporté le Giro et a terminé deux fois deuxième du Tour de France, entre autres grandes performances. Cela étant, Pinot comme Barguil ou même Gallopin sont d’excellents coureurs, tout comme Julian Alaphilippe, deuxième de la Flèche Wallonne et de Liège-Bastogne-Liège cette année, alors qu’il n’a que 23 ans.

Quelques lignes auparavant j’évoquais le dopage, sorte de serpent de mer du cyclisme, en rappelant une nouvelle fois que le vélo est le sport le plus contrôlé qui soit, au point qu’un coureur comme William Bonnet, victime d’une grave blessure pendant le Tour de France, a été contrôlé à son domicile…alors qu’il ne courra pas au moins jusqu’au début de la prochaine saison. Cela en fera sourire certains, qui ironisent sur l’efficacité des contrôles, dans la mesure où nombre de coureurs ayant avoué s’être dopés n’ont jamais eu de contrôle positif. Néanmoins on peut penser que ces contrôles ont un minimum d’efficacité…pour des produits apparus au siècle précédent. La preuve, on arrive à détecter des quantités infinitésimales de produits détectables depuis plusieurs décennies (clembutérol 1992), sans être aucunement sûr que le champion ait voulu se doper, ces produits pouvant se trouver dans des compléments alimentaires ou de la nourriture. Mais cela ravit les contrôleurs et les pourfendeurs du vélo (surtout dans notre pays), lesquels, comme je l’écrivais précédemment, considèrent que tous les grands champions sont dopés.

Ils le sont d’autant plus que les quatre ou cinq meilleurs du peloton sont espagnols, italien, britannique ou colombien. On veut même faire généraliser les contrôles…sur les vélos. Et oui, Froome ne pouvait en aucun cas être « propre » dans la montée vers la Pierre Saint-Martin, tandis que Bardet et Pinot l’étaient obligatoirement quand ils ont gagné leur étape…parce qu’ils sont français. Pour ma part je ne risque pas de rentrer dans ces considérations, surtout en pensant que ces champions ne peuvent même pas se soigner parce que les médicaments efficaces contre nombre de maladies courantes contiennent des composants interdits. C’est pour cela que je dis bravo à Froome pour son Tour victorieux, et bravo à Pinot et Bardet qui sont de réels espoirs. Et qu’on arrête une fois pour toutes avec tous ces fantasmes sur le dopage ! Quand je pense qu’il y a des crétins qui sont prêts à cracher sur des coureurs ou à leur jeter de l’urine, sans parler de ceux qui les poursuivent avec une seringue, c’est tout simplement affligeant. Comme sont affligeants les commentaires de nombre de forumers, commentaires qui ne devraient jamais être publiés parce que le plus souvent diffamatoires, et venant de gens qui seraient incapables de monter la côte de l’église de leur village. Là aussi les Français se signalent tout particulièrement par rapport à nos voisins étrangers qui sont sur les routes du Giro et de la Vuelta, qui me paraissent à la fois beaucoup plus connaisseurs et plus sages.

Pendant longtemps on a reproché aux Italiens, y compris à l’organisateur, de surprotéger leurs coureurs pendant le Giro, au point qu’il a fallu attendre 1950 pour voir un étranger (Hugo Koblet) s’imposer dans la grande course italienne. Ensuite, outre le fait pour les commissaires du Giro de fermer les yeux sur les poussettes des tifosi au seul profit exclusif des coureurs de la péninsule, ce fut au tour de l’organisateur de tracer des parcours sur mesure pour les champions italiens, notamment à l’époque Moser-Saronni (années 80), au point de défigurer le Giro en rabotant au maximum la montagne. Aujourd’hui tout cela appartient au passé, et les spectateurs sur le bord des routes ou à l’arrivée des étapes ont infiniment plus de respect pour les coureurs que dans notre pays. Ce n’est pas pour rien si Contador apprécie tellement le Giro, qu’il a remporté à trois reprises en battant Rico en 2008, Scarponi et Nibali en 2011 et Aru cette année, pour l’ambiance générale qui régit la course. Simplement les tifosi sont mieux élevés que les Français, et surtout moins fielleux. C’est ce qui s’appelle le respect et le savoir-vivre, notions qui existent de moins en moins dans le pays de Rabelais, Racine, Corneille, Molière, Voltaire ou Victor Hugo.

Un dernier mot pour demander une nouvelle fois à l’organisateur de faire en sorte que le Tour de France reste dans la tradition des grandes courses à étapes, avec des étapes de plaine, des étapes contre-la-montre en milieu et en fin de parcours, et de vraies étapes de montagnes avec arrivée au sommet. Certes la France n’a pas de cols comme le Mortirolo ou le Zoncolan, ni même l’Angliru, mais il y a quand même de quoi faire pour avoir droit à du beau spectacle…que l’on n’a pas eu cette année, parce que le Tour était terminé à l’issue de la première étape des Pyrénées, à peine à la moitié de l’épreuve. Bonjour le suspense, d’autant que les seuls vrais attaquants du vélo du nouveau siècle n’étaient pas au top. Nibali s’est complètement loupé dans son approche du Tour de France, ne retrouvant la forme qu’en dernière semaine quand il avait 8 minutes de retard au classement général, et Contador avait un Giro beaucoup plus dur qu’on ne l’imaginait dans les jambes, ce qui a fait dire à tout le monde que le doublé Giro-Tour est devenu impossible à réaliser, ce qui est faux. Contador aurait pu réaliser le doublé en 2012 (vainqueur du Giro Hesjedal et vainqueur du Tour Wiggins), mais il lui était interdit de courir pour les raisons que l’on connaît. Maintenant le prochain épisode se situe le mois prochain et le suivant avec la Vuelta, que pourraient courir Froome, Quintana, Valverde et Nibali, Contador étant lui déjà en vacances…pour mieux préparer 2016, qui devrait être sa dernière saison.

Michel Escatafal


Contador peut réussir son chef d’oeuvre l’an prochain…

 

pistoleroQuel est le meilleur coureur cycliste actuel ? S’il est difficile de faire un choix pour les classiques d’un jour, où personne ne domine réellement comme Philippe Gilbert en 2011, en revanche dans les courses à étapes le meilleur reste incontestablement Alberto Contador, lequel a retrouvé en 2014 une suprématie perdue en 2013, après son horrible période entre 2011 et 2012, où il fut privé de Tour de France et où l’UCI lui a supprimé ses victoires acquises sur la route en 2011, suite à son contrôle anormal sur le Tour 2010 pour des doses ridicules de produit interdit (clembutérol) qui, en aucun cas, ne pouvaient l’avoir aidé à améliorer ses performances.

En tout cas, tout le monde se réjouit de la décision affirmée et assumée du Pistolero de tenter le doublé Giro-Tour, au moment où ses rivaux (Froome, Nibali, Quintana, Rodriguez, Valverde) misent tout ou presque sur une victoire dans le Tour de France, avec pour Froome une tentative de doublé Tour-Vuelta, inédit depuis le changement de date du Tour d’Espagne. Et en parlant de Froome, on souhaite tous que le coureur britannique soit au top au moment du Tour, comme Contador, pour avoir de nouveau droit au duel que nous n’avons eu l’an passé que dans le Dauphiné et la Vuelta.

N’oublions que ce sport comme beaucoup d’autres n’atteint sa dimension supérieure qu’à travers les duels qu’il engendre. Dans les années 40, nous avons connu la lutte pour le pouvoir entre Coppi et Bartali, deux des plus grands champions de tous les temps. Ensuite au début des années 50, ce fut Coppi contre Koblet. Dans les années 60, il y eut le duel Anquetil-Poulidor, faute d’avoir eu droit  à la rivalité entre Anquetil et Rivière qui aurait été autrement plus dure, si ce dernier n’avait vu sa carrière brisée à l’âge de 24 ans. Puis à la fin des années 60 et au début des années 70, ce fut l’époque où Merckx gagnait tout ou presque malgré des rivaux  de la classe de Gimondi ou Luis Ocana, ce dernier étant le seul capable dans ses grands jours de battre à la régulière « le Cannibale », comme Koblet fut le seul à pouvoir se hisser au niveau de Coppi vingt ans auparavant. Ensuite vint l’ère Hinault, mais comme à l’époque d’Anquetil et Merckx, ses challengers (Fignon, Moser, Saronni) ne pouvaient que l’inquiéter épisodiquement dans ses grandes années. Puis vint l’ère Indurain avec comme contradicteur  principal Rominger, sans que celui-ci puisse s’élever au niveau de son rival. Enfin arriva la domination d’Armstrong dans le Tour de France, lui aussi parfois menacé mais jamais battu par Ullrich ou Basso.

Est-ce que le duel Contador-Froome ressemblera au duel Coppi-Bartali, avec de grandes victoires pour l’un et l’autre, même si au final l’un (Coppi)  était au dessus de l’autre (Bartali), ou bien est-ce que ce sera comme le duel entre Anquetil et Poulidor ou Armstrong et Ullrich, avec la victoire dans la quasi-totalité des cas des premiers nommés ? Là est  toute l’interrogation des amateurs de vélo après la Vuelta 2014, où Contador avait réussi sa « résurrection » un peu mieux que Froome, après leurs chutes dans le Tour de France, même si le sentiment de tous les vrais amateurs de vélo, ceux qui voient les choses objectivement sans être déformés par le prisme du dopage ou le pur et imbécile chauvinisme, reste que le Pistolero est sans doute un tout petit cran au-dessus du Kényan blanc.

Si j’ose cette affirmation, c’est parce qu’il ne faut surtout pas avoir sa vision déformée par le spectacle du Contador 2013…qui n’était pas le vrai Contador, pour de multiples raisons, à commencer par le fait qu’il venait de vivre deux années terribles, malgré une victoire laborieuse dans la Vuelta 2012, comme je l’ai rappelé auparavant. Ce Contador 2013 n’avait en effet rien à voir avec celui du Tour 2009 ou du Giro 2011, qu’il avait outrageusement dominé. En fait ce Contador version 2013 n’était guère meilleur que celui de 2010, où il faillit être battu dans le Tour par Andy Schleck, loin de valoir Froome, très supérieur au Luxembourgeois contre-la-montre et aussi meilleur en montagne avec ses démarrages supersoniques…auxquels semble s’habituer Contador, comme on a pu le constater cette saison au Dauphiné et à la Vuelta, étant le seul à pouvoir y répondre et même à contrer un peu plus haut.

Et pour revenir au Tour 2010, si le crack espagnol l’a finalement emporté sur la route, c’est uniquement sur l’expérience, en leurrant à plusieurs reprises son rival Andy Schleck, aujourd’hui jeune retraité, comme Anquetil l’avait fait avec Poulidor en 1964, notamment au Puy-de-Dôme, sans oublier son équipe qui, précisément, lui avait permis de bluffer en menant grand train en montagne, comme si elle préparait une attaque de son leader. Ce fut tout particulièrement le cas dans la montée de Morzine-Avoriaz, alors que Contador était dans un mauvais jour. D’ailleurs Contador avait fini ce Tour très fatigué, signe que la condition physique n’était pas vraiment au niveau espéré…et que le clembutérol ne l’avait pas du tout aidé.

Mais pourquoi ce retour en arrière ? Tout simplement parce que je voudrais dire deux mots sur la possibilité ou l’impossibilité de réaliser de nos jours le doublé Giro-Tour, le dernier en date étant l’œuvre de Pantani au siècle précédent (1998). Il est vrai que depuis cette date, Contador n’a pas pu tenter ce pari, sauf en 2011 où il avait une épée de Damoclès au-dessus de la tête. En 2008, en effet, Contador fut privé de Tour de France parce que son équipe d’alors, Astana, était dans l’œil du cyclone pour des contrôles antidopage positifs de Vinokourov et Kashhechkin. A ce propos, compte tenu des derniers éléments sur le thème du dopage concernant cette même équipe, à présent dirigée par Vinokourov et dans laquelle figure Nibali, le vainqueur du Tour cette année, il est intéressant de noter que cinq cas positifs de dopage lourd dans la galaxie Astana, ne l’auront pas privée de sa licence World Tour. On comprend pourquoi l’ancien président de l’UCI, Pat Mac Quaid, a pu   dire qu’il y avait sans doute eu une forme d’injustice à l’égard de Contador en 2010-2011, injustice qui a fait le bonheur des contempteurs du cyclisme, et de nombre de forumers sur les sites de sport, aussi ignares que malveillants.

Fermons la parenthèse, pour revenir à cette année 2011 où Contador ne put réellement défendre ses chances dans le Tour avec l’intégralité de ses moyens, d’abord en raison de deux chutes pendant l’épreuve qui l’handicapèrent au niveau du genou, et ensuite parce que le Pistolero, tout grand qu’il est, quelle que soit sa force de caractère, sa confiance en lui, ne pouvait pas ne pas penser que, même vainqueur, sa victoire lui serait retirée. D’ailleurs tout le monde savait bien que Contador serait suspendu à ce moment-là, le désir de l’UCI et plus encore de l’AMA étant d’abord de faire un exemple. Et quel meilleur exemple, même pour des quantités de produit ridiculement faibles, indécelables dans la quasi-totalité des laboratoires du monde entier, quel meilleur exemple dis-je que condamner Contador, le meilleur cycliste de la planète, quitte à donner ses trophées à des coureurs précédemment confrontés au dopage…alors que Contador était autorisé à disputer ces épreuves.

Tout cela pour dire que je reste persuadé que le doublé Giro-Tour reste du domaine du possible encore aujourd’hui, malgré des contrôles de plus en plus fréquents et de plus en plus sophistiqués. Cela étant, s’il y a aujourd’hui un coureur capable de le réaliser c’est Contador, à condition de ne pas avoir de problème de santé ou de n’être pas confronté aux chutes inhérentes aux grandes épreuves à étapes les premiers jours. En 2014, s’il en avait eu le dessein et sans la malchance, Contador pouvait réaliser ce fameux doublé, car c’était le plus fort. Il aurait aussi pu le faire en 2011, sans les problèmes multiples auxquels il a été confronté, dont j’ai déjà parlé. Il suffit de voir comment il a terminé le Tour 2011, avec une attaque suicidaire lors de la dernière étape de montagne à 95 kilomètres de l’arrivée, n’étant rejoint qu’à quelques encablures de l’arrivée, plus sa troisième place contre-la-montre le lendemain, veille de l’arrivée, à 53s de Tony Martin sur la distance de 42.5 km, pour s’apercevoir qu’il aurait pu gagner ce Tour et faire le doublé, après un Tour d’Italie, dont certains ont dit que c’était le plus dur depuis des décennies.

Voilà pourquoi je pense que le Pistolero peut réussir ce doublé, et je ne suis pas le seul à le penser. Certes la concurrence est très sévère, et elle l’est d’autant plus que ses principaux rivaux vont faire l’impasse sur le Giro pour arriver à leur maximum sur le Tour de France, mais ce n’est pas une raison pour douter de la capacité de Contador à réussir ce banco, qui serait son chef d’œuvre en carrière, et qui lui permettrait de se rapprocher à une unité du record de Merckx au nombre de grands tours remportés (11). Le regretté Laurent Fignon ne s’y était pas trompé en ayant envisagé pour Contador ce doublé Giro-Tour pour 2011, à la condition de courir le Giro à 90%de ses possibilités, un doublé que ce même Laurent Fignon aurait dû réaliser en 1984, si les organisateurs du Giro de l’époque n’avaient  pas quelque peu aidé Moser. Mais ça c’est une autre histoire, et aujourd’hui, ce ne serait plus possible. Comme, semble-t-il de nos jours, on ne suspend plus les sportifs pour quelques poussières de clembutérol trouvées dans leurs urines, certains étant même acquittés sans la moindre difficulté. Mais ça aussi c’est une autre histoire…

Michel Escatafal


Contador : le champion cycliste du vingt-et-unième siècle

pistoleroDepuis dimanche soir les supporters de Contador en Espagne et ailleurs exultent, car leur champion vient de remporter son huitième grand tour, sa troisième Vuelta, ce qui le place dans l’histoire au niveau de Jacques Anquetil, juste derrière Merckx (11) et Hinault (10) et devant Coppi, Indurain et Armstrong (7). Par parenthèse je précise une nouvelle fois que je ne tiens pas compte des palmarès dits officiels, parce que cela confine au ridicule de voir sept Tours de France remportés par Armstrong sans vainqueur, alors que Riis, qui a avoué s’être dopé en 1996, figure au palmarès, qui plus est réhabilité par les organisateurs du Tour de France ! Et que dire de Roberto Heras, déclaré de nouveau vainqueur de la Vuelta 2005 en décembre 2012, alors qu’il avait été exclu du palmarès de l’épreuve…pendant six ans ! Qui sait si dans quelques années Armstrong ne sera pas de nouveau le vainqueur du Tour des éditions 1999 à 2006 ? Dans le cyclisme tout est possible, y compris les pires injustices ! A ce propos, comme je l’ai souligné dans un précédent article, je rappellerais simplement une phrase ( lue dans Vélo Magazine) de l’ancien président de l’UCI, Pat Mc Quaid,  à propos du jugement ayant « fusillé » Contador  pour l’exemple lors du contrôle anormal de ce dernier pendant la deuxième journée de repos du Tour de France 2010, pour une dose infinitésimale de clembutérol trouvée au laboratoire de Cologne…qui n’aurait pas été détectée dans la quasi totalité des laboratoires du monde : « J’ai demandé un jour  à notre avocat si, au cours de toutes ces années de procédures, il avait trouvé un jugement injuste. Il m’en a cité deux. L’un concernait Contador. Je ne suis pas loin de partager son point de vue ». Bien dit, Monsieur Mc Quaid !

Fermons cette parenthèse récurrente que l’on est constamment obligé de faire à propos du vélo, et qui, malheureusement, pollue les forums des journaux ou sites de sport et de cyclisme en particulier. Oui, revenons au vélo, au vrai vélo de compétition au plus haut niveau, celui que l’on rencontre sur les routes de la plupart des pays dans le monde, qui commence en Australie en janvier (Tour Down Under), pour se finir au Japon (Japan Cup) en novembre, et parlons à présent de cette Vuelta 2014 qui vient de s’achever. Un Tour d’Espagne qui aura mis un point d’orgue à une saison en tous points magnifique pour Alberto Contador, vainqueur cette année de Tirreno-Adriatico, du Tour du Pays Basque et donc de cette Vuelta, mais qui n’a jamais été au-delà de la deuxième place dans toutes les épreuves auxquelles il a participé, sauf au Tour de France qu’il a dû abandonner sur chute lors de la première étape de montagne (Planche des Belles Filles). Une chute survenant après celles de Froome quelques jours plus tôt, qui nous a privés du duel de rêve attendu par tous les vrais fans de vélo, entre les deux meilleurs coureurs à étapes actuels. Un duel auquel nous avons quand même eu droit en cette fin de Vuelta, et qui a consacré Alberto Contador, Christopher Froome reconnaissant la supériorité du Pistolero par cette phrase relevé dans Biciciclismo : « J’ai tout donné, mais Contador fut plus fort ». Bel hommage du champion britannique !

Certains diront que les deux as du cyclisme sur route n’étaient pas à leur meilleur niveau, ce qui relativise quelque peu la portée de ce duel, mais si c’était vrai au début de ce Tour d’Espagne, ce l’était moins au fur et à mesure que la compétition se rapprochait de son terme, au point que dans la dernière très dure étape de montagne, l’avant-dernier jour, on avait l’impression de voir évoluer Contador et Froome tout près de leur maximum physique, un niveau trop élevé pour qu’ils puissent être inquiétés par leurs rivaux. En disant cela, je ne veux surtout pas faire injure à Quintana, le futur numéro un du cyclisme sur route d’ici la fin de la décennie, ni à Nibali, le dernier vainqueur du Tour, largement dominé par les deux super cracks dans le Dauphiné. En fait, quand Froome attaque dans son style caractéristique en montagne, sur des pentes très raides, le seul qui puisse l’accompagner s’appelle Contador, qui lui-même dispose d’une « giclette » qui a toujours impressionné les autres coureurs et les suiveurs. On notera au passage que si Contador ne paraissait pas trop en difficulté à la Farrapona ou à Ancares, il allait quand même très loin dans la souffrance, comme il l’a souligné après l’ascension de la Farrapona, car les accélérations de Froome sont terribles. Il a simplement noté qu’il commençait à s’y habituer, même si pendant quelques dizaines de mètres, dans la montée d’Ancares, il a dû énormément s’employer pour ne pas lâcher prise sur un nouveau coup de boutoir du Britannique.

En fait dans le Tour de France 2013, les accusations injustes relatives au dopage à propos de Froome sont venues tout simplement du fait que Quintana, Rodriguez et surtout Contador ne pouvaient pas le suivre dans les grandes montées. Mais ce qu’on oublie le plus souvent, c’est que si l’an passé Contador avait eu dans le Tour de France la même condition physique qu’il a affichée cette année dans Tirreno-Adriatico, le Dauphiné ou la dernière semaine de la Vuelta, l’issue de son duel avec Froome aurait pu été très différente. Je me demande par exemple si, dans le Ventoux, où tant de haine à l’égard du Britannique a été déversée par les forumers sortant de leur canapé  pour se précipiter sur le clavier de l’ordinateur, Contador n’aurait pas infligé à Froome ce qu’il lui a infligé à deux reprises dans la Vuelta. Personne ne le saura, parce que, je le répète, le Contador de 2013 n’était pas préparé comme cette année ou comme dans le Giro 2011, où, la rage au cœur, dans un Tour d’Italie  parmi les plus difficiles de l’histoire, il avait laissé Scarponi et Nibali à plus de 6 minutes. Cela dit, l’an prochain, on espère tous qu’Alberto Contador et Christopher Froome se présenteront au départ du Tour de France au summum de leurs possibilités dès le départ,  et que le Tour de France aura un parcours suffisamment sélectif pour que la course serve à déterminer une fois pour toutes quel est en ce moment le meilleur. Toutefois, même si la vérité d’un jour n’est pas forcément celle du lendemain, mon petit doigt me dit que Contador, ne faisant plus le complexe Froome, pourrait très bien s’imposer de nouveau.

Ce qui est sûr en revanche, c’est que le Pistolero est bien le champion cycliste du vingt-et-unième siècle, ce qui me fait évoquer une nouvelle fois son extraordinaire palmarès. Outre ses 8 victoires dans les grands tours, il comptabilise en tout 22 victoires dans les courses à étapes, ce qui est tout simplement exceptionnel. Ce l’est d’autant plus qu’il n’a pu participer à aucune course durant toute la première partie de la saison 2012, en raison de sa suspension. En fait, il ne lui manque que deux ou trois victoires dans une grande classique pour pouvoir être comparé à Coppi, Merckx et Hinault. En attendant, alors qu’il lui reste encore deux ou trois ans au plus haut niveau, il peut encore enrichir son palmarès et se rapprocher, voire dépasser les 11 victoires de Merckx dans les grands tours. Pour le moment, son absence de succès dans les classiques d’un jour, à part Milan-Turin qui n’est pas considéré comme une « grande » malgré son ancienneté, ne lui permet pas d’entrer dans le Top 5 des plus beaux palmarès, toutes courses sur route confondues. Néanmoins, même s’il est pour l’heure au neuvième rang, il est tout proche d’Armstrong, Indurain et Bartali, qu’il aura sans doute déjà dépassé dès le prochain printemps, ce qui l’amènerait à la sixième place, juste derrière Kelly, lequel grâce à ses nombreuses victoires dans les courses d’un jour, et dans les courses à étapes d’une semaine, se trouve encore assez largement devant Contador.  Cela étant, parvenir à dépasser Kelly avant de finir sa carrière paraît largement réalisable pour le Pistolero qui, du coup, n’aurait plus devant lui que Merckx, Hinault, Anquetil et Coppi. Pas mal, non ?

Un dernier mot enfin, pour essayer de voir quel est son plus beau succès à ce jour ? Pour ma part je serais tenté de dire qu’il n’a jamais été aussi fort que dans le Tour de France 2009 et le Giro 2011. Deux épreuves où il dut se battre contre les éléments et ses adversaires. Dans le Tour 2009, il avait dans son équipe un certain Lance Armstrong qui lui mena la vie dure tout au long de l’épreuve, et qu’il domina largement malgré la sollicitude dont son équipe, Astana, fit preuve à l’égard de celui qu’on appelait encore à l’époque le Boss. Un peu moins de deux ans plus tard, il se présenta au Giro 2011 en proie aux tourments que lui avait occasionnés cette affaire de clembutérol, à propos de laquelle personne n’a pu prouver que Contador s’était dopé, comme indiqué sur le jugement du Tribunal Arbitral du Sport. En outre chacun avait reconnu, experts, coureurs, suiveurs, que cela n’avait absolument pas pu l’aider à remporter son troisième Tour de France. Et c’est dans ce contexte, sachant que l’UCI et l’AMA l’avaient traduit devant le Tribunal Arbitral du Sport, qu’il allait faire la preuve qu’il était bien un des plus grands champions de l’histoire, en pulvérisant la concurrence.

Dans ce Giro d’anthologie il accumula les exploits (montée de l’Etna, c.l.m. en côte, Grossglockner)rappelant que les plus grands champions font la démonstration de leurs capacités supérieures dans l’adversité. Par exemple Merckx en 1969, année où, après avoir été injustement déclassé « pour dopage » dans le Giro,  le Cannibale se vengea dans le Tour de France en le remportant avec près de 18 minutes d’avance sur le vainqueur de l’édition 1967, Pingeon, réalisant au passage un prodigieux exploit entre Luchon et Mourenx (victoire d’étape avec 7mn 56s d’avance sur Pingeon et Poulidor après 140 km d’échappée !). Et oui, avec Contador on est obligé de prendre des références extraordinaires pour faire des comparaisons. Et, je le répète, il n’a que 31 ans et 9 mois, ce qui veut dire qu’il n’a pas fini de nous étonner, ce qui ne peut que réjouir ses fans, mais aussi tous les « vrais amoureux » du vélo.

Michel Escatafal


Contador–Froome comme Hinault-Fignon en 1984 ?

Froome contadorS’il y a bien un sport, au même titre d’ailleurs que la Formule1, qui se nourrit  de grandes rivalités, c’est bien le cyclisme. Et cette année il semble que le vélo retrouve tous les ingrédients d’une lutte extraordinaire entre deux champions que tout semble opposer, à l’exception de capacités exceptionnelles sur la route. Cette rivalité aurait pu et dû exister depuis 2012, mais l’UCI a infligé à Contador en 2010 une peine à la fois terrible et injuste, comme seul le vélo sait en administrer à ses coureurs. Pas la peine de rappeler que Contador est tombé pour quelques traces infimes de clembutérol…qui n’auraient pas été détectées si le contrôle avait été fait à Chatenay-Malabry. Et oui, cela personne ne le dit, mais cette affaire qui  a causé de gros dégâts à l’image du cyclisme, a touché aussi encore plus profondément le Pistolero, au point que l’on rappelle sans cesse au crack espagnol cet épisode. Même l’épouse de Froome y est allée de son couplet sur cette affaire, parlant à propos de Contador « d’un ancien dopé », ce qui d’ailleurs n’est pas la meilleure chose qu’elle ait pu écrire, tellement son mari est suspecté par un nombre considérable de gens connaissant ou pas le vélo sur route. Il faut dire que même un directeur sportif comme Martinelli (Astana) trouve que les attaques du coureur britannique sont « monstrueuses » voire « surnaturelles ».

On lui laisse la paternité du choix de ses mots, mais une chose est sûre, et je le répète : Froome est un coureur à part, et cela pour plusieurs raisons. La première vient du fait qu’il n’a rien fait dans sa carrière jusqu’en septembre 2011 (à l’âge de 26 ans et demi), où il aurait dû remporter la Vuelta s’il ne s’était pas mis au service de Wiggins. Tous les grands champions du vélo ont éclaté avant 25 ans, ce qui me fait dire au passage que Quintana a tout pour devenir un très grand champion. Ensuite Froome a un gabarit très particulier, notamment une maigreur extrême, qui ne l’empêche nullement d’être aussi puissant que Cancellara ou Martin les deux références du contre-la-montre de ces dernières années. Son style enfin, qui ne correspond à aucun des canons habituels du vélo, avec notamment cette fréquence de pédalage hallucinante qu’il est capable de développer sur de très longues distances en montagne. Et c’est cela qui semble le plus impressionner les connaisseurs du cyclisme, au point qu’on se demande comment Contador a pu résister aux attaques de Froome dans la montée du col de Béal, alors que Contador est peut-être enfin redevenu Contador. Un Contador qui, en 2009 ou 2010 ou même en 2011 au Giro, aurait laissé Froome à plus de cinq minutes dans la montée de l’Alpe d’Huez ou dans celle de l’Etna.

Cette évocation de faits très récents me fait une transition toute trouvée pour ce dont je voulais parler aujourd’hui, à savoir le grand duel entre Froome et Contador, sans doute le premier que l’on ait connu à ce niveau depuis 1984, entre Fignon et Hinault. Comme en 1984, il y a un coureur installé depuis longtemps au firmament du vélo. Pour mémoire Hinault avait à ce moment 30 ans, et avait dû supporter les affres d’une saison 1983 tronquée, suite à une opération au genou après une Vuelta où il avait tellement usé de ses forces que sa saison s’arrêta là. En ce sens Contador a été l’an passé dans la même situation, à cause de sa suspension entre fin 2011 et 2012. En revanche, en cette année 1984, Laurent Fignon avait 24 ans, et avait derrière lui au moment du Tour de France, une victoire dans le Tour 1983 et une deuxième place au Giro d’Italia…qu’il aurait dû remporter. On notera à ce propos que Laurent Fignon fait bien partie des plus grands cracks du cyclisme sur route et que, contrairement à Froome et d’une certaine manière à Armstrong pour les courses à étapes, il s’est révélé très tôt. Fermons la parenthèse, et revenons au duel entre les deux hommes en 1984, en sachant que tout le monde pensait, comme nous le pensons aujourd’hui avec Froome et Contador, que la victoire reviendrait au plus jeune des deux.

En ce qui concerne le match entre Froome et Contador, j’ai la crainte, hélas, car je préfère de très loin  Contador, que Froome ne soit imbattable. Certes Contador peut le suivre dans les cols, même si ce n’est pas si évident, mais de là à le battre il y a un pas que je ne franchirais pas. Et ce n’est pas la montée de Béal lundi dernier dans le Dauphiné qui nous dira le contraire, parce que si Contador a pu suivre Froome, il lui était impossible de contrer le coureur britannique. Dans ce cas, à supposer que les deux hommes fassent jeu égal dans la montagne lors du prochain Tour de France, ce sont les pavés de Roubaix et le contre-la-montre de Bergerac qui feront la différence. Quel est le meilleur sur les pavés ? Difficile à dire, les deux hommes n’ayant quasiment aucune référence sur ce type de route, mais les coureurs de classe savent s’adapter. Espérons que ce ne soit pas la malchance qui les départage, car ce serait dommage. Reste le contre-la-montre de Bergerac, et là, clairement, c’est Froome le meilleur, même si Contador demeure un très bon rouleur. Dans ce cas, impossible d’imaginer une victoire de Contador sauf si Froome n’est pas très bien en troisième semaine, alors que Contador est généralement bon à ce moment du Tour. A ce propos, je suis stupéfait qu’on ait pu imaginer que Contador ait pu se doper avec du clembutérol pendant le Tour 2010, alors que justement il n’a jamais été aussi décevant en dernière semaine de la Grande Boucle. Je ne sais pas ce qu’il a pris ou mangé lors de la journée de repos à Pau, mais cela n’a eu aucun effet sur ses performances, au contraire dirais-je.

Revenons à présent sur son duel avec Froome dans le prochain Tour de France pour souligner qu’en plus de la difficulté à vaincre le Britannique, y compris en montagne, Froome peut compter sur une équipe Sky surpuissante, meilleure que toutes les autres, notamment Saxo-Tinkoff ou Astana. On a pu s’en apercevoir cet après-midi encore, quand Porte et Nieve se sont relayés pour rattraper Contador qui s’était échappé à la faveur d’une descente. Cela étant, il avait quand même bien piégé Froome, et cela a dû lui donner le moral. En outre, il a prouvé qu’il était prêt à exploiter la plus petite faiblesse du Britannique. Après tout, arrivera bien un jour, s’il est vraiment humain comme il ne cesse de le crier, où il ne sera pas bien, et dans ce cas ses adversaires, à commencer par Contador, ne lui feront aucun cadeau.

Pas plus qu’Hinault n’en aurait fait à Fignon en 1984, si d’aventure ce dernier avait eu une petite défaillance…qu’il n’a jamais eu. Dans ce cas la défaite du Blaireau était inévitable. Et pourtant comme l’a fait Contador aujourd’hui sur le Dauphiné, Hinault a attaqué plusieurs fois avant de finalement s’avouer vaincu. Hinault était constamment tourné vers l’offensive, plus encore quand il a compris qu’il n’était plus tout à fait le Bernard Hinault du Stelvio 1980, de Liège-Bastogne-Liège ou du championnat du monde à Sallanches la même année. Mais il ne voulait pas se l’avouer, et quitte à perdre il fallait le faire en attaquant. Ainsi il perdit un Dauphiné bêtement en 1984, après son opération, au profit du Colombien Martin Ramirez, pour avoir voulu pousser son avantage, alors qu’il avait course gagnée. Comme au Tour 1986, qu’il aurait gagné s’il avait géré son avance face à Le Mond son équipier, au lieu de se laisser griser dans le Tourmalet pour le panache. En revanche en 1984, dans le Tour de France, il sentit pour la première fois de sa carrière qu’il avait en face de lui quelqu’un de plus fort, ce qui l’incita à attaquer à maintes reprises, parce que « quand on s’appelle Hinault, on ne prend pas le départ d’une telle course (le Tour de France), la plus belle de toutes,  avec l’ambition de faire deuxième ». Et malgré tous ses efforts il termina à la deuxième place, ce qui était pour lui un échec, même si une deuxième place après son opération avait plutôt de quoi le réjouir d’une performance qui annonçait son grand retour, pour la fin de la saison (victoires au Tour de Lombardie et au Grand Prix des Nations) et l’année suivante avec son doublé Giro-Tour.

Cette attitude d’Hinault en 1984, je suis persuadé que Contador l’aura dans le prochain Tour de France, car Contador est redevenu Contador, alors que l’an passé tout le monde l’enterrait. En fait, comme je l’ai écrit précédemment, cette misérable affaire de clembutérol l’avait anéanti, et tout le temps passé à se défendre et à se battre contre ses détracteurs, l’UCI et l’AMA, l’avait inconsciemment contraint à être moins coureur cycliste. Aujourd’hui, après un hiver calme, le Pistolero est de retour. Ce retour sera-t-il victorieux face à Froome?  Peut-être pas, sans doute pas, mais avec un tel assaillant il ne faut jurer de rien. Bernard Hinault lui-même avait reconnu qu’en 1982, une de ses meilleures années, « si certains avaient osé attaquer » il n’aurait peut-être pas ramené le maillot jaune à Paris, ses adversaires ayant eu peur « des contres », ce en quoi « ils ont eu tort ». Alors pourquoi pas une bonne surprise avec Alberto Contador, même si c’est du 20 ou 30 contre un. Je serais tellement content qu’il remporte son quatrième Tour de France ! Oui j’ai bien écrit son quatrième Tour de France, son huitième grand tour, n’en déplaise à l’UCI et ses palmarès ridicules (pas de vainqueur du Tour entre 1999 et 2005, ni au Dauphiné 2002 et 2003).

Michel Escatafal


Avec Quintana, Uran et Betancur, l’Eldorado retrouve ses racines colombiennes

herreraquintanaAprès la victoire du Canadien Ryder Hesjedal il y a deux ans, cette année le Tour d’Italie a été remporté par un Colombien, Nairo Quintana, devant un de ses compatriotes Rigoberto Uran, ce qui tend à démontrer, si besoin en était, que le cyclisme est désormais un sport planétaire, ce qui fut loin d’être le cas auparavant. On pourrait aussi ajouter la victoire dans les deux derniers Tours de France des Britanniques Wiggins et Froome, ce qui n’était jamais arrivé jusqu’en 2012. Et cette domination britannique dans la Grande Boucle pourrait se poursuivre encore cette année, Froome étant le grand favori de la prochaine édition, même s’il semble avoir moins de marge cette année avec le retour au sommet de Contador. Quel changement par rapport à ce qui se passait dans le monde du vélo jusqu’au début des années 80.

En effet, jusqu’à cette époque, les palmarès du cyclisme étaient composés uniquement de coureurs issus de quelques pays d’Europe Occidentale, à savoir la France, l’Italie, la Belgique, l’Espagne, puis les Pays-Bas, la Suisse, le Luxembourg, et un peu plus tard l’Allemagne. Il faut dire que jusqu’à ce moment le monde était divisé en deux parties bien distinctes, l’Est sous domination soviétique et l’Ouest sous domination américaine et européenne (Europe occidentale). Et entre ces deux parties, il y avait dans le sport et le cyclisme une différence majeure : l’une (l’Occident) avait adopté depuis très longtemps le professionnalisme pour ses grands sports, et l’autre (pays sous influence soviétique) avait maintenu un strict amateurisme…de façade, puisque ces sportifs appartenaient pour la plupart à l’armée ou à un service de l’Etat, et qu’à ce titre ils passaient leur temps à s’entraîner, avec de multiples avantages pour les meilleurs d’entre eux (appartement, voiture, voyages etc.).

Cela dit, sur le plan des compétitions, les amateurs n’avaient pas le droit de rencontrer les professionnels jusque dans les années 70. C’est ce qui explique qu’on n’ait eu au palmarès des grandes épreuves du cyclisme que des représentants des pays d’Europe de l’Ouest. D’ailleurs à l’âge d’or du cyclisme (fin des années 40 et décennie 50), les langues du peloton étaient essentiellement l’italien et le français. Coppi, pour ne citer que lui, savait très bien parler français. En outre, compte tenu du fait que les coureurs couraient pour la plupart dans des équipes de marques françaises ou italiennes, ils apprenaient nécessairement la langue d’un de ces deux pays. Tout cela pour dire que même si on parle d’âge d’or pour le cyclisme dans l’immédiate après-guerre, parce qu’il y avait plusieurs très grands champions qui se sont affrontés en même temps (Bartali, Coppi, Bobet, Koblet, Kubler, Magni, Van Steenbergen, De Bruyne…), il manquait quand même au cyclisme sur route une dimension universelle qu’il n’a acquis qu’à partir des années 80, avec l’avènement des coureurs du continent américain et après la chute du communisme. Je dis au cyclisme sur route, parce que sur piste il y avait davantage d’universalité, même si cela ne concernait que quelques coureurs, par exemple les Britanniques Harris et Peacock, l’Australien Patterson ou l’Argentin Batiz.

Cette mondialisation du cyclisme fut en fait très rapide, comme s’il avait suffi d’enclencher le mouvement pour que ce sport s’universalise à grande vitesse. D’abord il y a eu l’impact de la télévision qui a permis au Tour de France de s’imposer comme un des plus grands évènements sportifs chaque année. En termes d’audience, sur le plan mondial, le Tour se situe juste derrière les Jeux Olympiques et la Coupe du Monde de football…à la différence que le Tour de France a lieu chaque année en juillet et non tous les quatre ans. Même s’il n’a pas la même audience, le Giro est aussi retransmis par nombre de grandes chaînes dans le monde, et c’est à présent aussi le cas pour la Vuelta, à un degré encore inférieur. Ensuite, comme je l’ai dit précédemment, il y a eu la chute de l’Union Soviétique, qui a permis à la Russie et aux pays qui étaient sous influence soviétique d’adopter la démarche du sport professionnel, et donc d’exporter ses champions sur les épreuves emblématiques du cyclisme, évolution déjà amorcée dans les années 70 et 80.

Dès les années 70, très exactement en 1973 lors du Tour du Luxembourg, puis en 1974 à Paris-Nice, quelques amateurs des pays de l’Est sont venus se frotter aux meilleurs professionnels. Et ceux qui s’intéressaient au vélo à l’époque se rappellent comment en 1974 le Polonais Szurkowski, champion du monde amateur, tint tête à Eddy Merckx lui-même, notamment dans l’étape Toulon-Draguignan, où il termina devant le crack belge. On se souvient aussi que dans la quatrième étape (Saint-Etienne-Orange), il termina troisième au sprint derrière les très rapides Leman et Van Linden. Dans l’étape Seillans-Nice, il fit encore mieux, battu au sprint par le seul Van Linden, Merckx arrivant cinquième. Au classement général enlevé par Zoetemelk devant Santy et Merckx, il termina à une honorable vingt-huitième place à 13 mn 18s, un rang derrière son équipier Janusz Kowalski, les deux Polonais devançant des coureurs aussi connus que Raymond Delisle, Gerben Karstens ou J.M. Fuente.

Certes on me dira que les Polonais s’étaient particulièrement préparés pour cette épreuve, qui marquait en revanche le tout début de saison pour les pros, mais force fut de constater que les meilleurs amateurs avaient le potentiel pour rivaliser avec les meilleurs professionnels occidentaux. Certains allèrent même jusqu’à prétendre qu’il faudrait peu de temps pour que les meilleurs amateurs soient les meilleurs tout court. En réalité ceux-là faisaient preuve d’un optimisme exagéré, car ce ne fut pas le cas, même si le Tchécoslovaque Jiri Skoda, qui avait été autorisé à quitter son pays pour rejoindre les rangs professionnels, obtint la deuxième place au Tour de l’Avenir derrière Charly Mottet en 1984, et se classa à plusieurs reprises à des places honorables au Grand Prix des Nations. Même si le Soviétique Soukoroutchenko remporta deux Tours de l’Avenir, en 1978 et 1979, devant les meilleurs amateurs occidentaux. Même si l’Allemand de l’Est Olaw Ludwig, longtemps le meilleur coureur amateur, vainqueur du Tour de l’Avenir 1983, fera plus tard une belle carrière professionnelle (vainqueur notamment de l’Amstel). Même si le Polonais Lech Piasecki, champion du monde amateur en 1985, devint un des meilleurs rouleurs du peloton (remportant aussi le titre mondial en poursuite chez les professionnels).

Oui, malgré tout cela, et en dépit d’un mode de détection très poussé qui favorisait l’éclosion des meilleurs coureurs, aucun coureur originaire de l’Est européen, autrefois communiste, ne figure parmi les plus grands champions de l’histoire à part Ullrich. Toutefois, quand on regarde les palmarès des grands tours depuis cette époque, on s’aperçoit que les Russes ont gagné trois fois le Giro ( Berzin en 1994, Tonkov en 1996 et Menchov en 2009), et une fois la Vuelta ( Menchov encore en 2007), sans oublier la victoire du Kazhak Vinokourov dans cette même Vuelta en 2006.  La remarque vaut aussi pour les classiques avec notamment Eric Zabel, autre natif de l’Allemagne de l’Est, vainqueur de quatre Milan-San Remo, trois Paris-Tours et de l’Amstel Gold Race,  Des performances de loin supérieures à celles de…la France dont la dernière victoire dans le Tour remonte à 1985 (Hinault), dans le Giro à 1989 (Fignon) et à la Vuelta en 1995 (Jalabert).

Un peu plus tôt, ce furent les Colombiens qui débarquèrent sur le Tour de France. Les Colombiens, habitués aux longues montées dans leur pays montagneux ne pouvaient qu’être d’excellents grimpeurs, mais certains n’étaient pas que cela. Ainsi Cochise Rodriguez battit le record de l’heure amateur en 1970 avec 47,553 kilomètres. Rodriguez signa son premier contrat pro en 1973 dans l’équipe Bianchi, célèbre pour avoir eu dans ses rangs un certain Fausto Coppi. Contrairement à ce que beaucoup s’imaginent la Colombie a toujours été un pays de cyclisme, tant au niveau du cyclisme sur route (les célèbres Clasicas) que sur piste, où de nombreuses réunions ont été et sont organisées à Bogota, Cali ou Medellin. La Colombie se passionnait depuis longtemps pour les courses européennes, grâce aux journaux sportifs du pays et aux chaînes de radio, au point qu’en 1983 on prétendit que la quasi totalité de la population détenant un transistor était à l’écoute de la retransmission d’une étape de montagne dans les Pyrénées, un des terrains de chasse favoris des Colombiens. Et l’année suivante la ferveur sera encore plus grande avec l’arrivée sur le Tour de l’inamovible vainqueur du Clasico RCN, la plus grande épreuve par étapes de Colombie, Lucho Herrera, le meilleur coureur colombien de l’histoire jusqu’en 2014, et le premier amateur à  remporter une étape du Tour de France.

Herrera, né à Fusagasuga, ville située à 1600m d’altitude, avait passé sa jeunesse entre la culture des fleurs (on l’appelait le « petit jardinier ») et le vélo, sport pour lequel il était éminemment doué. La preuve, en 1982, pour sa première apparition en Europe, il finira le Tour de l’Avenir à la quatrième place, remportant l’étape de Morzine. Ensuite il s’illustrera dans cette même épreuve en 1984, avec son équipe colombienne Café de Colombie-Varta, s’imposant dans l’étape de l’Alpe d’Huez. Un grand grimpeur était né, digne des meilleurs escaladeurs du passé. Il remportera même le Tour d’Espagne, en 1987, puis le Dauphiné Libéré en 1988 et 1991, A ces performances il faut ajouter une cinquième place dans le Tour de France en 1987.

Bref un très beau palmarès, qui complétait celui des Colombiens à cette époque, avec notamment la victoire dans le Dauphiné en 1984 de Martin Ramirez devant….Hinault. Et puis tout le monde se souvient du doublé historique à Lans-en-Vercors pour Parra et Herrera dans le Tour de France 1985. Fabio Parra finira deuxième du Tour d’Espagne en 1989, derrière Delgado, et troisième du Tour de France en 1988. Hélas pour les Colombiens, ils ont longtemps végété depuis cette époque, avec la disparition de l’équipe Café de Colombia, mais aujourd’hui une génération extrêmement brillante avec l’avènement de Rigoberto Uran (deux fois second du Giro en 2013 et 2014), de Carlos Betancur (dernier vainqueur de Paris-Nice) et surtout de Nairo Quintana qui, à 24 ans, vient de gagner son premier grand tour avec le Giro qui vient de s’achever, cet exploit faisant suite à sa seconde place lors du dernier Tour de France, ce qui laisse présager sa domination quand Contador et Froome auront deux ou trois ans de plus.

En revanche les Américains n’ont pas cessé d’être des acteurs majeurs du cyclisme international depuis une trentaine d’années, au point que dans le peloton la langue la plus utilisée est l’anglais. L’aventure commença avec Jonathan Boyer, qui fit réellement connaître le cyclisme sur route professionnel aux Etats-Unis, et qui montra la voie à ses prestigieux successeurs, Greg Le Mond, double champion du monde (1983 et 1989) et triple vainqueur du Tour (1986 ,1989, 1990), puis Andy Hampsten, vainqueur du Giro en 1988 et du Tour de Suisse en 1986 et 1987, et enfin Lance Armstrong, champion du monde en 1993 et septuple vainqueur du Tour de France (1999 à 2005), un record qui n’est pas prêt d’être battu. Ces trois coureurs sont évidemment les meilleurs, mais, contrairement aux Colombiens, les Américains vont devenir des acteurs incontournables du paysage cycliste sur route.

Aujourd’hui les coureurs américains sont partout, et figurent parmi les meilleurs coureurs de classiques (Tyler Farrar), de courses à étapes (Van Garderen) et contre-la-montre avec Taylor Phynney. Ce dernier, surdoué de la piste (double champion du monde de poursuite en 2009 et 2010 et médaillé d’argent du km), est devenu un grand espoir de la route (médaillé d’argent du championnat du monde c.l.m.), et ne manquera pas de collectionner les victoires dans les années à venir. Et si l’on ajoute à ces Américains des Etats-Unis, les voisins canadiens, comme Steve Bauer à la fin des années 80 et à présent Ryder Hesjedal, on comprend pourquoi le vélo est devenu un sport dont on parle à présent en Amérique du Nord, même si tous ces coureurs, sauf Le Mond et Armstrong, sont plus connus en Europe qu’en Amérique. En tout cas, que de progrès accomplis par l’Amérique du Nord depuis le voyage de Cyrille Guimard avec Bernard Hinault pendant l’hiver 1980-81, chez Greg Le Mond au Nevada, celui-ci signant son premier contrat pro en présence de ses parents alors qu’il n’avait pas 20 ans.

Reste maintenant pour le vélo à s’exporter en Asie et en Afrique, et la boucle sera bouclée, puisqu’il y a longtemps qu’il s’est imposé en Australie et en Nouvelle-Zélande. L’Australie nous a même envoyé des coureurs comme Cadel Evans, champion du monde (2009) et vainqueur du Tour de France (2011), mais aussi Matthew Goss et Simon Gerrans, vainqueurs de Milan-San Remo et Liège-Bastogne-Liège cette année pour Gerrans, ces coureurs ayant été les successeurs notamment de Phil Anderson, qui fut en 1981, le premier Australien à porter le maillot jaune du Tour de France, et qui a notamment remporté le Dauphiné Libéré et le Tour de Suisse en 1985, plus l’Amstel en 1983 et Créteil Chaville (Paris-Tours) en 1986. Espérons qu’en Asie, avec la récente création d’épreuves World Tour, les Chinois connaîtront le même succès qu’en athlétisme, même si cela n’a pas été le cas pour le moment, pas plus qu’au Japon ou en Afrique. Il n’empêche, personne n’oserait dire aujourd’hui que le vainqueur du Tour ou du Giro en 2025 ne sera pas un Japonais, un Chinois ou un Sénégalais. Qui aurait parié sur une victoire américaine dans le Tour de France en 1981 quand Boyer devint le premier Américain à prendre le départ de la Grande Boucle ? Personne, et pourtant depuis 1986 l’hymne américain a retenti dix fois sur les Champs-Elysées, contrairement à la Marseillaise qu’on n’a plus entendu depuis 1985, comme je l’ai souligné précédemment.

Michel Escatafal